Skip to main content

Full text of "Mémoires"

See other formats


:;;;!;'!:' 




!aR;^,lxY 



DÉLÉGATION EN PERSE 



MÉMOIRES 



TOME IV 

TEXTES ÈLAMITES-SÉMITIQUES 



DEUXIEME SERIE 



«p» 



f^4%*- 



MINISTÉRE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE ET DES BEAUX-ARTS 



frhr^cJZ., DÉLÉGATION EN PERSE 



MÉMOIRES 

PUBLIÉS sous LA DIRECTION DE M. J. DE MORGAN, DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL 



TOME IV 



TEXTES 

ÉLAMITES- SÉMITIQUES 

DEUXIÈME SÉRIE 
ACCOMPAGNÉE DE 20 PLANCHES HORS TEXTE 



V. SCHEIL, O. P. 

Professeur à l'École pratique des Hautes-Études 




PARIS 
ERNEST LEROUX, ÉDITEUR 

28, RUE BONAPARTE, 28 
1902 



3^:^ 



,1 






fi 



INSCRIPTION DE NARÀM SIN 

(Pl. I, n° i) 



(ilu) [Na-ra-amJ (ilu) EN-[ZU]. A Narâm Sin, 

sar roi 

ki-ib-ra-tim des régions 

ar-ba-im quatre, 

b[ur] vase 

[nam-ra-ag] du prince (?) 

[Ma-gan-ki] de Magan. 

Gravée sur un fragment de vase d'albâtre, cette inscription présente une ressemblance par- 
faite avec celle d'un autre vase du même roi trouvé par la Mission française en Babylonie (185 1- 
1854) et perdu dans le Tigre. Ce premier exemplaire est publié d'après un estanipage dans 
Rawl., I, 3, n° 7. 

Pour le sens que j'ai essayé de prêter à namrag, voir Zeitschr. f. Assyr., XII, 266-268. 



INSCRIPTION ARCHAÏQUE 

(Pl. I, n" 2) 



(les rois) 
. . . a-na (qui) pour une 

KAS-LIGIR expédition 

ip-hu-ru-nim-ma se coalisèrent, 

LAM + KUR-ar je subjuguai (?) 



Le type des signes et la formule elle-même rappellent la légende de la grande stèle de 
Narâm-Sin et l'obélisque de Man isdusu. Notre texte est plus que probablement de l'un de ces 
rois. Ici encore, il s'agit manifestement d'une coalition d'ennemis vaincue. 

La deuxième ligne reproduit (précédé de {^), le signe moderne e TÏÏ^ . sans le gwiu et avec 
insertion d'un double {^. Le sens et la lecture les plus plausibles en sont : girru « expédition 
militaire ». Voir le même signe ou ses variantes dans Z. A., H, p. 256, signe yj grande stèle de 
NaràmSin, col. II, i (contexte semblable); mon Rec. de signes arch., n" 2, où je l'assimile à tort 
à ME (tahazu), dans un contexte semblable. 

L'emploi de iphuru « ils se réuniront (pour) » ne supporte pas pour K.AS-LIGIR le 

sens de tahtû, abiktu, « défaite ». 

Les deux derniers signes sont LAM avec KUR enclavé et AR. Dans un passage analogue 
d'un fragment de Man isdusu (A. H. 82-7-14, 1023 + 24) Jensen lit nâru pour LAM-KUR et 
voit dans ar un complément phonétique, d'où ina-ar ou ana-ar(?) Z. A., XV, 248. 



INSCRIPTION DE (iiu) MUTABIL 

(Pl. I, n° 3) 



[KI]-AG-GA-NI son (lieu) préféré 

[MU] NA-RU-A il construisit; 

Dur ili (ki) Dur ili 

al KI-AG-GA-NI sa ville bien-aimée 

KI-BI MU-NA-GE-A il restaura ; 

NAM-TI-LA-NI-KU pour la bénédiction de sa vie 

A-MU-NA-[RU] il a construit. 

Avec réserve, attribuons ce monument à (Ilu) Mutabil, dont nous avons déjà un texte 
(voir T. élam. sémit., I, p. 75), et qui était précisément prince (èakkanak) de Dur ili, à cette 
même époque. 



STÈLE DE KARIBU SA SUSINAK 



(Pl. 2) 



Col. I. I. A-na 

(ilu) Susinak 
be-li-su 

Karibu sa (ilu) Susinak 
5. mâr SiM-BI is-hu-uq 
pa-te-si 
âusi-ki 
sakkanak 
ma-ti 
10. Elam-ki 
ûm 
[su]-a' 
[Glâ]-GAL 
bâbij-su 
15. [is]-gu-nu 

... [is]-gu-un(?) 

Col. II. I . in bâb 

(ilu) Susinak 
be-li-su 
u (n)i-nu 
5. pa-la-ag 
Si-da-ur-ki' 



I . Au 

dieu Susinak 

son seigjieur 

Karibu sa Susinak 
5. fils de SIM-BI ishuq 

patôsi 

de Suse, 

gouverneur 

du pays 
10. d'Èlam — 

quand 

celui-là 

le battant 

de sa porte 
15. plaça, 

il plaça aussi un. . . 
I . sur la porte 

de Susinak 

son seigneur; 

et quand 
5 . le canal 

de Sidur 



1 . Cette restitution et celles qui suivent immédiatement sont douteuses, mais plausibles. Entr'autres, le dernier signe 
Col. I pourrait n'être pas un, d'autant que le môme signe un a le dernier clou vertical simple, dans la col. suivante, 1. . 3 . 
Remarquons que l'écriture manque un peu de fixité dans toute cette inscription. Le clou brisé à la fin de un est d ailleurs 
plus correct. Une lecture sir, nud, "^^^i serait possible, d'où :. . . gu [e]- ?ir « il fabriqua un » 

2. Sidur est connu comme nom de lieu par la grande stèle de Narâm-Sin col. 1, où il précède Lulubi. 



STÈLE DE KARIBU SA SUèlNAK 



ip-te-u 

KUS-su' 

ma-ha-ar-su 
lo. us-zi-iz 

u bâb-su 

(GIS) LI-UM-e' erini 

is-gu-un 

1 LU in ki-zi-im' 
15. I LU in me-hi-im 

u-mi-sa-am 

u-gi-in-sum 

SALUEE* 

UR ali UD-HI-E» 
Col. IIL I . bâb (ilu) Susinak 

u-sa-az-me-ir 

u 20 NI-AZAG 

a-na bâb-su 
5. du-mu-ki-im. 

A-MU-NA-SUB 

4 MA-GI kaspi 

A-MU-NA-SUB 

SU-NIR' kaspi u hurâsi 
10. e-ri-sa-am' 

A-MU-NA-SUB 

I GIR-MAH' 

A-MU-NA-SUB 

I ha-zi-num su 4 EME-su' 



il eut ouvert, 

son pavillon 

en face d'elle 
10. il dressa; 

et à sa porte 

des plaques de cèdre 

il mit : 

un mouton, dans l'intérieur (?), 
15. un mouton, en plein air, 

pour chaque jour 

(à sacrifier) il lui fixa; 

avec des chants, 

la population, aux jours de fête, 
I . à la porte de Susinak 

il fît chanter; 

et 20 mesures d'huile fine 

pour sa porte 
5. embellir, 

il voua; 

4 magi d'argent 

il voua; 

marmite d'argent et d'or 
10. pour parfum 

il voua; 



un glaive 



il voua ; 

une hache dont quadruple est le 
tranchant 



1. Est pour suliil-su: sinon pour kiis-su «un trône». La statuette de notre prince (T. élam. sémit., ï, p. 64, i) 
donne aussi ce mot, dans un passage qui reste obscur. Serait-ce salam(su) « statue», en jouant surla valeur Brunn., 6381 ? 

2. Pour li'e (?) NI est pour LI : les signes UM et URUDU se confondent souvent à cette époque. 

j. Cf. ina kisê babâti, Nerigl., I, 21, 30. Kisîi pourrait désigner l'intérieur, sous la voûte, entre les montants, par 
opposition à mehu avec le sens générique de 'sàrii » vent, air » qui désignerait le dehors. 

4. L'idée de « chant, musique » déjà acquise pour ^^ : s'harmonise bien avec le verbe de la phrase usazmcr 
a il fit chanter ». SA peut n'être que la copule it. 

5. Peut-être tamhie (( le soir ». 

6. On qatrinnu, Brunn., 7198. 

7. Pour eresam. 

8. patrie rabû. 

9. hasin7ni; cf. Gilgam. Ep., 69, 40, 44; 75, 4; était une hache d'armes. Daprès ce texte, cette arme avait quatre 
Zangwes ou tranchants se croisant probablement. Notre lecture est absolument certaine; le signe su est ici pour sa 



STÈLE DE KARIBU SA SUSINAK 



15. A-MU-NA-SUB 
u-sa-ti-ir 
pat-si-in' kaspi 
A-MU-NA-SUB 
a-na (ilu) Susinak 
Col. IV. T. be-li-su 

ni-is-ba-at 
ni-is-ba-at-ma' 
e-ri-ib-su 
5 . u-là ip-ru-us 
dîn me-sar-im 
in ali (ki)-su 
i-din 
su dîn-su 

10. us-pa-la-ga-du 

u ki-is-da-su' 
i-ti-ru* 
(ilu) èusinak 
u (ilu) Samas 

15. (ilu) Bel 
u (ilu) Êa 
(ilu) Ninni 
u (ilu) Sin 
(ilu) Nin har-sag 

20. u (ilu) Na-ti {ou pal 
Col. V. I . naphar ilâni 
isid-[su] 



15 . u voua, 

et ajouta, 

leur monture en argent 

il voua : 

à Susinak 
I . son seigneur, 

mesure 

et mesure 

il lui prodigua, 
5. le meilleur (lui) destina, 

un jugement d'ciquitô 

dans la ville 

il jugea! 

Celui qui son jugement 
10. transgresserait (ferait trans- 
gresser) 



et son don 

enlèverait, 

que Susinak 

et Samas, 

que Bel 

et Ha, 

que Ninni 

et Sin 

que Nin harsag 

et Nati 

que la totalité des dieux, 

son fondement 



relatif et se retrouve employé de môme dans la col. IV, 9. Su (=la) dtnsu uspalagadu «celui qui son arrêt ferait trans- 
gresser». Si l'on préfère y voir le signe Au, il faut noter que /.-« vaut Ja (Brunn., 10506). Su:=sa dans lecodede Hammurabi, 
Recto, col. IV. I, 9, 29. — Quant au mot EME, lisinu « langues » on le retrouve dans la description d'autres instru- 
ments. L'inventaire d'El amarna B, 26, Rect., I, 32, nomme un objet. . . u sa EME-zii [ii]-in-nu « dont la langue était 
en ivoire; ibid., Rect., II, 16, un objet, sa EME-zii [sipar]ri sipriiu (( dont la langue était travaillée en bronze ». 

1 . — sin se rapporte aux « 4 langues ». Le mot pat ou pal désigant une partie d'outil se retrouve aussi fort heureuse- 
ment dans El amarna B,|26, Rect., II, 63 : un objet. . . iamlù ukiû, ia pa-a-zu (^pal-Su) hurâsu « à incrustation de lapis, 
et dont le manche était en or ». 

2. Lecture douteuse, nisiblu ; peut-être samnu ù^bat, àamnu isbalma eribsu «huile il offrit 'bis] et accumula». 
L'état construit de nisiblu paraît étrange. Dans U la tprus, si tTTTt est abusivement employé pour la copule, 
comme il se trouve rarement, on devra traduire « il n'interrompit pas, il ne cessa pas ». 

3. Pour kislasu, 

4. Elerii est un synonyme de ekêmn S^ 313, 314. 



STELE DE KARIBU SA SUSINAK 



li-su-[hu] 
u zêr-[su] 
5. li-il-[gu-du] 
ap-. . . 



arrachent , 
et sa progéniture 
5 . qu'ils perdent ! 



a-sa. 
su. . 
a. . . 
10. su . . 
su. . 



10. 



BRIQUE DE DUNGI 

(Pl. I, n" 4) 



[DUNj-GI Dungi 

[NITA] dan-ga héros puissant 

[sar] Uru-(ki)-ma roi d'Ur 

[sar Kl] EN-[GI KIJ-BUR-BUR-KIT roi de Sumer et Accad 



BRIQUE DE GIMIL SIN 

(Pl. I, n^ 5 + Pl. 18. n° i) 



(ilu) Gimil (ilu) EN-ZU Gimil Sin 

na-ra-am (ilu) Bel chéri de Bel, 

sar-Uru-(ki) roi 

dan-ga puissant, 

sar èlS-AB-KI roi d'Ur, 

u sar ki-ib-ra-at et roi des régions 

ar-b[a-im] quatre 

Il devient probable que le roi... Sj» 72arâm Bel des Textes élam. sémit. I, p. 82 (pl. 13, n° 6), 
est le même que notre Gimil Sin. D'autre part, la brique attribuée à Narâm-Sin (ibid., p. 56, 
pl. 13, n° i), est en réalité de celles qui nous occupent ici. Narâm Sin y est à lire narâm Bel et 
la première ligne du texte contenant soit Gimil Sin ou un autre nom royal, manque. 

A noter le signe SAR, au lieu de LUGAL. 



BRIQUE MENTIONNANT RAL RUHURATIR, PATÉSI DE SUSE 

(Pl. I, n" 6) 



DAM(?) KI-AG épouse (?) chérie 

Kal (ilu) Ru-hu-ra-ti-ir de Kal Ruhuratir, 

pa-te-si patési 

Susi (ki) de Suse, 

NAM TI LA . . . pour la vie de . . . 



Comme il le fallait déjà conclure de la brique de Silhak In Susinak (Text. élam. anz., I, 
p. 36, n° LVI), Kal Ruhuratir, fils d'Idadu I" et père d'Idadu II, a été lui-même patési de Suse. 
Le fait est confirmé par ce nouveau document. Peut-être le signe Kal était-il précédé de mâr 
« fils de » dans notre texte. Kal, efifectiveir.ent, n'a pas cette longueur dans les inscriptions de 



cette catégorie. 



Si je ne me trompe, ce fragment s'agence à la suite de celui de Mekubi (Text. élam. sémit., 
p. 80), qui finit sur DAM « épouse », et Kal Ruhuratir (ou son fils) aurait épousé Mekubi, fille 
d'un patési d'Asnunnak. [As-nun-ki est rendu certain par un nouvel exemplaire). 



BRIQUE DE ...BADIDIMMA 

(Pl. I, n° 7) 



(ilu) Susinak (à) Susinak 

. . ba-di-dim-ma . . . badidimma, 

pa-te-si patési 

Susi(ki) de Suse 



Il va sans dire que. . basadimma est aussi possible. Le nom finit sur «V "V Pf^I' 



BRIQUE DE ADDAPAKSU 

(Pl. 1. n" 8) 



Ad-da-pak-su Addapaksu, 

ri'u SAB Susi(ki) chef des peuples de Suse, 

ardu narâm serviteur chéri 

(ilu) Susinak de Susinak, 

mâr NIN Si-il-ha-ha fils de la sœur de Silhaha, 

ti-tu-ra-am (ce) pont 

i-pu-us a construit. 

Voir pour la variante Attapakiu (Attahusu), Toxt. clam, sômit., I, p. 79, et Text. ôlam. 
anz., I, p. 55, n°XXXV; et pour le sens de mâr NIN Silhaha, Winckler, Krit. Schr., p. 92. 



CODE DES LOIS 

(Dioil Privé) 



DE 



HAMMURABI 

ROI DE BABYLONE 

VERS L'AN 2000 AVANT JÉSUS -CHRIST 



Depuis qu'est ouverte l'ère des fouilles, il n'a pas été mis au jour ni en Egypte, ni en Assyrie, 
ni en Babylonie, pour ne nommer que les plus im.portants champs d'investigation, de document 
plus considérable par sa haute portée morale et son ample teneur, que le Code des Lois de Ham- 
murabi. 

L'on sait peu d'un peuple quand on n'en connaît que le nom, les origines, les dynasties 
royales, les expéditions militaires, la vie publique en un mot; cela ne suffit pas, en vérité, pour 
l'estimer en connaissance de cause, pour lui décerner ou lui contester le titre de grand. Le meilleur 
de son histoire nous échappe, tant que nous ignorons sa constitution intime, les lois qui régissent 
la famille, les groupes de citoyens, leur activité réglementée et ordonnée au bien public. 

Dans le droit privé d'un peuple se trahit la vraie culture par l'équité envers tous, par la 
protection des faibles et des petits, par des sanctions proportionnées au mérite et au démérite, par 
les précautions prises contre l'arbitraire, la cupidité ou l'abus du pouvoir, par l'adaptation ration- 
nelle des énergies particulières à promouvoir la prospérité publique. 

A ce titre, nous pouvons dire sans hésiter que le Code de Hammurabi est un des monuments 
les plus importants, non seulement de l'histoire des peuples d'Orient, mais encore de l'histoire 
universelle. C'est le droit privé formulé en sentences claires, brèves, qui, au centre des âges, fixa 
les coutumes antérieures séculaires et demeura la base de la législation future des pays babylo- 
niens jusqu'à la chute de l'Empire. La condition des juges, des officiers publics, l'affermage des 
terres, l'irrigation, la pâture des troupeaux, l'aménagement des champs en jardins, les pénalités 
en cas de violences contre hommes ou animaux, la navigation, la location d'hommes ou d'ani- 
maux, le tarif des salaires, le commerce, le mariage entre époux de même condition ou de 
condition différente, lois sur les successions, conditions des esclaves, etc., tout est réglé avec 
sagesse et équité, sur ce monument que par un rare bonheur nous possédons presque au complet. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI 



Il importerait peu après cela, semble-t-il, de savoir si Hammurabi a fait sa promulgation en 
plusieurs exemplaires dont l'un aurait été placé à Suse, capitale d'une province conquise, ou si 
plus tard un conquérant élamite le charria comme butin de Babylone en Élam ; il resterait qu'à 
Suse fut découvert un chef-d'œuvre d'ordre moral et politique qui fait plus honneur à Ham- 
murabi que tout son génie militaire. 

Au sommet (pi. 13), figure en bas-relief le dieu Samas dictant ces lois à Hammurabi. Samas 
est le dieu par excellence des oracles, et comme le dit l'inscription, celui qui inspire l'esprit 
d'équité et de rectitude. Soleil, dieu de lumière, deux faisceaux de ra3ons s'échappent de lui; une 
tiare à quatre rangs de cornes le coiffe; majestueusement assis, il tient de la droite tendue en 
avant, un stylet de scribe et un cercle, comme il convient au maître du cycle des temps et au dieu 
de la sagesse. Ainsi le retrouverons-nous dans la stèle de Nabu-bal-iddin (vers 870 av. J.-C), 
découverte à Sippar (Rawl., V^ 60-61). 

Le roi Hammurabi, dans une attitude soumise, fixe attentivement le dieu et reçoit son saint 
enseignement. 

Le bloc de diorite mesure en hauteur : 2^25 

en pourtour au sommet : r"65 

en pourtour à la base : i"'9o 

Le bas-relief mesure en hauteur : o™65 

en largeur : o™6o 

La découverte eut lieu en décembre 1901 et en janvier 1902, sur le grand Tell dit de l'Acro- 
pole de Suse. Trois énormes fragments parurent au jour, à intervalles rapprochés. L'agencement 
en fut des plus faciles. Un fragment étranger à ce monument mais portant un texte qu'on y 
retrouve mot pour mot Verso XXV, 72-80. permet d'espérer un autre exemplaire du même 
Code. 

En fait, il parait probable que c'est encore au roi élamite Sutruk-Nahhunte (vers 1 100 av. 
J.-C.) que nous devons d'avoir trouvé à Suse ce beau monument. Grâce à son heureuse manie de 
collectionner, en les centralisant dans sa capitale, tous les souvenirs antiques qu'il découvrait en 
temps de paix et dans ses guerres, tant en Élam qu'à l'étranger, grâce à lui, dis-je, les ruines de 
Suse sont effectivement de tous les champs d'exploration historique, un des plus féconds et des 
plus intéressants, même pour l'histoire de la Babylonie. 

Une légende commémorative perpétuait généralement le fait du transfert de ces trophées, 
comme nous l'avons relevé sur une stèle de Naràm-Sin, sur une stèle de Man isdusu, sur une 
stèle de Untas-GAL, sur une stèle de Melisihu. La stèle de. Hammurabi allait porter une formule 
similaire. Faute d'espace, Sutruk-Nahhunte fit polir et effacer sur la partie antérieure au bas 
du monument quatre ou cinq colonnes de textes de lois, afin d'y substituer sa légende. Pour une 
raison ou pour une autre, la surface préparée est restée anépigraphe; mais on ne peut expliquer 
autrement cette radiation systématique. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI 



Recto 



Col. 1. I . (JN')i-nu Ilu si-ru-um 

sar (ilu) A-nun-na-ki 

(ilu) EN-LIL 

be-el sa-me-e 
5. u ir-si-tim 

sa-i-im 

si-ma-at kalama 

a-na (ilu) Marduk 

mâr ri-es-ti-im 
10. sa (ilu) EN-KI 

ilu bel kit-tu 

kissat ni-si(g) 

i-si-mu-sum 

in I-ge-ge 
I 5 . u-sar-bê-u-su 

Bâb-ili-(ki) 

sum-su si-ra-am ib-bi-u 

in ki-ib-ra-tim 

u-sa-te-ru-su 
20. i-na li-ib-bi-su' 

sar-ru-tu da-er-tu 

sa ki-ma sa-me-e 

u ir-si-tim 

is-da-sa 
25. su-ur-su-da 

u-ki-in-nu-sum' 



Col. I. I . Lorsque El le suprême, 

roi des Anunnaki, 

(et) Bel, 

seigneur des cieux 
5. et de la terre, 

qui fixe 

les destinées de l'univers, — 

à Marduk, 

fils aîné 
10. de Ea, 

divin maître du Droit, 

les foules des hommes 

eurent attribué 

parmi les Igigi 
15. l'eurent rendu grand, 

à Babylone 

son nom augusteeurent proclamé, 

dans les contrées 

l'eurent exalté, 
20 . dans le cœur de (cette ville) 

une royauté éternelle 

dont, comme de cieux 

et terre 

les fondements 
25. sont affermis, 

lui eurent destiné — 



I. Sens possibles : sur lui, dans sa descendance, dans Babylone, dans leur cœur (libbisumt). 
2. Ce prologue rapproché de ce qui suit semble impliquer pour la dynastie à laquelle appartenait Hammurabi, une 



H 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. I 



30. 



3S 



i-nu-mi-su 

Ha-am-m u-ra-bi 

ru-ba-am 

na-'-dam 

pa-li-ih i-li ya-ti 

mi-sa-ra-am 

i-na ma-tim 

a-na su-bi-i-im 

ra-ga-am u si-nam' 

a-na hu-ul-lu-ki-im 

dan-nu-um 

en-sa-am 

a-na la ha-ba-H-im 
40. ki-ma (ilu) Samas 

a-na SAG-GIG 

wa-si-e-im-ma 

ma-tim 

nu-wa-ri-im' 
45. Ilu' 

u (ilu) EN-LIL 

a-na si-ir ni-si 

tu-ub-bi-im 

su-mi ib-bu-u 
50. Ha-am-m u-ra-bi 

ri-i-a-um 

ni-bi-it 

(ilu) EN-LIL a-na-ku 

mu-gam-me-ir 
55. nu-uh-si-im 

u tu-uh-di-im 

mu-sa-ak-!i-il 

mi-im-ma sum-su 



alors — 

(moi) Hammurabi, 

insigne, 
30. noble, 

craignant mon dieu 

justice 

dans la contrée 

pour créer, 
3 5 . méchant et pervers 

pour détruire, 

afin qu'un puissant 

le faible 



40. 



45 



50. 



-)■) 



n opprime pas, 

comme le Soleil 

aux têtes noires (les humains) 

pour apparaître, 

la contrée 

pour éclairer, — 

El 

et Bel, 

la chair des hommes 

pour délecter, 

m'appelèrent! 

Hammurabi 

le pasteur, 

élu 

de Bel, moi-même! 

Auteur parfait 

du luxe 

et de l'abondance, 

qui rend accompli 

toutes choses 



origine éridiennc. Le centre du culte de Marduk et Éa, avant d'être porté et exalté à Babylone, par Bel, le dieu suprême, 
était en effet tout d'abord Éridu. 

1. Contre 1 opinion commune, il est impossible que sênw ait, dans ce cas particulier tout au moins, le sens de 
« bon, juste ». Au contraire. 

2. Pour nu-wu-rim, nummurim. 

3. Trois ou quatre fois dans cette inscription, Hammurabi met en tête de son panthéon .-iJf- c'est-à-dire Ilu, El, 
ou Anu, le dieu personnel par excellence. Cf. Infr. Verso, XXVI, 45. Ili, rabum abu ili. 



CODP: des lois de HAMMURABI •. RECT. col. III 



'5 



a-na EN-LIL-KI DUR-AN- 
KV 
60. za-ni-nu-um 

na-'-du-um 

sa È-KUR-- 

sar li-ya-um 

mu-te-ir (al) Eridu (ki) 
65 . a-na as-ri-su 

mu-ub-bi-ib 
Col. II. I. ^u-luh E-ZU-AB' 

ti-i-ib 

ki-ib-ra-at 

ir-bi-tim 
5 . mu-sar-bé zi-ik-ru 

Bab-ili (ki) 

mu-ti-ib 

li-ib-bi (ilu) Marduk 

be-li-su 
10. sa ù-mi-su* 

iz-za-zu 

a-na E-SAG-GIL' 

zir sar-ru-tim 

sa (ilu) EN-ZU 
1 5 . ib-ni-u-su 

mu-na-ah-hi-is 

(al) SIS-AB-KI 

vva-as-ru-um 

mu-us-te-mi-qu 
20. ba-bil he-gal 

a-na E-NER-NU-GAL^ 

sar ta-si-im-tim 

se-mu (ilu) Samas da-num 



dans Nippur, DUR-AN(KI) 

60. le pourvoyeur 

généreux 

d'Ê-KUR, 

roi-héros 

qui a remis la ville d'Éridu 
65. en son premier état, 

purificateur 
Col. II. I. du sanctuaire d'E-ZU-AB, 

l'agresseur 

des régions 

quatre, 
5 . qui exalte le nom 

de Babel, 

qui réjouit 

le cœur de Marduk 

son seigneur, 
10. qui chaque jour 

se tient 

dans l'Ê-SAG-GIL, 

rejeton royal 

que le dieu Sin 
15. a créé, 

qui comble de biens 

la ville d'Ur, 

humble 

suppliant 
20. qui apporte l'abondance 

à Ê-NER-NU-GAL, 

roi de sagesse, 

favori de Samas, puissant, 



1. (aji) EN-LIL et (an) DUR A.Vsont des noms de Bel. KI détermine les villes où il est honoré, soit Nippur. soit 
Larsa(?) où une ziggurat est précisément appelée (bît) DUR-AN-KI, Brunn., 3332. 

2. Nom du temple de Nippur. 

3. Temple d'Eridu. 

4. Umisu pour iimis. 

5. Nom du grand temple de Babel, dédié à Marduk-Bêl. 

6. Cf. I. Rawl., 8, n» 4, É-NER-NU-GAL bît Sin sa kinh Ur. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. II 



mu-ki-in' 
25. (al) Sippar-(ki) 

mu-sa-al-bi-is 

wa-ar-ki-im' 

gi-gu-nê-e (ilu) A-a" 

mu-si-ir 
30. bitE-BABBAR' 

sa ki su-ba-at sa-nia-i 

qarrad ga-mi-il' 

Larsa-(ki) 

mu-ud-di-is E BABBAR 
35. a-na (ilu) Samas 

ri-si-su 

be-lum mu-ba-li-it 

Uruk-(ki) 

sa-ki-in me-e 
40. nu-uh-si-im 

a-na ni-si-su 

mu-ul-li 

ri-es E-AN-NA 

mu-gam-me-ir 
45. hi-is-bi-im 

a-na (ilu) NIM 

u (ilu) Ninni 

ilu salulu ma-tim 

mu-pa-ah-hi-ir 
50. ni-si sa(g)-ap-ha-tim ' 

sa Ni-si-in-(ki) 

mu-da-ah-hi-id 

nu-uh-si-im 



30. 



35 



45 



le fondateur 

de Sippar, 

qui a revêtu 

de verdure 

le sanctuaire d'Aya, 

architecte 

d'Ê-BABBAR 

pareil au trône des cieux, 

guerrier vengeur 



de Larsa, 

rénovateur d'Ê-BABBAR 

en l'honneur de Samas 

son aide, 

prince qui a fait revivre 

Uruk, 

en procurant des eaux 
40. de fertilité 

à ses habitants, 

qui a élevé 

le sommet du temple Ê-AN-NA 

qui a poussé aux dernières limites 

le luxe 

en l'honneur d'Anu 

et Ninni, 

le protecteur de la contrée 

qui a rassemblé 
50. les habitants dispersés 

de Nisin, 

qui a fait abonder 

la richesse 



1. Plutôt «celui qui affermit». Le sens de «fondateur» est euphémique. Sippar existait dés l'époque de Sargani, 
Naram Sin, Bur Sin. 

2. pil; un sens tiré de la rac. "pi est aussi possible. 

3. Gigunè ne peut avoir ici le sens de « tombeau », mais exige celui de « temple, sanctuaire» comme dans II, Rawl.. 
61, n" 2-3; IV, Rawl., 27, 25 a. 

4. Ê BABBAR, temple du Soleil à Sippar. Même nom à Larsa. 

5. Il est possible que gamil ait ici le sens de « bienfaiteur». En tout cas, llammurabi ayant chassé la dynastie 
élamite de Larsa, y fait allusion dans ce passage. 

6. Signe ^VTty^^ï employé pour sa. — Il y a ici une allusion au siège et à la ruine souvent répétées de la ville 
de Nisin. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. II-IH 



»7 



70 

Col. III. 1 



bit E-GAL-MAH' 

55 . usumgal sar ali 

ta-li-im 

(ilu) ZA-MA(L)-MA(L)' 

mu-sar-si-id 

su-ba-at (al) Kis-(ki) 
60. mu-us-ta-as-hl-ir 

me-Ii-im-mi 

bit ME-TE UR-SAG' 

mu-us-te-is-bi 

pa-ar-zi ra-bu-u-tim 
65 . sa (ilu) Ninni 

pa-ki-id bi-tim 

HAR-SAG kalama* 

E-KISAL na-ki-ri 

sa nit-ra-ru-su 

u-sa-ak-si-du 

ni-is-ma-zu 

mu-sa-te-ir 

(al) TIG-GAB-A-Kl 

mu-ra-ab-bi-is 
5 . mi-im-ma sum-su 

a-na SIT-LAM^ 

ri-mu-um 

ka-at-ru-um° 

mu-na-ak-ki-ip za-i-ri 
10. na-ra-am TU-TU' 

mu-ri-is 

(al) Bar-zi-ba-(ki) 

na-'-du-um 

la mu-up-pa-ar-ku-u-um 



dans Ê-GAL-MAH, 
^S- potentat royal de ville (capitale), 

petit frère 

du Dieu Zamama, 

qui a affermi 

la résidence de Kis, 
60. qui a enveloppé 

de splendeur 

le temple de ME-TE UR-SAG, 

le décorateur 

des grands sanctuaires 
65. de Ninni, 

le sacristain du temple 

de HAR-SAG kalama, 

Jeboulevard(oùse brise) l'ennemi, 

qui (à) son auxiliaire 
70. fait atteindre 
Col. III I. le but désiré, 

qui a agrandi 

Kutha, 

amplifié 
5 . toutes choses 

dans le temple SIT-LAM, 

buffle 

impétueux 

qui renverse les ennemis, 
10. le bien-aimé de TU-TU, ■ 

qui désire d'amour 

Barziba, 

l'auguste, 

l'infatigable 



1. Nom du temple de Nisin. 

2. Dieu de Kis. 

3. Temple de Kis. L'événement de cette construction et quelques autres sont devenus éponymiques pour dénom- 
mer les années du règne. 

4. HAR-SAG kalama, ville voisine de Kis, qui a donné son nom à son temple ou qui l'en a reçu. 

5. Temple de Kutha. dédié à Nergal. 

6. Katrum ne peut avoir ici, contre l'opinion commune, le sens de « faible », puisqu'il détermine le buffle qui fonce 

sur ses ennemis. 

7. TLTL^ est une forme de Marduk, Brunn., 1082. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. III 



20. 



25 



30. 



35 



10. 



45 



a-naE-ZI-DA' 

i-lu sar ali 

mu-di igi-gal-im 

mu-sa-ad-di-il 

me-ri-es-tim 

sa DIL-BAT-Kl 

mu-ga-ar-ri-in karè 

a-na(ilu)IP' 

ga-as-ri-im 

be-lum zi-ma-at 

ha-at-ti-im 

u a-gi-im 

sau-sa-ak-li-Iu-su 

e-ri-is-tum 

(ilu) MA-MA' 

mu-ki-in 

u-zu-ra-tim 

sa Kes (ki) 

mu-di-es-si 

ma-ka-li el-lu-lim 

a-na (ilu) NIN-TU* 

mu-us-ta-lum 

gi-it-ma-lum 

sa-i-im 

mi-ri-tim 

u ma-as-ki-tim 

a-na Sir-pur-la-(ki) 

u Gir-su (ki) 

mu-ki-il 

ni-in-da-bi-e 

ra-bu-tim 

a-na E-L' 



I ^. pour È-Zl-DA, 

divin roi de ville (capitale), 

savant, intelligent, 

qui a étendu 

les plantations 
20. de DIL-BAT (ki), 

qui a accumulé les blés 

pour le dieu IP 

le (dieu) fort, 

maître des insiq-nes, 
25. sceptre 

et tiare' 

dont il la investi, 

objet de l'affection 

de MAMA, 
30. qui a défini 

le cérémonial' 

de Kes, 

qui prodigue 

les mets sacrés 
35. àNIN-TU, 

l'avisé, 

l'accompli, 

qui a aménagé 

les pâturages 
.jo. et les abreuvoirs 

dans Sirpurla 

et Girsu, 

qui tient 

des offrandes 
.15. magnifiques 

pour le temple des Cinquante, 



1. Temple de Nabù à Barziba (Barsipa). 

2. Dieu de Dilbat, forme de Ninip. 

5. D'autres coupes sont possibles dans ce passage. 
4. Parèdre féminin du Dieu IP à Dilbat. 

>. Uziiratiin peut avoir correctement d'autres sens comme : lois, statuts, reliefs, murailles, etc. 

6. Déesse de Kes. 

7. Temple de Sirpurla. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : RECT. COL. IlI-IV 



'9 



mu-tam-me-ih a-a-bi ' 

mi-ge-ir 

Te-li-tim' 
50. mu-sa-ak-li-il 

te-ri-tim 

saZA-RI-UNU-KI 

mu-ha-ad-di 

li-ib-bi GIS-DAR' 
55. ru-bu-um el-lum 

sa ni-is ga-ti-su 

(ilu) Adad i-du-u* 

mu-nê-ih 

li-ib-bi (ilu) Adad 
60. ku-ra-di-im 

i-na(al) IM KV 

mu-us-ta-ak-ki-în 

zi-ma-tim 

i-na Ê-UD-GAL-GAL' 
65 . sarru na-di-in 

na-bi-is-tim 

a-na UD-NUN-KI 

a-se-ir 

bit È-MAH^ 
70. e-te-el sar ali 

ga-ba-al ' 

la ma-ha-ri-im 
Col. IV. I . su i-ki-su* 

na-ap-sa-tum 

a-na al Mas-kan sabri-(ki) 

mu-se-es-ki 



qui capture les ennemis, 

le favori 

de Telitim, 
50. qui accomplit 

les oracles 

de la ville de Hallabi, 

qui réjouit 

le cœur d'Anunit, 
55 . prince auguste 

dont la prière 

Adad entend. 



qui repose 

le cœur du dieu Adad 



60. 



le guerrier 



dans Bit Karkara, 
qui a fait disposer avec goût 
des ornements 
dans Ê-UD-GAL-GAL, 
65 . roi qui a rendu 
la vie 

à la ville d'Adab. 
le prélat 

du temple Ê-MAH, 
70. prince royal de ville (capitale), 
lutteur 
sans rival . 
Col. IV. I . qui donne 
la vie 

à la ville de Maskan sabri, 
qui a abreuvé 



1. Lecture préférable à muparmeh; cf. cependant l'arme paiumku, puruni Inc. 

2. Nom du dieu Nin tX- II Rawl., 5g, 16, e.f. 

3. Signe ^trji^y, Déesse de Hallabi, qui ne peut être que Anunit. Cf. în/r., col. IV, 48-49 Hn/A-ni«,- ^"TiJi^^J '"'T 
E UL MAS que l'on sait par ailleurs être le temple d'Anur7it. 

4. Dieu de Im, c'est-à-dire Bît Karkara Weissbach, ZDMG., 1899, p. 661 . . .). 

5. Temple de Bit Karkara. 

6. Temple de la ville d'Adab. 

7. Cf. infr. Vers. XXIX, 24-25 (ilu) NER-URU-GAL dannum tna ili gabal la mahar. 

8. Pour su = sa, voir supr. Stèle de K. sa S., col. III, 14. 



20 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : RECT. COL. IV 



5 . nu-uh-si-im 
a-na SIT-LAM' 
im-qu 

mu-tab-bi-lum 
su ik-su-du 
10. na-ga-ab ur-si-im' 
mu-us-pa-az-zi-ir 
ni-si Ma(l)-al-ka-a (ki)' 
in ka-ra-si-im 
mu-sar-si-du 
1 5 . su-ba-ti-si-in 
in nu-uh-si-in 
a-na (ilu) EN-KI 
u (ilu) DAM-GAL-NUN-NA* 
mu-sar-bu-u 
20. sar-ru-ti-su 

da-er-is i-si-mu 
zi-bi el-lu-tim 
a-sa-ri-id sarali 
mu-ka-an-ni-is 
25. da-ad-mi 

nâr UD-KIB-NUN-NA 
ni-tum (ilu) Da-gan 
ba-ni-su 
su ig-mi-lu 
30. ni-si Me-ra (ki) 
u Tu-tu-ul (ki) 
ru-bu-um 
na-'-du-um 
mu-na-pi-ir 
35 . pa-ni (ilu) Ninni 

sa-ki-in ma-ka-li cl-lu-tim 
a-na (ilu) NIN-A-ZU 



c . d'abondance 

le temple SlT-LAM, 
le sage, 
le régisseur, 
qui a atteint 
10. tous les réfractaires, 
qui a abrité 
les habitants de Malkâ 
durant le malheur, 
a affermi 
1 5 . leurs demeures 

dans l'abondance, — 
qui, à Êa 

etàDAM-GAL-NUN-NA 
parce qu'ils ont exalté 
20. sa souveraineté, 

pour jamais a affecté 
des offrandes pures, 
prince royal de ville (capitale), 
qui a rendu denses 
25. les habitations 
sur l'Euphrate, 
qui arrête le regard deDagan 
son créateur, 
qui a rétribué 
30. aux habitants de Mera 
et de Tutul, 
l'insigne 
l'aui^^uste 
qui fait briller 
35 . la face de Ninni, 

qui place des mets purs 
devant NIN-A-ZU, 



1. Temple de Nergal, dans la ville qui précède. 

2. Sens présumé de iirsim. Est-ce la racine de urèanu? Ou hur&im « montagne »)(?) 

5. Dans la 4" année du règne, Hammurabi reconstruit l'enceinte de Mal-gi-a(ki). Le signe lia est d'ailleurs légère- 
ment douteux et pourrait être NAQ. 
4. Couple divin d'Eridu. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. IV 



sa-ti-ip ni-si-su 

in pu-us-ki-im 
40. mu-ki-in-nu 

is-ki-si-in 

kir-bu-um 

Bàb-ili (ki) 

su-ul-ma-ni-is 
45. nuni-si(g) 

ardu ip-se-tu-su 

e-li GIS-DAR ta-ba 

mu-kl-in-ni GIS-DAR 

i-na E-UL-MAS' 
50. kir-bu-um 

A-ga-nê (ki) 

ri-bi-tim* 

mu-se-bi ki-na-tim 

mu-su-se-ir Am-mi^ 
55. mu-te-ir 

(ilu) lamassi-su 

da-mi-iq-tim 

a-na (al) A-USAR-KP 

mu-se-ib-bi na-bi-hi' 
60. sar sa i-na Ni-nu-a (ki) 

i-naE-DUP-DUP 

u-su-bi-u 

me-e (ilu) Ninni" 

na-'-du-um 
65 . mu-us-te-mi-qu 

a-na ilâni rabûti 



qui rassasie ses sujets 

durant la disette, 
40. assurant 

leurs pitances, 

boulevard 

de Babel 

en paix, 
4j . pasteur des hommes, 

serviteur dont les œuvres 

agréent à Anunit, 

qui a instauré Anunit 

dans Ê-UL-MAS ; 
50. boulevard 

d'Aganê 

aux beaux carrefours, 

qui tient asservie la valetaille , 

qui a rectifié le cours du Tigre, 
55 . qui a ramené 

son génie 

protecteur 

dans Assur, 

qui a fait luire lasplendeur(?) 
60 . roi qui dans Ninua 

dans le temple Ê-DUP-DUP 

a glorifié 

les noms de Ninni, 

l'auguste 
65 . suppliant 

des grands dieux, 



1. Temple à Istar d'Aganè ou Anunit de Sippar. GIS-DAR ne peut donc avoir que Tune ou l'autre lecture. 

2. Expression à comparer avec Uriik supuri « Uruk à la belle enceinte ». 

3. Nom du Tigre K. 4386, IV, 46. Mais Ammu ayant aussi le sens de Kimlu « race » K. 4426 Rect. col. I, 49 a, h, 
il est peut être préférable de traduire, en opposant 54 à 53 : qui dirige la race (noble). 

4. Assur. Cf. Brunn., 1 1640, 1 1642. C'est bien ici la plus ancienne mention qui soit faite de cette ville, siège pri- 
mitif d'un patésiat rendu ensuite indépendant et noyau du royaume d'Assyrie. Ce lamassu ramené ou restitué par Ham- 
murabi est sans doute le dieu Assur lui-même. — Après cela, il est séduisant de voir dans Ninua qui suit, la ville de 
Ninive, dans Ê DUP DUP, son temple, et dans Ninni-Istar, sa déesse. 

5. Ou (( qui a écrasé rennemi(?) » 

6. Me-e est évidemment ici le pluriel de mu généralement considéré comme l'idéogramme de suwu « nom ». Cf. 
IV R. 60^ C. obv. 9 et Ici-i (Textes élam. sémit., I, 107, 43). 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. I\'-V 



Col. V. 



lO 



li-ib-li-ib-bi 

sa Su-mu-la ilu' 

mâr da-num 
70. sa (ilu) EN-ZU mu-ba-li-it 
1 . pal da-er-um 

sa sar-ru-tim 

sarru da-num 

ilu Sam-su 
5. Bâb-ili (ki) 

mu-se-zi nu-ri-im 

a-na ma-at 

Su-me-er-im 

u Ak-ka-di-im 

sarru mu-us-te-es-mi 

ki-ib-ra-at 

ar-ba-im 

mi-gi-ir (ilu) Ninni a-na-ku 

i-nu-ma 

(ilu) Alarduk 

a-na su-te-su-ur ni -si 

kalama u-si-im' 

su-hu-zi-im 

u-pi-e-ra-an-ni 
20. ki-it-tum 

u mi-sa-ra-am 

i-na ka-ma-tim 

as-ku-un 

si-ir ni-si u-ti-ib 
25. i-nu-mi-su' 

sum-ma a-wi-lum a-wi-lam 
u-ub-bi-ir-ma 
nc-ir-tum' c-li-su 



15 



descendant 

de Sumula ilu, 

fils aine 
70. de Sin muballit, 
Col. V. I. rejeton éternel 

de royauté. 

roi puissant, 

Soleil 
5. de Babel, 

qui projette la lumière 

sur le pays 

de Sumer 

et Accad, 
10. roi obéi 

des régions 

quatre, 

favori de Ninni, moi-même! 

Quand 
15. Marduk, 

pour gouverner les hommes, 

l'univers pour conduire 

et enseigner 

m'eut investi — 
20 . Droit 

et Justice 

dans la contrée 

j'instituai, 

je fis le bonheur des peuples, 

en ce temps-là : 



25 



îî I 



Si un homme (un autre) homme 
a lié (par un charme), 
et un anathème sur lui 



1. î« ou 4° prédécesseur de Hammurabi. 

2. Verbe csù «soutenir, conduire». Cf. Del. HWB, 107, et in/r. verso, col. XXI\',6, 7, usant dinam u ridam damgatn. 

3. Inumihi peut à la rigueur se reporter sur la suite, en tête du code. 

4. Ncrhi et kispi sont des maléfices l'un du premier, l'autre du deuxième degré. Dans les maqlu, la sorcière nirtanttu 
va de pair avec la sorcière kassaptii, cf. Tallqwist III. 85; ^'III, 16; la première est la maudisseuse, la diseuse d'ana- 
thèmes, l'autre, la sorcière, au sens ordinaire. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. V 



23 



id-di-ma 
30. la uk-ti-in-su 
mu-ub-bi-ir-su 
id-da-ak 

sum-ma a-wi-lum 

ki-is-bi 
35 . e-Ii a-wi-lim id-di-ma 

la uk-ti-in-su 

sa e-li-su 

ki-is-bu na-du-u 

a-na (ilu) Nàri 
40. i-il-la-ak 

(ilu) Nâri i-sa-al-li-a-am-ma 

sum-ma (ilu) Nâru 

ik-ta-sa-zu 

mu-ub-bi-ir-su 
45. bît-su i-tab-ba-al 

sum-ma a-wi-lum su-a-ti 

(ilu) Nàru 

u-te-ib-bi-ba-as-su-ma 

is-ta-al-ma-am 
50. sa e-li-su 

ki-is-bi id-du-u 

id-da-ak 

sa (ilu) Nâru is-li-a-am 

bit mu-ub-bi-ri-su 
55. i-lab-ba-al 

§ 3 
sum-ma a-wi-lum i-na di-nim 
a-na si-bu-tu' 
sa-ar-ra-tim 
u-uz-zi-am-ma 
60. a-wa-at iq-bu-u 
la uk-ti-in 



a jeté, 
30. et ne l'a pas convaincu, 
celui qui l'a lié 
sera tué. 

§ 2 

Si quelqu'un 

un sort 
35. sur un homme a jeté 

et ne l'a pas convaincu — 

celui sur qui 

le sort a été jeté 

au dieu Fleuve 
40. ira, 

dans le dieu Fleuve se plongera, 

et si le dieu Fleuve 

s'empare de lui, 

celui qui l'a lié 
45. prendra sa maison ; 

si cet homme 

le dieu Fleuve 

l'innocente 

et s'il reste sain et sauf, 
50. celui qui sur lui 

a jeté un sort 

sera tué ; 

celui qui dans le dieu Fleuve s'est 
plongé 

la maison de celui qui lavait lie 
^5. prendra. 

§ 3 
Si quelqu'un, dans un jugement, 
contre les témoins 
une injure 
a proféré, 
60. et la parole qu'il a prononcée 
n'a pas justifié, 



I. M. à m. (< le témoifi-nase ». 



24 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. V-Vi 



sum-ma di-nu-um su-u 
di-in na-bi-is-tim 
a-wi-lum su-u 
65. id-da-ak. 

§4 
sum-ma a-na si-bu-tu 
Col. VI. I. se'u u kaspu 
u-zi-a-am 
a-ra-an 
di-nim su-a-ti 
it-ta-na-as-si 



>• 



5 



sum-ma da-a-a-num 
di-nam i-di-in . 
pu-ru-uz-za-am 
ip-ru-us 

10. ku-nu-uk-kam 
u-se-zi-ib 

wa-ar-ka-nu-um-ma 
di-in-su i-le-ni 
da-a-a-nam su-a-ti 

I 5 . i-na di-in i-di-nu 
e-nc-im 

u-ka-an-nu-su-ma 
ru-gu-um-ma-am 
sa i-na di-nim su-a-ti 

20 . ib-ba-as-su-u 
a-du 12 su 
i-na-ad-di-in 
u i-na pu-uh-ri-im 
i-na (gis) gu-za 

25. da-a-a-nu-ti-su 
u-se-it-bu-u-su-ma 
u-ul i-ta-ar-ma 
it-ti da-a-a-ni 
i-na di-nim 

30. u-ul us-ta-ab 





SI cette cause 




est une cause de vie (ou de mort), 




cet homme 


65. 


sera tué. 




§4 




Si aux témoins 


Coi. VI. I. 


du blé ou de l'argent 




il a envoyé, 




la peine 




de ce jugement 


5- 


il portera. 




§ 5 




Si un juge 



a rendu un jugement, 

une décision 

a tranché, 
10. une tablette 

a délivré, 

et si ensuite 

il a annulé son jugement ; 

ce juge 
I 3 . pour le jugement jugé 

avoir cassé 

on le fera comparaître; 

la revendication 

qui dans ce jugement 
20. existait, 

douze fois 

il l'acquittera, 

et dans l'assemblée 

de sur le siège 
25 . de son tribunal 

on le renversera, 

et il ne reviendra pas, 

et avec les juges 

dans un jugement 
30. il ne siégera plus. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. VI 



i'^ 



§6 

sum-ma a-vvi-lum 

SA-GA ili' 

u ê-kal 

is-ri-iq 
35. a-wi-lum su-u 

id-da-ak 

u sa su-ur-ga-am 

i-na ga-ti-su 

im-hu-ru 
40. id-da-ak 

§ 7 
sum-ma a-wi-lum 
lu kaspu 
lu hurasu 
lu ardu lu amtu 
45 • lu alpu lu immeru 
lu imêru 

u lu mi-im-ma sum-su 
i-na ga-at mari a-wi-lum 
u lu ardi a-wi-lum 
50. ba-lum si-bi 
u ri-ik-sa-tim 
is-ta-am 

u lu a-na ma-sa-ru-tim 
im-hu-ur 
55. a-wi-lum su-u 

sar-ra-aq id-da-ak 

§8 
sum-ma a-wi-lum 

lualpuluimmeruluimêrulusahû 
u lu elippu 
60. is-ri-iq 

sum-ma sa i-iim 
sum-ma sa ê-kal 



§6 
Si quelqu'un 
le trésor du dieu 
ou du palais 
a volé, 

35. celui-là 
sera tué, 

et celui qui l'objet volé 
de sa main 
a reçu 

40. sera tué. 

§ 7 
Si quelqu'un, 
soit de l'argent, 
soit de l'or, 
soit un esclave mâle ou femelle, 

45 . un bœuf, un mouton, 
un âne, 

ou toute autre chose, 
des mains d'un fils d'un autre, 
ou d'un esclave d'un autre, 

50. sans témoin 
ni contrat, 
a acheté, 
ou en dépôt 
a reçu, 

55. celui-là 

sera assimilé au voleur et tué. 

§ 8 
Si quelqu'un 

soit un bœuf, mouton, âne, porc, 
soit une barque 
60. a volé, 

si c'est au dieu 
ou au palais, 

1. SA-GA comprend les objets plus ou moins précieux, le mobilier, l'argent, - par opposition aux biens-fonds, 
terres, troupeaux, barques, etc. C'est surtout le trésor. 

2. De par sa racine, savraq peut signifier : (( il est à livrer », ou « il est voleur ». 

4 



26 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. VI-VII 



a-du 30 su 
i-na-ad-di-in 
65. sum-masaMAS-EN-KAK' 
a-du 10 su i-ri-a-ab 
sum-ma sar-ra-ga-nu-um 
sa na-da-nim la i-su 
id-da-ak 

89 
70. sum-ma a-wi-lum 
Col. VII. I . sa mi-im-mu-su hal-ku 
mi-im-ma-su 
hal-ga-am 
i-na ga-ti a-wi-lim 
=5 . is-sa-ba-at 

a-wi-lum sa hu-ul-qu 

i-na ga-ti-su 

sa-ab-tu 

na-di-na-nu-um-mi id-di-nam 
10. ma-har si-bi-mi 

a-sa-am 

iq-ta-bi 

u be-el hu-ul-ki-im 

si-bi mu-di 
1 5 . hu-ul-ki-ya-mi 

lu-ub-lam 

iq-ta-bi 

sa-a-a-ma-nu-um 

na-di-in 
20. id-di-nu-sum 

u si-bi 

sa i-na mah-ri-su-nu 

i-sa-mu it-ba-lam 

u be-el hu-ul-ki-im 
25. si-bi mu-di hu-ul-ki-su 



au trentuple 
il payera; 
65. si c'est à un noble, 

au décuple il dédommagera; 
si le voleur 

n'a pas de quoi rendre, 
il sera tué. 

§9 
70. Si quelqu'un 
Col. VII. I. quia perdu unechosequelconque, 

cette chose quelconque 

perdue 

en possession d un individu 
5 . a trouvé — 

si celui chez qui l'objet perdu (ou 
volé) 

en sa possession 

est trouvé : 

« un vendeur me l'a vendu, 
10. devant témoins 

je l'ai acheté », 

s'il parle ainsi, 

et si le maître de l'objet perdu : 

« des témoins reconnaissant 
I 3 . mon objet perdu 

j'amènerai », 

affirme, — 

l'acheteur 

vendeur 
20. qui lui a livré, 

et témoins 

devant qui 

il a acheté amènera, — 

et le propriétaire de l'objet perdu 
25. les témoins reconnaissant son 
bien perdu 



I. Est toujours employé par opposition à aviilum, le citoyen libre, et à ardu, l'esclave; ne peut donc désigner 
que des princes ou patriciens. L'idéogramme est une formation comme TUR-KAK : mir-banû et son abstrait mar-banûttt, 
avec sens analogue: ên-banû, bêl-banû, ên-banfitti, bél-banûtu. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. VII 



2/ 



it-ba-lam 

da-a-a-nu 

a-wa-a-ti-su-nu 

i-im-ma-ru-ma 
30. si-bu sa mah-ri-su-nu 

si-mu-um 

is-ta-mu 

u si-bu mu-di 

hu-ul-ki-im 
35 . mu-du-zu-nu 

ma-har i-lim 

i-ga-ab-bu-ma 

na-di-na-nu-um 

sar-ra-aq id-da-ak 
40. be-el hu-ul-ki-im 

hu-lu-uq-su 

i-lî-ki 

sa-a-a-ma-nu-um 

i-na bi-it 
45. na-di-na-nim 

kaspu is-ku-lu 

i-li-ki 

§ 10 

sum-ma sa-a-a-ma-nu-um 
na-di-in 
50. id-di-nu-sum 

u si-bi sa i-na mah-ri-su-nu 

i-sa-mu 

la it-ba-lam 

be-el hu-ul-ki-im-ma 

55. si-bi mu-di 

hu-ul-ki-su it-ba-lam 

sa-a-a-ma-nu-um 

sar-ra-aq id-da-ak 

be-el hu-ul-ki-im 
60. hu-lu-uq-su 

i-li-ki 



amènera; 

le juge 

leur témoignage 

appréciera 
30. et les témoins devant qui 

l'achat 

a été fait, 

et les témoins connaissant 

l'objet perdu, 
35. ce qu'ils savent 

devant Dieu 

diront; 

le vendeur 

sera assimilé au voleur et tué; 
40 . le maître de l'objet perdu 

son objet perdu 

reprendra ; 

l'acheteur 

sur la maison 
45 . du vendeur 

l'argent qu'il a payé 

reprendra. 

§ ïo 

Si l'acheteur 

son vendeur 
50. qui lui a livré 

et ses témoins devant qui 

il a acheté 

n'a pas amené, 

si (au contraire) le maître de 
l'objet perdu 
55. ses témoins connaissant 

l'objet perdu a amené, 

l'acheteur 

sera assimilé au voleur et tué, 

et le maître de l'objet perdu 
60. son objet perdu 

emportera. 



28 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. VII-VIII 



8 ^ ' 
sum-ma be-el hu-ul-ki-im 

si-bi mu-di 
hu-u!-ki-su 
65 . la it-ba-lam 
Col.VIII.i. sa-ar 

tu-us-sa-am-ma id-ki 
id-da-ak 

§ 12 

sum-ma na-di-na-nu-um 
5 . a-na si-im-lim 
it-ta-la-ak 
sa-a-a-ma-nu-um 
i-na bi-it 
na-di-na-nim 
10. ru-gu-um-me-e 
di-nim su-a-ti 
a-du 5 su 
i-li-ki 

§ 13 
sum-ma a-\vi-lum su-u 

1 5 . si-bu-su la kir-bu 
da-a-a-nu a-da-nam 
a-na arhi 6 (kam) 
i-sa-ak-ka-n u-s u m -ma 
sum-ma i-na arhi 6 (kam) 

20. si-bi-su la ir-di-a-am 
a-wi-lum su-u 
sa-ar 

a-ra-an di-nim su-a-ti 
it-ta-na-as-si 

§ 14 
25. sum-ma a-wi-lum 
mâr a-wi-Hm 
si-ih-ra-am 
is-ta-ri-iq 



§ II 
Si c'est le maitre de l'objet (pré- 
tendu) perdu 
qui ses témoins connaissant 
son objet perdu 
65 . n'a pas amené, 
Col.VlII.i. il est de mauvaise foi, 

il a suscité la calomnie, 
il sera tué. 

§ 12 

Si le vendeur 
5 . à sa destinée 

est allé (est mort), 
l'acheteur, 
sur la maison 
du vendeur 
10. en revendication 
de ce jugement, 
au quintuple 
prendra. 

§ 13 

Si cet homme 
I c . ses témoins n'a pas à portée, 

le juge, un délai 

jusqu'à 6 mois 

lui fixera, 

et si dans ces 6 mois 
20. il n'a pas amené ses témoins, 

cet individu 

est de mauvaise foi, 

et la peine de ce jugement 

portera. 

§ i-l 
25 . Si quelqu'un 

le fils d'un homme 
en bas âge 
a volé. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. VIII 



29 



40. 



id-da-ak 



15 



30. sum-ma a-wi-Ium 

lu arad é-kal 

lu amat ê-kal 

lu arad MAS-EN-KAK 

lu amat MAS-EN-KAK 
35. abulli us-te-zi 

id-da-ak 

§ 16 

sum-ma a-wi-lum 
lu ardu lu amtu 
hal-ga-am 
sa ê-kal 

u lu MAS-EN-KAK 
i-na bi-ti-su 
ir-ta-ki-ma 
a-na si-si-it 
45. na-gi-ri-im 
la us-te-zi-a-am 
be-el bîti su-u 
id-da-ak 



il sera tué. 

§ '5 

30. Si un homme — 

un esclave mâle du palais, 
une esclave femelle du palais, 
l'esclave mâle d'un noble, 
l'esclave femelle d'un noble, 

3 5 . hors de la porte a fait sortir, 
il sera tué. 

§ 16 

Si quelqu'un, 

un esclave mâle ou femelle 

en fuite 
^o. du palais 

ou de chez un noble, 

dans sa maison 

a abrité 

et sur l'ordre 
45 . du majordome, 

ne le fait pas sortir, 

ce maître de maison 

sera tué. 



sum-ma a-wi-lum 
50. lu ardu lu amtu 

hal -ga-am 

i-na si-ri-im 

is-ba-at-ma 

a-na be-li-su 
55. ir-te-di-a-as-su 

2 siqlu kaspi 

be-el ardi 

i-na-ad-di-is-sum 

§ 18 

sum-ma ardu su-u 
60. be-el-su 



8 n 

Si quelqu'un 
50. un esclave mâle ou femelle 

en fuite 

dans les champs 

a saisi, 

et à son maître 
55 . l'a ramené, 

2 sicles d'argent 

le maître de 1 esclave 

lui donnera. 

§ 18 

Si cet esclave 
60. son maître 



30 



CODE DES LOIS DE ^AMMURABI : RECT. COL. VIII-IX 



65 



la iz-za-kar 

a-na ê-kal 

i-ri-id-di-su 

wa-ar-ka-zu 

ip-pa-ar-ra-as-ma 

a-na be-li-su 

u-ta-ar-ru-su 



§ 19 
sum-ma ardu 
su-a-ti 
70. i-na bi-ti-su 
ik-ta-la-su 
wa-ar-ka ardu 
Col. IX. I . i-na ga-ti-su 
it-ta-as-ba-at' 
a-wi-lum su-u 
id-da-ak 

§ ^o 
5. sum-ma ardu 
i-na ga-at 
sa-bi-ta-ni-su 
ih-ta-li-iq 
a-vvi-lum su-u 
10. a-nabe-el ardi 
ni-is i-lim 
i-za-kar-ma 
u-ta-as-sar 

§21 

sum-ma a-wi-lum 
I 5 . bi-tum 
ip-lu-us 
i-na pa-ni 
pi-il-si-im 
su-a-ti 



ne veut pas nommer, 
au palais 
il l'amènera, 
son arrière-pensée 
65 . sera pénétrée, 
et à son maître 
on le rendra. 

§ 19 
Si cet esclave 
-là 
70. dans sa maison 
il a tenu enfermé, 
et si ensuite l'esclave 
Col. IX. I. entre ses mains 
a été pris, 
cet homme 
sera tué. 

"5 . Si un esclave 
de la maison 
de celui qui l'a attrapé 
s'est enfui, 
cet homme 
10. au maître de l'esclave 
par le nom de Dieu 
jurera, 
et il sera quitte. 

§ 21 
Si quelqu'un 
1 5 . une maison 
a percé, 
en face 

de cette brèche 
-là. 



I. Sens indécis : après que l'esclave a été pris par lui, (ou) si ensuite l'esclave a été trouvé chez lui, cf. §.9, pour 
ina gati sabàiu. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. IX 



31 



20. i-du-uk-ku-su-ma 
i-ha-al-la-lu-su 

§ 22 
summa a-wi-lum 
hu-ub-tum 
ih-bu-ut-ma 
25. it-ta-as-ba-at 
a-wi-lum su-u 
id-da-ak 

§ 23 

sum-ma ha-ab-ba-tum 

la it-ta-as-ba-at 
■30. a-wi-lum 

ha-ab-tum 

mi-im-ma-su 

hal-ga-am 

ma-ha-ar 
35. i-lim 

u-ba-ar-ma 

alu 

u ra-bi-a-nu-um 

sa i-na ir-si-ti-su-nu 
40. u pa-di-su-nu 

hu-ub-tum 

ih-ha-ab-tu 

mi-im-ma-su 

hal-ga-am 

i-ri-a-ab-bu-sum 



45 



50. 



8 24 
sum-ma na-bi-is-tum 
alu u ra-bi-a-nu-um 
I ma-na kaspi 
a-na ni-si-su 
i-sa-qa-lu 

§ 25 
sum-ma i-na bit a-wi-lim 
i-sa-tum 



20. on le tuera 
et enterrera. 

§ 22 
Si quelqu'un 
le brigandage 
a exercé 
25. et a été pris, 
cet homme 
sera tué. 

§23 

Si le brigand 

n'a pas été pris, 
30. l'homme, 

dépouillé, 

tout ce 

qu'il a perdu 

devant 
35. Dieu 

poursuivra, 

et la ville 

et les environs 

sur le territoire 
40. et les limites desquels 

le brigandage 

s'est exercé, 

toutes choses 

qu'il a perdues 
45. lui restitueront. 

§ 24 
S'il s'agit de personnes, 
la ville et le district 
I mine d'argent 
pour ses gens, 
50. payeront (en plus). 

§ 25 
Si dans la maison d'un homme 
le feu 



32 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. IX ?: 





in-na-bi-ih-ma 




a éclaté, 




a-wi-lum 




et si quelqu'un 


55- 


sa a-na bu-ul-li-im 


55- 


qui pour éteindre 




il-li-ku 




y est allé, 




a-na nu-ma-at 


^ 


vers le bien 




be-el biti 




du maître de la maison 




i-in-su is-si-ma 




a levé les yeux, 


60. 


nu-ma-at 


60. 


et le bien 




be-el biti 




du maître de la maison 




il-te-ki' 




a pris, 




a-wi-luni su-u 




col homme-là 




a-na i-sa-tim su-a-ti 




dans ce même feu 


65. 


in-na-ad-di 


65. 


sera jeté. 




§ 26 




ë 26 




sum-ma lu rid sabê' 




Si un officier 




u lu ba'iru' 




ou un sbire 




sa a-na har-ra-an sar-ri-im 




qui dans une entreprise royale 




a-la-ak-su 




de marcher 


Col. X. I. 


ga-bu-u 


Col. X. 1. 


a promis 




la il-li-ik 




n'a pas marché, 




u lu amil agurri 




mais un mercenaire 




i-gur-ma 




a engagé, 


5- 


pu-uh-su 


5- 


et si son substitué 




id-da-ra-ad 




y est allé, 




lu rid sabé 




cet officier 




u lu ba'iru su-u 




ou ce sbire 




id-da-ak 




sera tué : 


10, 


m u-na-ag-gi-i r-su 


10. 


son remplaçant 




bit-su 




sa maison 




i-tab-ba-al 




prendra. 




§27 




ë 27 




sum-ma lu rid sabê 




Si un officier 




u lu-u ba'iru 




ou un sbire, 



15. sa i-na dan-na-at 
sar-ri-im 

1. L'original a ilicdi, par erreur, sans doute. 

2. Mot à mot « conducteur d'hommes ». 

3. iMût à mot « celui qui appréhende ». 



1 5 . dans les forteresses 
du roi 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. X 



33 



tu-ur-ru 

wa-ar-[ki]-su 

eqil-su u kirù-su' 
20. a-na sa-ni-im 

id-di-nu-ma 

i-li-ik-su 

it-ta-la-ak 

sum-ma it-tu-ra-am-ma 
25. a!i-su ik-ta-as-dam 

eqil-su u kirù-su 

u-ta-ar-ru-sum-ma 

su-ma i-li-ik-su 

i-i!-la-ak 

§ 28 

30. sum-ma lu rid sabê 

u iu-u ba'iru 

sa i-na dan-na-at 

sar-ri-im 

tu-ur-ru 
35 . mâr-su ii-kam 

a-la-kam i-li-i 

eqlu u kirù 

i-na-ad-di-is-sum-ma 

i-li-[ik] a-bi-su 
40. i-il-la-ak 



sum-ma mar-su 

si-hi-ir-ma 

i-li-ik a-bi-su 

a-la-kam 
45 . la i-li-i 

sa-lu-us-ti eqli u kirî 

a-na um-mi-su 

in-na-ad-di-in-ma 

um-ma-su 
50. u-ra-ab-ba-su 

I. Nous rendons hirû indistinctement par verger ou jardin. 



est retourné, 

et si après lui, 

son champ et jardin 
20. à un autre 

on a donné 

pour la gestion 

en exercer, — 

lorsqu'il reviendra 
25 . et aura regagné sa ville 

son champ et jardin 

on lui rendra, 

et lui-même la gestion 

en exercera. 



30. 



35 



§ 28 

Si d'un officier 
ou sbire 

qui dans les forteresses 
du roi 

est retourné, 
le fils la o-estion 
peut gérer, 
champ et jardin 
il lui donnera, 
et l'affaire de son père 
40. (le fils) gérera. 

§ 29 

Si son fils 

est en bas âge 

et l'affaire de son père 

gérer 
45 . qu'il ne puisse, 

le tiers du champ et jardin 

à sa mère 

sera donné, 

et sa mcre 
z,o. relèvera. 



34 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. X-Xl 



55 



60. 



65 



§ 30 
sum-ma lu rid sabè 
u lu ba'iru 

eqil-su u kirù-su u bît-su 
i-na pa-ni il-ki-im 
id-di-ma 
ud-da-ab-bi-ir 
sa-nu-um 
wa-ar-ki-su 
cqil-su kirù-su 
u bît-su 
is-ba-at-ma 
sattu 3 (kam) 
i-li-ik-su 
it-ta-la-ak 

sum-ma it-tu-ra-am-ma 
eqil-su kirù-su u bit-su 
i-ir-ri-is 

u-ul-i-na-ad-di-is-sum 
Col. XI. I . sa is-sa-ab-tu-ma 
i-li-ik-su 
it-ta-al-ku 
su-ma i-il-la-ak 

§ 31 
5 . sum-ma sa-at-tum 
is-ti-a-at-ma 
ud-da-ab-bi-ir-ma 
it-tu-ra-am 

eqil-su kirù-su u bît-su 
10. i-na-ad-di-is-sum-ma 
su-ma i-li-ik-su 
i-il-la-ak 

§ 32 
sum-ma lu rid sabê 
u lu ba'iru 
sa i-na har-ra-an 
sar-ri-im 
tu-ur-ru 



15 



§ 30 

Si un officier 

ou un sbire, 

ses champ, jardin et maison, 

dès l'origine de sa gestion, 
55. a abandonné 

et laissé inexploité, 

et si un autre, 

après lui, 

ses champ, jardin, 
60. maison, 

a soigné, 

et durant 3 ans 

sa gestion 

a géré, 
65 . lorsqu'il reviendra 

et que ses champ, jardin, maison 

il veuille cultiver — 

(l'autre) ne les lui donnera pas; 
Col. XI. 1. celui qui les a soignés 

et sa gestion 

a géré, — 

celui-là gérera. 

§ V 
5 . Si une année 
unique, 

il a laissé inexploité, 
et s'il est revenu, 
ses champ, verger, maison 
10. (l'autre) lui rendra, 
et lui-même la gestion 
exercera. 

§ 32 
Si un officier 
ou sbire 
15. qui dans une entreprise 
du roi 
est retourné, — 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. XI 



3'^ 



dam-gar ip-tu-ra-as-su-ma 

ali-su us-ta-ak-si-da-as-su 
20. sum-ma i-na bi-ti-su 

sa pa-da-ri-im 

i-ba-as-si 

su-ma ra-ma-an-su 

i-pa-ad-da-ar 
25 . sum-ma i-na bi-ti-su 

sa pa-da-ri-su 

la i-ba-as-si 

i-na bit ili ali-su 

ip-pa-ad-dar 
30. sum-ma i-na bit 

ili ali-su 

sa pa-da-ri-su 

la i-ba-as-si 

ê-kal i-pa-ad-da-ri-su 
35. eqil-su kirû-su 

u bît-su 

a-na ip-te-ri-su 

u-ul in-na-ad-di-in 

§ 33 

sum-ma lu PA-PA' 
40. ulu-uNU-TUR 

sab ni-is-ha-tim 

ir-ta-si 

u lu a-na harran 

sar-ri-im 
45 . amil agrùtu pu-ha-am 

im-hu-ur-ma 

ir-te-di 

lu PA-PA 

ulu NQ-TURsu-u 
50. id-da-ak 

§ 34 
sum-ma lu PA-PA 



1 


un négociant l'a libéré 




et lui a fait regagner sa ville ; 


20 


. si dans sa maison 




le mo3-cn de se libérer 




existe, 




lui personnellement 




se libérera (auprès du négociant) ; 


2S- 


si dans sa maison 




le moyen de le libérer 




n'existe pas, 




dans le temple de sa ville 




il sera libéré; 


30. 


si dans le temple 




de sa ville 




le moyen de le libérer 




n'existe pas. 




le Palais le libérera : 


35- 


mais ni son champ, ni son jardin, 




ni sa maison 




pour son acquittement 




ne sera donné. 




§ 33 




Si, soit un gouverneur 


40. 


soit un préfet, 




des dîmeurs 




a possédé 




et si dans le service 




du roi 


45- 


un mercenaire substitué 




il a pris 




et employé. 




ce gouverneur 




ou ce préfet 


50. 


sera tué. 




§ 34 




Si, soit un gouverneur 



Lcclure pa-hai, possible. Même sens. 



36 



CODE DES LOIS DE yAMMURABI : RECT. COL. XI-XII 



u lu NU-TUR 
nu-ma-at rid sabê il-te-ki 
rid sabê ih-ta-ba-al 

55. rid sabê a-na ig-ri-im 
it-ta-di-in 

rid sabê i-na di-nim 
a-na dan-nim' is-la-ra-aq 
ki-is-ti sar-ru-um 

60. [a]-na rid sabê id-di-nu 
il-te-ki' 
lu PA-PA 
u lu NU-TUR su-u 
id-da-ak 

S 35 
65. sum-ma a-wi-lum 

LID-GUD'-ZUiN 

u scnê 

sa sar-ru-um 

a-na rid sabê 
70. id-di-nu 
Col. XII. I . i-na ga-ti rid sabê 

is-ta-am 

i-na kaspi-su 

i-te-cl-li 

§ 36 
5. eqlu-um kirù u bitu 
sa rid sabê ba'iru 
u na-si bi-il-tim 
a-na kaspi 
u-ul i-na-ad-di-in 

§ 37 
10. sum-ma a-wi-lum 
eqlu kirù u bitu 
sa rid sabê ba'iru 
u na-si biltim 

1. Peut-être pour daianim « au juge ». 

2. Original il-te-di. Erreur. 

3. Original BI. Erreur 



soit un préfet 

le bien d'un officier a pris, 

un officier a ruiné, 
55. un officier en location 

a prêté, 

un officier, en justice 

devant un puissant a traduit, 

la solde que le roi 
60. à l'officier donna 

a ravi, 

ce gouverneur 

ou ce préfet 

sera tué. 

§ 35 
65 . Si quelqu'un 

les bœufs 

ou moutons 

que le roi 

à l'officier 
70. a donnés, 
Col. XII. I . des mains de l'officier 

a acheté, 

de son argent 

il est frustré. 

^ 36 
5 . Champ, jardin et maison 
d'un officier ou sbire 
ou collecteur d'impôts 
pour argent 
il ne peut donner (vendre). 

^ 37 
10. Si quelqu'un 

un champ, jardin, maisçn 
d'un officier, sbire 
ou collecteur d'impôts 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. XII 



37 



is-ta-am 
1 5 . dup-pa-su 

ih-hi-ib-bi 

u i-na kaspi-su 

i-te-el-li 

eqlu kirù u bîtu 
20. a-na be-li-su 

i-ta-ar 

§ 38 

rid sabê ba'iru 

u na-si bilti 

i-na eqli kirî u bîti 
25. sa il-ki-su 

a-na as-sa-ti-su 

u marti-su 

u-ul i-sa-ad-da-ar 

u a-na i-il-ti-su' 
30. u-ul i-na-ad-di-in 

§ 39 
i-na eqli kirî u bîti 
sa i-sa-am-mu-ma 
i-ra-as-su-u 
a-na as-sa-ti-su 
35 . u marti-su 
i-sa-ad-dar 
u a-na e-hi-il-ti-su 
i-na-ad-di-in 

§ 40 
assu^ dam-gar 
40. u il-qu a-hu-u-um 
eqil-su kirù-su 
u bît-su a-na-kaspi 
i-na-ad-di-in 
sa-a-a-ma-nu-um 



achète 
15. sa tablette 

sera brisée 

et de son argent 

il sera frustré ; 

champ, jardin, maison 
20. à son propriétaire 

retournera . 



'5 



y 



38 



Officier, sbire 

et collecteur d'impôts 

sur le champ, jardin, maison 



de sa gestion, 



en faveur de sa femme 
ou de sa fille 

il ne léguera rien par écrit, 
et (en gage) contre une dette 
30. il ne peut donner. 

§ 39 

D'un champ, jardin, maison 
qu'il a acheté 
et qu'il possède, 
à sa femme 
35. à sa fille, 

il peut léguer par écrit, 

et (en gage) contre une dette 

peut donner. 

§ 40 
Pour (la garantie) d'un négociant 
40. ou une obligation étrangère, 
ses champ, jardin, 
maison pour argent 
il peut vendre; 
l'acheteur 



I. Identique à ehillisu, infr.^ 37 et à e'illisu. 

a. Assu est rendu par l'idéogramme usité dans la suite du texte pour aisu, assatu « épouse ).' c'csl-à-dire ■^^•7-. H y 
a calembour. Ici assu est la préposition bien connue. 



38 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : RECT. COL. Xll-XlU 



45. i-li-ikeqli 
kirî u bîti 
sa i-sa-am-mu 
i-il-la-ak 



S 



S 41 

sum-ma a-Avi-lum 
50. eqlu kirû u bîtu 
sa rid sabc ba'iru 
u na-si bi-il-tim 
u-bi-ih 

u ni-ip-Ia-tim' 
id-di-in 
rid sabê ba'iru 
u na-si bi-il-tim 
a-na eqli kiri u bîti-su 
i-ta-ar 

u ni-ip-la-tim 
sa in-na-ad-nu-sum 
'i-tab-ba-al' 



•y-) 



60 



§42 

sum-ma a-wi-lum 
eqlu a-na ir-ri-su-tim 
65 . u-sc-si-ma 

i-na eqli se'u la us-tab-si 

i-na eqli si-ip-ri-im 
Col.XlII.i. la e-pi-si-im 

u-ka-an-nu-su-ma 
se'u ki-ma i-te-su 

a-na be-el eqli 
5 . i-na-ad-di-in 



4^ . l'exploitation du champ 
jardin et maison 
qu'il a achetés 
peut exercer. 

§ 41 

Si quelqu'un 
50. champ, jardin, maison 

d'un odicier, sbiie 

ou collecteur d'impôts 

a enclos, 

et les piquets 
55 . a fourni; 

l'officier, sbire 

ou collecteur d'impôts 

dans son champ, jardin, maison 

rentre, 
60. mais les piquets 

qui lui ont élu fournis 

il compensera. 

§42 

Si quelqu'un 
un champ pour culture 
65 . a pris à ferme 

et dans le champ du blé n a pas 

fait venir, — 
dans le champ le travail 
Col.Xlll. I . pour n'avoir pas fait, 
on le fera comparaître, 
et du blé selon le rendement du 

voisin 
au propriétaire du champ 
5 . il donnera. 



1. Cf. niplu, Meissn. WB. 

2. De apâlu, et dans ce cas, c'est l'officier, etc., qui dédommage le fournisseur du matériel, ou de labâlu, et dans ce 
cas, c'est le fournisseur qui emporte son matériel. Les deux sens, qui aboutissent à la même conclusion pratique, sont 
possibles assyriologiquement. 



CODE D1£S LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. XllI 



39 



8 ^3 
sum-ma eqla-am la i-ri-is-ma 
it-ta-di 
se'u ki-ma i-te-su 



a-na be-el eqli 

lo. i-na-ad-di-in 

u eqlu sa id-du-u 
ma-a-a-ri 
i-ma-ah-ha-as 
[i-sa-ak]-ka-ak-ma 

I 5 . a-na be-el eqli 
u-ta-ar 

§ 44 
sum-ma a-wi-lum 
eqlu KI-KAL 
a-na satti III kam 

20. a-na te-ip-ti-tim 
u-se-si-ma 
a-ah-su id-di-ma 
eqlu la ip-te-te 
i-na ri-bu-tim 

25. sa-at-tim 

eqlu ma-a-a-ri 

i-ma-ah-ha-as 

i-mar-ra-ar 

u i-sa-ak-ka-ak-ma 

30. a-na be-el-eqli 
u-ta-ar 
u 10 GAN E 
10 SE GUR 
i-ma-ad-da-ad 

§ 45 
3 5 . sum-ma a-wi-lum 
eqil-su a-na bilti 
a-na ir-ri-si-im 
id-di-in-ma 
u bilti eqli-su 



^ 13 

S'il n'a pas labouré le champ 

et l'a laissé en friche, 

selon le rendement du voisin, du 
blé 

au maître du champ 
10. il donnera, 

et le champ qu'il a laissé en friche, 

en emblavure 

labourera, 

ensemencera 
15. et au maître du champ 

restituera. 

§ 44 

Si quelqu'un 

un champ bas-fonds 

pour trois ans 
20. à labourer 

a pris à ferme, 

s'est reposé 

et n'a pas labouré le champ ; 

dans la quatrième 
25. année 

le champ en emblavure 

il labourera, 

houera, 

et ensemencera, 
30. et au maître du champ 

restituera ; 

et par 10 GAN 

10 GUR de blé 

lui mesurera. 

§45 
35. Si quelqu'un 

son champ pour un rapport 

à un laboureur 

adonné, 

et si le rapport de son champ 



40 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. XIII 



40. 



45 



5 



o. 



im-ta-ha-ar 

wa-ar-ka-eqki 

(ilu) Adad ir-ta-hi-is 

u lu bi-ib-bu-lum 

it-ba-al 

bi-ti-ik-tum 

sa ir-ri-si-im-ma 

§46 

sum-ma bilti eqli-su 
la im-ta-har 



u lu a-na mi-is-la-ni 
u lu a-na sa-lu-us 
eqlu Id-di-in 
se'u sa i-na eqli 
ib-ba-as-su-u 
ir-ri-sum 
55 . u bt>-cl eqli 

a-na ap-si-te-im' 
i-zu-uz-zu 



^ 47 

sum-ma ir-ri-sum 
as-sum i-na sa-at-tim 
60. mah-ri-tim 

ma-na-ha-ti-su 

la il-Iu-u 

eqlu e-ri-sa-am iq-ta-bi 

be-el eqli 
65 . u-ul u-up-pa-as 

ir-ri-su-ma 

eqil-su i-ni-ri-is-ma 

i-na eburi 

ki-ma ri-ik-sa-ti-su 
70. se'u i-li-ki 



40. il a reçu, 

et si ensuite le champ 

un orage a inondé, 

et la moisson 

a emporté, 
45. la perte 

est pour le laboureur. 

§46 

Si le rapport de son champ 

(le propriétaire) n'a pas (encore) 
reçu, 

et si pour moitié 
50. ou pour tiers 

il avait affermé son champ, 

le blé qui dans le champ 

se trouve, 

laboureur 
55 . et propriétaire 

proportionnellement (?) 

partageront. 

§ 47 

Si le laboureur 

parce que dans l'année 
60. première 

à sa ferme 

il n'est pas allé, 

a chargé (un autre) de labourer 
le champ, 

le propriétaire 
65. n'incriminera pas 

son laboureur, 

et son champ ayant été labouré, 

lors de la moisson 

selon les conventions 
70. il prendra du blé. 



I. Cf. ana zilli zâzu. Le sens de ana apiitim est tiré du contexte et reste douteux. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. Xlli-XIV 



4' 



§48 
sum-ma a-wi-lum 
hu-bu-ul-lum 
e-li-su 
Col . XI V . I . i-ba-as-si-ma 
eqil-su 
(ilu)Adad 
ir-ta-hi-is 
5 . u lu-u bi-ib-bu-lum 
it-ba-al 

u lu-u i-na la me-e 
se'u i-na eqli 
la it-tab-si 
îo. i-na sa-at-tim su-a-ti 

se'u a-na be-el hu-bu-ul-li 
u-ul u-ta-ar 
dup-pa-su 
u-ra-ad-da-ab 
•15. u si-ib-tum 

sa sa-at-tim su-a-ti 
u-ul i-na-ad-di-in 



§ 49 



sum-ma a-wi-lum 

kaspi it-ti dam-gar 
20. il-ki-ma 

eqlu ip-se-tim 

sa se'u u lu samassammu 

a-na dam-gar id-di-in 

eqil e-ri-is-ma' 
25. se'u u lu-u samassammi 

sa ib-ba-as-su-u 

e-si-ip ta-ba-aP 

iq-bi-sum 

sum-ma ir-ri-sum 



§48 
Si quelqu'un 
l'intérêt d'un prêt 
sur lui 
Col. XIV. I . existe, 

et si son champ 
l'orage 
a inondé 
5 . et la moisson 
a emporté, 

ou soit que faute d'eau 
le blé dans le champ 
n'ait pas poussé, — 
10. dans cette année, 

du blé, au créancier de l'intérêt 
il ne rendra pas, 
sa tablette 

il trempera dans l'eau, 
15. et l'intérêt 
de cette année 
il ne pa)'era pas. 

§ 49 

Si quelqu'un 

de l'argent d'un négociant 
20. a emprunté, 

et un champ de culture 

en blé ou sésame 

au négociant a donné : 

(( le champ, je planterai, 

blé ou sésame 

qu'il y aura 

ramasse et prends ! » 

lui dit ; 

quand le fermier. 



25 



1 . Il s'agit de en a, au fulur, puisque plus loin on lit summa se'u. . . tislabsi, lorsqu'il aura produit du hlé, etc. 

2. Esêpu syn. de kâlu, masisu, Brunn., 303, 207, 208. Masâsu signifie aussi « cueillir ». Text. élam. sémit., I. 
p. 102, 50. 



42 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. XIV 



40 



30. i-naeqli se'u 
u lu samassamu 
us-tab-si 

i-na eburi se'u u samassammu 
sa i-na eqli ib-ba-as-su-u 

35. be-el eqli-ma 
i-li-ki-ma 
se'u sa kaspi-su 
u si-ba-zu 
sa it-ti dam-gar 
il-ku-u 

u ma-na-ha-at 
e-ri-si-im 
a-na dam-gar 
i-na-ad-di-in 



§ 50 
45 . sum-ma eqlam ir-sa-am' 

u lu-u 

eqlam samassammi 

ir-sa-am id-di-in 



se'u u lu samassammu 
50. sa i-na eqli 

ib-ba-as-su-u 

be-el eqli-ma 

i-li-ki-ma 

kaspi u si-ba-zu 
5 5 . a-na dam-gar u-ta-ar 

§ 51 

sum-ma kaspu 
a-na tu-ur-ri-im 
la i-su 
samassammu 

I. Eqma ëe'i à restituer. — Il s'agit de champ déjà cultivé, par 
summaie'u. . . uitabsi, lorsqu'il aura fait venir du blé, etc. 



3v 



30. dans le champ, blé 

ou sésame 

aura fait venir, 

lors de la moisson, blé ou sésame 

qui dans le champ se trouve- 
ront 

le maître du champ 

prendra, 

du blé pour l'argent 

et ses intérêts 

que du négociant 
40. il a emprunté 

et (voire) la ferme 

de culture, 

au négociant 

il donnera. 



45 



50, 



ë 50 
Si un champ de blé (déjà) cul- 
tivé 
et soit 

un champ de sésame 
(déjà) cultivé, il a donné (au né- 
gociant), 
blé ou sésame 
qui dans le champ 
se trouve, 

le maître du champ 
prendra, 

argent et intérêts 
^5. au négociant il rendra. 

§ 51 

Si argent 
pour restituer 
il n'a pas, 
sésame 

opposition au texte de loi précédent, où on lit : 



CODE DES LOIS DE 9AMMURABI : RECT. COL. XIV-XV 



4Î 



60. a-na ma-hi-ra-ti-su-nu 

sa kaspi-su 

u si-ib-ti-su 

sa it-ti dam-gar il-ku-u 

a-na pî si-im-da-at 
65 . sar-ri-im 

a-na dam-gar i-na-ad-di-in 

§ 52 
Col. XV. 1. sum-ma ir-ri-sum 
i-na eqli se-am 
u lu samassammam 
la us-tab-si 
5 . ri-ik-sa-ti-su 
u-ul in-ni 

§ 53 

sum-ma a-wi-lum 
a-na[karj-su 
du-[un-nu]-nim 
10. a-ah-su [id-di-ma] 

kar-[su] 

la u-dan [-nin-ma] 

i-na kari-[su] 

bi-tum it-te [-ip-tu-u] 
15. u ugaru me-e us-ta-bil 

a-wi-lum 

sa i-na kari-su 

bi-tum ib-bi-tu-u 

se'u sa u-hal-li-ku 
20 . i-ri-a-ab 

§ 54 

sum-ma se'am ri-a-ba-am 
la i-li-i 
su-a-ti 
u bi-sa-su 
25 . a-na kaspi 

i-na-ad-d i-nu-ma 



60. pour la valeur 

de son argent 

et de son intérêt 

qu'il a emprunté au négociant, 

selon le tarif 
65. du roi, 

au négociant il donnera. 

§ 52 
Col. XV. I . Si le fermier 

dans le champ du blé 
ou du sésame 
n'a pas fait venir, 
5 . ses obligations 
il n'annule pas. 

§ 53 

Si quelqu'un 

sa digue 

à fortifier 
10. son flanc a reposé (a été négli- 
gent), 

sa digue 

n'a pas fortifié, 

et si dans sa digue 

une brèche s'est ouverte, 
15. et si le canton a été inondé d'eau , 

l'homme 

sur la digue de qui 

une brèche s'est ouverte, 

le blé qu'il a détruit 
20. restituera. 

§ 54 
Si du blé pour restituer 
il n'est pas en état (de donner), 
sa personne 
et son avoir 
25. pour de l'argent 
on vendra. 



44 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. XV 





mâr ugarê 




sa se-su-nu 




mu-u ub-lu 


30. 


i-zu-uz-zu 




§ 55 




sum-ma a-wi-lum 




a-dap-pa-su 




a-na si-ki-tim ip-te 




a-ah-su id-di-ma 


35- 


eqlu i-te-su 




me-e us-ta-bil 




se'u ki-ma i-te-su 



i-ma-ad-da-ad 

§ 56 

sum-ma a-wi-lum 
40. me-e ip-te-ma 

ip-se-tim saeqli i-te-su 

me-e us-ta-bil 
10 G AN E 
loâEGUR 
4 5 . i-ma-ad-da-ad 



8 57 

sum-ma ri'u 
a-na sa-am-mi 
sênê su-ku-lim 
it-ti be-el eqli 
la im-ta-gar-ma 
ba-lum be-el eqli 
eqlu sênê 
us-ta-ki-il 
be-el eqlêti-su 
i-is-si-id 

ri'u sa i-na ba-lum 
be-el eqli 



;o. 



•)■) 



et les gens des cantons 
dont le blé 
l'eau a emporté, 
30. se partageront. 

§ 55 

Si quelqu'un 
sa rigole 

pour irriguer a ouverte, 
et a été négligent, 
315. et si le champ limitrophe 
d'eau est inondé, 
du blé selon le rendement du voi- 
sin 
il mesurera en restitution. 

§ 56 

Si quelqu'un 
40. a ouvert l'eau 

et si la plantation du champ 
voisin 

d'eau a été inondée, 

par loGAN 

loGURdcblé 
45. il mesurera en restitution. 

§ 57 

Si un berger 

pour l'herbe 

à paître par ses moutons 

avec le maître du champ 
50. ne s'est pas entendu, 

et si à l 'insu du maître du champ 

le champ à ses moutons 

a fait paître, 

le propriétaire ses champs 
55. moissonnera, 

le berger qui à l'insu 

du propriétaire, 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. XV-XVI 



60. 



eqlu sènê 

u-sa-ki-lu 

e-li-nu-um-ma 

loGANE 

20 âE GUR 

a-na be-el-eqli 

i-na-ad-di-in 

§ 58 



65 



sum-ma is-tu sênê 

i-na ugari 

i-te-li-a-nim 

ka-an-nu ga-ma-ar-tim 

i-naabulli 
70. it-ta-ah-la-lu 

ri'u sênê 

a-na eqli id-di-ma 

eqlu sênê 

us-ta-ki-il 
75- riueqlam u-sa-ki-lu 

i-na-sa-ar-ma 
i-na eburi 

loGANE 
Col.XVI. I. 60 SE-GUR 
a-na be-el eqli 
i-ma-ad-da-ad 

§ 59 
sum-ma a-wi-Ium 
5 • ba-lum be-el kiri 
i-na kirî a-wi-lim 
i-sa-am ik-ki-is 
1/2 ma-na kaspi 
i-sa-qal 

§ 60 

10. sum-ma a-wi-lum 

eqlu a-na kiri za-ga-bi-im 
a-na NU kiri id-di-in 



le champ à ses moutons 
a fait paître, 
60. en surplus 
par 10 GAN 
20 GUR de blé 
au propriétaire 
donnera. 

§ 58 

65 . Si, après que les moutons 
du canton 
sont sortis 

et que le troupeau (?) en entier 
à l'intérieur de la porte 
70. s'est déjà glissé, — 
le berger, ses moutons 
a conduit sur le champ, 
et le champ à ses moutons 
a fait paître, 
75. le berger le champ qu'il a fait 
paître 
gardera, 

et lors de la moisson, 
par 10 GAN 
Col.XVI. I. 60 GUR de blé 

au maître du champ 

il mesurera en restitution. 

§ 59 
Si quelqu'un 
5 . à l'insu du maître d'un verger, 
dans le jardin d'un homme, 
un arbre a coupé, 
1/2 mine d'argent 
il payera. 

§ 60 
17. Si quelqu'un 

un champ à aménager en verger 
à un jardinier a donné, 



46 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. XVI 



NU kirî 
kirù iz-ku-up 

1 5 . sattu 4 (kam) 

kirû u-ra-ab-ba 

i-na ha-mu-us-tim 

sa-at-tim 

be-el kirî 
2o. u NU kiri 

mi-it-ha-ri-is 

i-zu-zu 

be-el kirî 

ha-la-su 
25, i-na-za-ak-ma 

i-li-ki 

§61 

sum-ma NU kiri 
eqlu i-na za-ga-bi-im 
la ig-mur-ma 
30. ni-di-tum i-zi-ib 
ni-di-tum 

a-na li-ib-bi ha-la-su 
i-sa-ka-nu-sum 

§ 62 

sum-ma eqlu 
35. sa in-na-ad-nu-sum 

a-na kiri la iz-ku-up 

sum-ma ab-sim 

bilti eqli 

sa sa-na-tim 
40. sa in-na-du-u 

NU kiri 

a-na be-el eqli 

ki-ma i-te-su 

i-ma-ad-da-ad 
45 . u eqlam si-ip-ra-am 

i-ib-bi-es-ma 

a-na be-el eqli u-ta-a-ar 



si le jardinier 

le verger a planté, 
15 . pendant quatre ans 

le verger a soigné, — 

dans la cinquième 

année 

le maître du verger 
20. et le jardinier 

à égales parts 

partageront ; 

le maître du verger 

sa part 
25. délimitera 

et prendra. 

§ 6. 

Si un jardinier 

dans la plantation d'un champ 
n'a pas tout planté [en verger 
20. et a abandonné le haut, 
le haut 

dans sa portion 
on lui mettra. 

§ 62 
Si le champ 

35. qui lui a été livré 

en verger il n'a pas planté, 
et s'il s'agit d'un champ à cè- 
le rapport du champ réaies (?) 
pour les années 

40. où il a été négligé, 
le jardinier 
au maître du champ, 
selon le rendement du voisin, 
mesurera en restitution ; 

45 . et le champ à travailler 
il préparera 

et au maître du champ il le resti- 
tuera. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RECT. COL. XVI 



47 



§63 

sum-maeqlu KI-KAL 

eqlam si-ip-ra-am 
50. i-ib-bi-es-ma 

a-na* be-eleqli 

u-ta-a-ar 

u loGANE 

loSEGUR 
55. sa sa-at-tim 

is-ti-a-at 

i-ma-ad-da-ad 

§64 

sum-ma a-wi-lum 

kirù-su 
60. a-na NU kirî 

a-na ru-ku-bi-im 

id-di-in 

NU kirî 

a-di kirû sa-ab-tu 
65 . i-na bi-la-at kirî 

si-it-ti-in 

a-na be-el kiri 

i-na-ad-di-in 

sa-lu-us-tu 
70. su-u i-Ii-ki 

§65 
sum-ma NU kiri 
kirù la u-ra-ak-ki-ib-ma 

bi-il-tu-um um-ta-di 
NU kiri 
75 . bi-Ia-at kiri 
a-na i-te-su' 
[imaddad] 



§63 

S'il s'agit d'un champ bas-fonds, 
le champ à travailler 
50. il préparera 

et au maître du champ 

il le restituera, 

et par 10 GAN 

loGURdeblé, 

par année 

chacune, 

il mesurera en restitution. 



55 



§64 

Si quelqu'un 

son verger 
60. au jardinier 

à exploiter 

a donné, 

le jardinier 

pendant qu'il soigne le verger, 
65 . sur le rapport du verger 

deux tiers 

au maître du verger 

donnera, 

un tiers 
70. lui-même prendra. 

§65 

Si un jardinier 
le verger n'exploite pas, 
et cause une diminution de rap- 
port, 
le jardinier, 
75 . le rapport du verger, 

selon le rendement du voisin 
(versera). 



1. Original e^/îi. Erreur. 

2. Cf. supra kima itesu. Leçon meilleure. 



48 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : RM. 277, RECT. COL. I 



Col. XVII-XXI. 

Cinq colonnes ont été effacées par polissage de la surface. Il reste encore des traces évidentes 
de signes au commencement des lignes de la col. XVII. 

Nous avons parlé dans le Prologue du Code du motif probable de cette radiation par les 

Élamites. 

Dans cette lacune se trouvaient la suite des lois sur l'exploitation des vergers, toutes celles 
concernant la location des maisons, et enfin le droit commercial dont nous avons la suite sur 
le Verso de notre stèle. 

C'est le lieu naturel des fragments DT, 81 et Rm. 277, copiés anciennement de notre étalon 
sur des tablettes d'argile conservées au Musée britannique, et publiées par Meissner dans les 
Beitrœge z.Assyr., III, 501-504. Nous les insérons ici en les ordonnant logiquement. 



Cot . I 
^ ^ ^ <T»^ Ife^ff 



Col. II 



Col. III 



H 







1^ tfflfc «l^ -«jr ffir 
«t v-^r*sê^,<MîL fer 



Rm. 277, Recio 
Rm. 277, Rect., col. I (le Reclo de Meissner est en réalité le Verso et vice versa), se retrouve 





CODE DES LOIS DE yAMMURABI : Rm. 277 RECT. COL. IMII 



49 



Chez nous §§ 57 58, 59. A noter la variante dans la numération § 58 fin, 1/36 de GAN est à i /6 

(etnoni/5)deGURcomme loGANestàôoGUR. eoAiNestai/O 
Rm. 277, Rect., col. II, fournit ce qui suit : 

r- ^ -, § 

I. [sum-ma a-wi-lum . q- i • 

■ . . , 1 . 01 quelqu un 

kaspu it-ti dam-0-ar ^. r . .. 

il i^i ma ^"^^ "" négociant 

kirù KA-LUM-MA] 7"P^""i' , , . 

5 . a-na dam-gar id-tdilin] , "' '°r ^''.^'" ^^^^"'^'"^ 

KA-LUM-MA [sa ' ^^ -"^J—^ a donné ; 

: 1- • r , ^ « 'es dattes qui 

i-na kin-rya , ^ 

., , . dans mon verg-er 

iD-ba-as-su-u ° 

o r,o 1 • I , , ^^ trouveront 

a-na kaspi-ka ta-ba-al , 

■ 10. iq-bi-su P,^'""^' P^"'' ^°" ^'"g^"t ,, 

■ . 10. si! lui a dit; 
dam-gar su-u 

, ? si ce négociant 

u-ul im-ma-ae--g-a-ra > , 

RA T TTM ■ • I • - n est pas consentant, 

n.A-LUM sa i-na km j„., • , , 

•L , . . dattes qui dans le verger 

ib-ba-as-su-u ^ 

.,,•-.,.,. se trouveront 

be-el km i-h-ki-ma rr u •-. • 1 

kaspu u sibat-su ^ ' '"P^^P^^'^taire du verger cueillera. 

.,..,■.. et argent et intérêts 

sa bi-i dup-pi-su , , 

j • . , selon Ja teneur de sa tablette 

dam-gar i-ip-pa-al-ma' ,v iciuieue 

RA I TTivr . • restituera au négociant, 

J\A-LUM wa-at-ru-tim ^,1 1 , , 

.^ • , ■ . et le surplus des dattes 

sa i-na km • , , 

-, , , . 20. qui dans le vererer 

iD-ba-as-su-u ° 

se trouvent 



15 



20. 



be-el kirî-ma i-li-ki 



§ 



25 



sa. 
a. . 



Rm. 277. Recto, col. III ; 

na-as(?) . . . 
be-el . . . 

I. Pour le sens de damgar ippal, cf. § 100 et § 206. 



le propriétaire prendra 



sum-ma a-wi-lum o- 1 . 

, .^ . ., 01 quelqu un 

bitu i-ib. . . . /^. 

... a construit (?) une maison 

te-nu-su ^ ^ 

25. et son. . . 



50 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : Rm. 277 VERS. COL. 1-lMlI 



sum-ma. . 
be-el . . . 
mi-im-ma 
i-ri (?) [a-ab] 

sum-ma 
u. . . 



Col. III 



Col. II 



Col. I 




Rm. 277, Verso 

Rm. 277, Verso, col. I, se retrouve chez nous, Verso, col. II, 1-14. 
Rm. 277, Verso, col. II, se retrouve chez nous, Verso, col. III, 1 et suiv. 
Rm. 277, Verso, col. III, se retrouve chez nous, Verso, col. IV, i et suiv. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : DT. 81 RECT. COL. I-II 



5' 



DT. 81, se laisse insérer entre les fragments du Recto et ceux du Verso de Rm. 277. 



Col, I 



Coi . Il 



Col. I 




^r «^ ^' 
fe$r <rs?: 

■^ fer ffir ?^ 

-f^ «ènr o 
(^^ gVnr tntr 

^ fer Sf ■ 
r <^ 





DT. 81, Recto 



Col. II. I 



sum 


a-wi-lum as-bu-ta-[am^ 


kaspi 


kasap kisri-[su 


am 


ga-am-ra-[am 


ki-im 


sa sa-na-[at] ' 


bîti-su 


5 . a-na be-el [bîti 


am-mu 


id-di -[in 


di-in 


be-el bîti a-na wa- [assabi 


im-ma 


i-na u-mi-[im" 


.di-nu 


la ma-iu-tim wa-[zim 


el-li 


10. iq-ta-[bi 


su i-ta-ar 


be-el biti [as-sum 


bitu su-u 


wa-as-sa-bu 


la i-su 


i-na u-mi-[im| 



Col. II. I. (Si) 

le locataire, 
l'argent du loyer 
complet 
de l'année 
5 . au propriétaire 
a payé, — 

si le propriétaire, au loca- 
taire, 
les jours (du bail) 
étant non remplis . de sortir 
10. commande; 

le propriétaire, parce que 

le locataire 

les jours du bail étant 



I. Cf. infra, Verso, IV, 27. 



52 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : DT. 8i VERS. COL. I-II-IIl 



. . . li-am 




la ma-lu-[tim 


. . . bîtsu-a-ti 


15- 


i-na bîti-su u-[zi 


. . . bi-sa-am 




i-na kaspi sa wa-as-sa-bu 
id-di-[nu-sumj 


DT. 8i, Verso: 







•5 



non remplis, — 

est sorti hors de sa maison , 

surl'argentquele locataire 

lui avait donné 

(il lui rendra). . . 



Col. m 



Col. II 



Col. I 



Col. I. 




<ï'^m^<ii: ^ff fer iiiÉff fc4 

DT. 8i, Verso 






se'u kaspu 

it. . . il(?). . . ma 

se'u u kaspu 

a-na la i-su 

5 . bi-sa-am-ma i-èu 
mi-im-ma sa ga-ti-su 
i-ba-as-su-u 
ma-ha-ar si-bi 
ki-ma ub-ba-lum 
10. a-na dam-gar. . . 
i-na-ad-di-[in] 
dam-gar. . . 
ul up-[pa-a§-ma] 
i-mah-[ha-ar] 



Col. I. I . Si quelqu'un 

en blé ou argent 
doit payer (?) 
mais blé ou argent 
pour (s'acquitter) n'a pas, 
5. s'il a (d'autre) bien, 

tout ce qui en sa possession 
existe, 

devant témoins 
selon qu'il doit apporter 
10. au négociant 
il donnera; 
le négociant 
ne chicanera pas 
et acceptera. 



DT. 81, Verso, col. II, se retrouve chez nous, Verso, col. I, 29 et suiv. 
DT. 81 , Verso, col. III, se retrouve chez nous, Verso, col H, 49 et suiv. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. I 



53 



Nous estimons approximativement à quarante le nombre des articles manquants, et nous 
reprenons la série à 700. 



VERSO 



100 



Col. I. I 



10. 



15 



Col. I. I 



si-ba-a-at kaspi 

ma-la il-ku-u 

i-sa-ad-dar-ma 

u-mi-su 

i-ma-an-nu-u-ma 

dam-gar-su 

i-ip-pa-al 

§ ïoi 
sum-ma a-sar il-li-ku 
nê-me-lam 
la i-ta-mar 
kaspu il-ku-u 
us-ta-sa-na-ma 
SAGAN-LAL' a-nadam-gar 
i-na-ad-di-in 

§ 102 
sum-ma dam-gar 
a-na SAGAN-LAL 
kaspu a-na ta-ad-mi-iq-tim 
it-ta-di-in-ma 
a-sar il-li-ku 



20, bi-ti-ik-tum 
i-ta-mar 
ga-ga-ad kaspi 
a-na dam-gar u-ta-ar 



VERSO 



100 



et les intérêts de l'argent, 
d'autant qu'il en avait emporté, 
(le commis) marquera par écrit 
et le jour 
5 . où ils feront les comptes, 
son négociant 
il payera. 

§ loi 

Si dans l'endroit où il est allé 
du profit à faire 
10. il n'a pas trouvé 

l'argent qu'il avait pris 
il égalera en quantité 
et le commis au négociant 
rendra. 

§ 102 
15. Si un négociant 

à un commis 

de l'argent à titre gracieux 

a avancé, 

et si celui-ci dans l'endroit où il 
est allé 
20. du détriment 

a rencontré, 

le capital de l'argent 

au négociant il rendra. 



I. SAGAN-LAL est le petit commerçant ambulant qui débite au détail les denrées d'un grand négociant. ZA,V11. 
205 rend le mot par iamalli...; ibid., IV, 31, 1. 27; il est mis en rapport avec nos SU sa abni « celui qui porte la poche 
aux poids ». Cf. KB (Jensen) Myth. et Ep., p. 490-491. SU « cuir » fournit à lui seul le sens de « poche » ou ktsu. 



54 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. I 



25 



30. 



35 



§103 
sum-ma har-ra-nam 
i-na a-la-ki-su 
na-ak-ru-um 
mi-im-ma sa na-su-u 
us-ta-ad-di-su' 
èAGAN-LAL ni-is i-lim 
i-za-kar-ma 
u-ta-as-sar 



sum-ma dam-gar 
a-na SAGAN-LAL 
se'u sipâtu samnu 
u mi-im-ma bi-sa-am 
a-na pa-sa-ri-im' 
id-di-in 

èAGAN-LAL kaspu 
i-sa-ad-dar-ma 
40 . a-na dam-gar 
u-ta-ar 
SAGAN-LAL ka-ni-ik kaspi 

sa a-na dam-gar 
i-na-ad-di-nu 
45. i-li-ki 

§ 105 
sum-ma èAGAN-LAL 
i-te-gi-ma 
ka-ni-ik kaspi 
sa a-na dam-gar 
50. id-di-nu 
la il-te-ki 

kaspu la ka-ni-ki-im 
a-na ni-ik-ka-az-zi-im 
u-ul is-sa-ak-ka-an 



= v 



30 



§ ^"^3 
Si sur la route 
dans son excursion 
l'ennemi 

tout ce qu'il portait 
lui a fait perdre, 
le commis par le nom de Dieu 
en jurera 
et il sera quitte. 

§ 104 

Si un négociant 
à un commis 
du blé, laine, huile 
35 . ou toute autre denrée 
pour commercer 
a donné, 

le commis l'argent 
inscrira 



40, 



et au négociant 



rendra, 

le commis, la consignation d'ar- 
gent 
qu'au négociant 
on a coutume de donner 
45. reprendra. 

Si le commis 
a prévariqué 

et la consignation d'argent 
qu'au négociant 
50. il avait donné 
n'a pas repris, 
de l'argent non consigné 
à l'actif 
ne peut être porté. 



1 . Rac ma ou niK. 

2. Donne la clef du sens de I Rawl, 49- Col. 1. 18; V Rawl, 6. 15; IM Rawl, 56. 18. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. MI 



55 



Col. II. 



§ io6 

55. sum-ma SAGAN-LAL 
kaspu it-ti dam-gar 
il-ki-ma 
dam-gar-su 
it-ta-ki-ir 

60. dam-gar su-u 

i-na ma-har i-lim u si-bi 
i-na kaspi li-ki-im 
âAGAN-LAL u-ka-an-ma 
SAGAN-LAL kaspu 

65 . ma-la il-ku-u 

a-du III su a-na dam-gar 
i-na-ad-di-in 

summa dam-gar 
SAGAN-LAL i-ki-ip-ma 
70. SAGAN-LAL mi-im-ma 
sa dam-gar id-di-nu-sum 
a-na dam-gar-su 

I . ut-te-ir 

dam-gar mi-im-ma 

sa SAGAN-LAL 

id-di-nu-sum 
5 . it-ta-ki-ir-su 

SAGAN-LAL su-u 

i-na ma-har i-lim u si-bi 

dam-gar u-ka-an-ma 

dam-gar as-sum SAGAN-LAL- 
su 

I o . ik-ki-ru 

mi-im-ma sa il-ku-u 

a-du 6 su 

a-na SAGAN-LAL 

i-na-ad-di-in 

§ 108 
1 5 . sum-ma (SAL) GES-TIN-na - 



55 



§ '06 

Si un commis 

de l'argent d'un négociant 

a reçu 

et avec son négociant 

s'il conteste, 
60. ce négociant 

devant Dieu et les témoins 

au sujet de l'emprunt d'argent 

fera comparaître le commis; 

et le commis, l'argent, 
65. autant qu'il en a pris, 
en triple, au négociant 
il payera. 

Si le négociant 
a fait tort au commis, 
70. et si le commis tout 

ce que le négociant lui avait donné 
à son négociant 



Col. II. I 



a (réellement) rendu. 

si le négociant au sujet de ce 

que le commis, 

lui a rendu 

5 . conteste avec lui, 

ce commis, 

devant Dieu et témoins 

fera comparaître ce négociant ; 

et le négociant, avec son com- 
mis 

10. pour avoir contesté, 

de tout ce qu'il en a reçu 

le sextuple 

au commis 

donnera. 

§ 108 
15. Si une marchande de vin 



56 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. II 



a-na sim sikari 

se'u la im-ta-har 

i-na abni ra-bi-tum' 

kaspu im-ta-har 
20. u KI-LAM sikari 

a-na KI-LAM se'i um-ta-di 

(SAL) GE§-TIN-na su-a-ti 

u-ka-an-nu-si-ma 

a-na me-e 
25. i-na-ad-du-u-si 



comme prix de boisson 

n'a pas accepté du blé, 

mais à gros poids 

a accepté de l'argent, 
20. et le prix de la boisson 

au-dessous du prixdu blé a baissé, 

cette marchande de vins 

on fera comparaître 

et dans l'eau 
25 . on la jettera. 



§ 109 

[ sum-ma (SAL) GE^-TIN-na 

sa-ar-ru-tum 

i-na bîti-sa 

it-tar-ka-zu-ma 
30. sa-ar-ru-tim su-nu-ti 

la is-sa-ab-tu-ma 

a-na c-kal 

la ir-di-a-am 

(SAL) GEè-TIN-na si-i 
35. id-da-ak 



§ iio 



sum-ma (assatu) ' NIN-AN 
sa i-na E-GI-A 
la wa-as-ba-at 
bitGES-TIN-naip-te-te 
40. u lu a-na sikari 

a-na bit GES-TIN-na 
i-te-ru-ub 



§ 109 

Si une marchande de vin, 

quand des rebelles 

dans sa maison 

se réunissent, 
30. ces rebelles 

n'a pas saisi 

et au palais 

n'a pas conduit, 

cette marchande de vin 
35. sera tuée. 



S II 



Si une prétresse 
qui dans le cloître 
ne reste pas, 
la taverne a ouverte 
40. et pour la boisson 
dans la taverne 
est entrée. 



1. D'après II Rawl. 37, 51 g-h, le petit ^ids (abnu phrili) élaih un tiers de sicle. Nous ignorons ce qu'on entendait 
par gros poids. 

2. Le signe -Jj-^ esl l'idéogr. de aUatu. Cf. texte arch. Const. dans mon Rec. de signes, p. 42, n° 'O' (an) 
t^ ►^ySy -^y.- kï-ag (an) Ningirsu kara, d'où le sens de « maîtresse-épouse ».. Suivi de NIN-AN qui vaut 
nlêu, nous avons le sens de u prêtresse » ou « épouse du dieu ». Cf. Brunn. 10997- Le signe DAM V"^'. aSiâiu, si 
on en juge par les formes archaïques ne serait qu'un développement du nôtre. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. II 



!.7 



a-wi-il-tum su-a-ti 
i-qal-lu-u-si' 

§ lïi 
45 . sum-ma (SAL) GES-TIN-na 
60 QA sikari U-SA KA-NP 
a-na di-ip-tim id-di-in 
i-na eburi 
50 QA se'i i-li-ki 

50. sum-ma a-wi-lum 

i-na har-ra-nim 

wa-si-ib-ma 

kaspu hurasu abnu 

u bi-is ga-ti-su 
55 . arna a-wi-lim 

id-di-in-ma 

a-na si-bu-ul-tim 

u-sa-bil-su 

a-wi-lum su-u 
60. mi-im-ma sa su-bu-lu 

a-sar su-bu-lu 

la id-in-ma 

it-ba-al 

be-el si-bu-ul-tim 
65 . a-wi-Iam su-a-ti 

i-na mi-im-ma 

sa su-bu-lu-ma 

la id-di-nu 

u-ka-an-nu-su-ma 
70. a-wi-lum su-u 

a-du 5 su mi-im-ma 

sa in-na-ad-nu-sum 
. a-na be-el si-bu-ul-tim 

i-na-ad-di-in 



cette hommasse, 
on la brûlera. 



§ III 



45 



Si une marchande de vin 

60 QA de boisson U-SA KA-NI 

a livré contre la soif, 

lors de la moisson 

50 QA de blé elle prendra. 

§ 112 

50. Si quelqu'un 

en voyage 

se trouve 

et de l'argent, or, pierre 

et (autres) objets 
55. à un homme 

a remis 

et en transport 

lui a fait transporter ; 

si cet homme 
60. tout ce qu'il doit transporter 

au lieu où il doit transporter 

n'a pas livré 

mais a emporté (pour lui) — 

le propriétaire du message 
65. cet individu 

pour toutes choses 

à transporter 

qu'il n'a pas livré, 

le fera comparaître en justice, 

et cet individu 

cinq fois tout 

ce qui lui avait été remis 

au propriétaire de l'envoi 

rendra. 



70 



1. Cf. § 157 : même sanction pour le fils qui abuse de sa mère. 

2. La liqueur BI U SA se retrouve fréquemment avec l'épithète <y>-i^f Ici K.VNI peut signifier taàiltu « fôte ». 
Pour diptim^ cf. daptiuu, tabium, idg. KI-NÊ (Brunn. 971 1) ; avec les syn. huiititti, {tranii (( sécheresse torride ». 

8 



58 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. II-II 



§ 113 
75. sum-ma a-wi-lum 
e-li a-wi-lim 
Col. III. I • se'u u kaspu i-su-ma 
i-na ba-lum be-el se'i 
i-na na-as-pa-ki-im 
u lu i-na ma-as-ka-nim 
5 . se'u il-te-ki 

a-wi-lam su-a-ti 
i-na ba-lum be-el se'i 

i-na na-as-pa-ki-im 

ului-naKI-UD' 
10. i-na se'i li-ki-im 

u-ka-an-nu-su-ma 

se'u ma-la il-ku-u 

u-ta-ar 

u a-na mi-im-ma sum-su 
1 5 ma-la id-di-nu 

i-te-el-li 

§ 114 

sum-ma a-wi-lum 

e-li a-wi-lim 

se'u u kaspu 
20. la i-su-ma 

ni-bu-zu it-le-bi 

a-na ni-bu-tim 

is-ti-a-at 

1/3 ma-na kaspi 
25. i-sa-qal 

sum-ma a-wi-lum 
e-li a-wi-lim 
se'u u kaspu 
i-èu-ma 



§ "3 

75. Si quelqu'un 
sur un homme 
Col. III. I . a une créance de blé ou d'argent, 
et si à i'insu du maître du blé 
dans le grenier 
ou dans le dépôt, 
5. du blé il a pris, 
cet homme 
pour avoir, à I'insu du maître du 

blé 
dans le grenier 
ou au dépôt, 
10. pris du blé 

on le citera en justice, 
et tout le blé qu'il a pris 
il rendra, 

et de quoi que ce soit 
15. de tout ce qu'il avait prêté 
il est frustré. 

g i'4 

Si quelqu'un 

sur un autre 

une créance de blé ou d'argent, 
20. n'a pas eu, 

et contrainte contre lui a exercé. 

pour contrainte 

chacune, 

1/3 de mine d'argent 
25. il payera. 

Si quelqu'un 

sur un autre 

une créance de blé ou argent 

a eu 



I. Brunn. 9787 :^ maskani. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. III 



>9 



30. ni-bu-zu ib-bi-ma 
ni-bu-tum' 
i-na bit nê-bi-sa 
i-na si-ma-ti-sa 
im-tu-ut 
di-nu-um su-u 



35 



40, 



45 



ru-gu-um-ma-am 
u-ul f-su 

§ 116 
sum-ma ni-bu-tum 
ina bit nê-bi-sa 

i-na ma-ha-zi-im 

u lu i-na us-su-si-im 

im-tu-ut 

be-el ni-bu-tim 

dam-gar-su 

u-ka-an-ma 

sum-ma mâr a-wi-lim 

mâr-su i-du-uk-ku 
sum-ma arad a-wi-lim 
1/3 ma-na kaspi 



50. i-sa-qal 

u i-na mi-im-ma sum-su 
ma-la id-di-nu 
i-te-el-li 

§ 117 
sum-ma a-wi-lam 
55. e-hi-il-tum 
is-ba-zu-ma 

assat-zu' mâr-su marat-zu 
a-na kaspi id-di-in 
u lu a-na ki-is-sa-a-tim 

I . M. à m. la contrainte. 



30 



35' 



et a exercé contre lui contrainte 

si le contraint ' 

dans la maison du contraignant 

de mort naturelle 

est mort, 

cette cause 

de réclamation 

ne comporte pas. 

§ 1)6 
Si le contraint 

dans la maison de son contrai- 
gnant 
40. par suite de coups 
ou de misère 
est mort, 

le maître du contraint 
son négociant 
cite en justice 

et si le mort était fils d'homme 
libre 

on tuera le fils (du négociant), 

si (le mort) était esclave, 

(le négociant) un tiers de mine 

d'argent 
payera 
et de quoi que ce soit 
de tout ce qu'il avait prêté 
il est frustré. 

§ 127 
Si quelqu'un 
55. une dette 
l'a contracté 

et si ses femme, fils, fille 
il a donné pour de l'argent, 
et à la sujétion 



45 



50 



3. Signe -j^^y-y (^^y). 



6o 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. III-IV 



60. it-ta-an-di-in 

sattu 3 kam 

bit sa-a-a-ma-ni-su-nu 

u ka-si-si-su-nu 

i-ib-bi-su i-na ri-bu-tim 
65 . sa-at-tim 

an du-ra-ar-su-nu 

is-ta-ak-ka-an 

§118 

sum-ma ardu u lu amtu 
a-na ki-is-sa-tim 
70 . it-ta-an-di-in 

dam-gar u-se-te-iq 

a-na kaspi i-na-ad-din 
u-ul ib-ba-gar 

§ 119 
sum-ma a-wi-lam 
75 . e-hi-il-tum 
is-ba-zu-ma 

amat-zu sa mare ul-du-sum 
a-na kaspi it-ta-din 
Col. IV. I. kaspu dam-gar is-ku-lu 
be-el amti i-sa-qal-ma 
amat-zu i-pa-dar 

§ i-o 
sum-ma a-\vi-lum 
5 . se-su a-na na-as-pa-ku-tim 
i-na bit a-wi lum 
is-pu-uk-ma 
i-na ga-ri-tim' 
i-ib-bu-u-um it-tab-si 
10. u lu be-el biti 

na-as-pa-kam ip-te-ma 
se 'u il-ki 



60. il les a livrés, 

durant trois ans 

la maison de leur acheteur 

et coacteur 

ils serviront; dans la quatrième 
65 . annôe, 

leur première condition 

il rétablira. 

§ 118 
Si un esclave mâle ou femelle 
à la sujétion (d'un autre) 
70. il a livré, 

et si le négociant le lait passer 

ailleurs 
et le vend, 
il n'y a pas de réclamation. 

ë H9 
Si quelqu'un 
75 . une dette 
l'a contracté 

et sa serve qui lui a donné des fils 
a vendu, 
Col. IV. I . l'argent que le négociant a payé 
le maître de la serve le lui rendra 
et sa serve rachètera. 

§ 120 

Si quelqu'un 
5 . du blé pour emmagasinement 
dans la maison d'un homme 
a emmagasiné, 
et si dans le compartiment (?) 
un dégât s'est produit, 
10. et soit que le maître de la maison 
ait ouvert le grenier 
et ait pris du blé. 



I. mip, qarilim. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. IV 



6i 



15 



u lu se'u sa i-na bîti-su 

is-sa-ap-ku 

a-na ga-am-ri-im 



it-ta-ki-ir 

be-el se'i ma-har i-lim 
se-su u-ba-ar-ma 
be-el bîti 
20. se'u sa il-ku-u 
us-ta-sa-na-ma 
a-na be-el se'i 
i-na-ad-di-in 

§ 121 

sum-ma a-vvi-lum 
2 5 . i-na bit a-wi-lim 

se'u is-pu-uk 

i-na sa-na-at 

a-na i SE-GUR E 5 QA se'u 

ID na-as-pa-ki-im 
30 . i-na-ad-di-in 

sum-ma a-wi-lum 
a-na a-wi-lim 
kaspu hurasu 
u mi-im-ma sum-su 
35. a-na ma-sa-ru-tim 
i-na-ad-di-in 
mi-im-ma ma-la 
i-na-ad-di-nu 

si-bi u-kal-lam 
40. ri-ik-sa-tim 

i-sa-ak-ka-an-ma 
a-na ma-sa-ru-tim 
i-na-ad-di-in 

§ 123 
sum-ma ba-lum si-bi 



15 



ou soit que, le blé qui chez lui 
a été versé, 

au sujet de la quantité totale 
il conteste, 

le propriétaire du blé devant Dieu 
poursuivra son blé 
et le maître de la maison 
20. qui a pris le blé 
le remplacera 
et au propriétaire du blé 
le rendra. 

§ 121 

Si quelqu'un 
25 . dans la maison d'un homme 

du blé a emmagasiné, 

par année 

pour I GUR, 5 QA de blé, 

prix de location de magasin, 
30- il donnera. 

§ 122 

Si quelqu'un 

à un autre homme 

de l'argent, de l'or 

ou toute autre chose 
35 . en dépôt 

veut donner, 

tout ce que 

il veut donner 

à des témoins il devra faire con- 
naître 
40. et des conventions 

il fixera 

et en dépôt 

(alors) il donnera. 

§ 123 
Si sans témoin 



62 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS, COL. IV 



45 



50. 



60 



65 



u ri-ik-sa-tim 
a-na ma-sa-ru-tim 
id-di-in-ma 
a-sar id-di-nu 
it-ta-ak-ru-su 
di-nu-um su-u 
ru-gu-um-ma-am 
u-ul i-§u 



§ 124 

sum-ma a-wi-lum 
a-na a-wi-lim 
55. kaspu hurasu 

u mi-im-ma sum-su 

ma-har si-bi 

a-na ma-sa-ru-tim 

id-di-in-ma 

it-ta-ki-ir-su 

a-wi-lam su-a-ti 

u-ka-an-nu-su-ma 

mi-im-ma sa ik-ki-ru 

us-ta-sa-na-ma 

i-na-ad-di-in 



125 



sum-ma a-wi-ium 

mi-im-ma-su 

a-na ma-sa-ru-tim id-di-in-ma 

a-sar id-di-nu 
70. u lu i-na bi-il-si-im 

u lu i-na na-ba- 

al-ka-at-tim 

mi-im-mu-su 

it-ti mi-im-me-e 
75. be-el bîti ih-ta-li-iq be-el biti sa 
i-gu-ma 

mi-im-ma sa a-na 
ma-sa-ru-tim id-di-nu-sum-ma 



45. ni convention 

en dépôt 

il a livré, 

et là où il a donné 

si on lui conteste. 
50. cette cause 

de réclamation 

ne comporte pas. 

§ 124 

Si quelqu'un 

à un autre homme 
55 . argent ou or 

ou toute autre chose 

devant témoin 

en dépôt 

a donné, 
60. et si celui-ci le lui conteste, 

cet homme, 

il le citera en justice, 

et tout ce qu'il a contesté 

il remplacera 
65. et rendra. 

§ 125 

Si quelqu'un 

quelque chose de son avoir 

en dépôt a donné, 

et là où il a donné 
70. fût-ce par effraction, 

fût-ce par 

escalade, 

si ce quelque chose 

avec l'avoir 
75 . dumaitredelamaison s'estperdu, 
le maître de la maison qui est 
en faute 

tout ce qu'en 

dépôt on lui avait remis 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. IV-V 



63 



u-hal-li-ku 
u-sa-lam-ma 
Col. V. I. a-na be-d SA-GA 
i-ri-a-ab 
be-el bîti 

mi-im-ma-su hal-ga-am 
5 . is-te-né-i-ma 

it-ti sar-ra-ga-ni-su 
i-li-ki 

§ 126 
sum-ma a-wi-lum 
mi-im-mu-su 
10. la ha-Ii-iq 

mi-im-me-su 

ha-li-iq iq-ta-bi 

ba-ab-ta-su 

u-te-ib-bi-ir 
15. ki-ma mi-im-mu-su 

la hal-ku 

ba-ab-ta-su 

i-na ma-har i-lim 

u-ba-ar-su-ma 
20. mi-im-ma 

sa ir-gu-mu 

us-ta-sa-na-ma 

a-na ba-ab-ti-su 
i-na-ad-di-in 

§ 127 
25. sum-ma a-wi-lum 

e-li NIN-AN 

u as-sa-at a-wi-lim 

u-ba-nam u-sa-at-ri-ia-ma 

la uk-ti-in 
30. a-wi-lam su-a-ti 

ma-har da-a-a-ni 

i-na-ad-du-u-su 

u mu-ut-ta-zu 

u-gal-la-bu 



et qu'il a perdu 
il compensera. 
Col. V. I . et au maître des biens 
il restituera; 
le maître de la maison 
son avoir perdu 
5 . remplacera 

et sur son voleur 
reprendra. 

§ 126 

Si quelqu'un 

son bien 
10. n'étant pas perdu, 

« son bien 

est perdu « prétend — 

ce qui lui manque 

exagère — 
15 . comme si son bien 

n'était pas perdu (totalement) 

sa diminution (seulement) 
devant Dieu 

il poursuivra 
20. et tout 

ce qu'il a réclamé 

on lui compensera, 

et pour ce qui lui manque ' 

on rendra. 

§ 127 
25. Si quelqu'un 

contre une prêtresse 

ou la femme d'un homme 

un doigt a fait lever 

et n'a pas convaincu en justice, 
30. cet homme 

devant le juge 

on jettera, 

et son front 

on marquera. 



64 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. V 



§ 128 

35. sum-ma a-wi-lum 

as-sa-lum 

i-hu-uz-ma 

ri-ik-sa-ti-sa 

la is-ku-uB 
40. zinnistu si-i 

u-ul as-sa-at 



§ 129 
sum-ma as-sa-at a-wi-lim 
it-ti zi-ka-ri-im 
sa-ni-im 
i-na i-tu-lim 
il-ta-as-bat 
i-ka-zu-àu-nu-ti-ma 
a-na me-e 

i-na-ad-du-u-su-nu-ti 
sum-ma be-el as-sa-tim 
as-sa-zu u-ba-la-at 
u sar-ru-um 
arad-zu u-ba-la-at 



45 



50 



55 



§ 130 

sum-ma a-wi-lum 
as-sa-at a-wi-lim 
sa zi-ka-ra-am 
la i-du-u-ma 
i-na bit a-bi-sa 
wa-as-ba-at 

60. u-kab-bil-si-ma 
i-na zu-ni-sa 
it-ta-ti-il-ma 
is-sa-ab-tu-su 
a-wi-lum su-u 

65 . id-da-ak 
zinnistu si-i 
u-ta-as-sar 



§ 128 

35. Si quelqu'un 

une femme 

a épousé 

et les obligations de cette femme 

n'a pas fixé, 
40. cette femme 

n'est pas épouse. 

Si la femme d'un homme 

avec un mâle 

autre 
45. à dormir 

a été prise, 

on les liera 

et dans l'eau 

on les jettera, 
50. à moins que le mari 

ne laisse vivre sa femme. 

et que le roi 

ne laisse vivre son serviteur. 

§ 130 

Si quelqu'un 

la femme d'un homme 

qui le mâle 

n'a encore connu 

et qui dans la maison de son père 

demeure encore 
60. a violenté, 

et dans son sein 

a couché, 

si on le surprend. 

cet homme 
65 . sera tué. 

cette femme 

sera relâchée. 



55 



GODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. VVI 



6^ 



§ 131 

sum-ma as-sa-at 

a-wi-Iim 
70. mu-za u-ub-bi-ir-si-ma 

it-ti zi-ka-ri-im sa-ni-im 

i-na u-tu-lim 

la is-sa-bi-it 

ni-is i-lim 
75. i-za-kar-ma 

a-na bîti-sa i-ta-ar 

§ 132 
sum-ma as-sa-at 
a-Avi-lim 

as-sum zi-ka-ri-im sa-ni-im 
80. u-ba-nu-um 
e-li-sa 

it-ta-ri-is-ma 
it-ti zi-ka-ri-im 
Col. VI. I . sa-ni-im 

i-na u-tu-lim 
la it-ta-as-ba-at 
a-na mu-ti-sa 
5. (ilu) Nâru 
i-sa-al-li 

§ 133 

sum-ma a-wi-lum 

is-sa-li-il-ma 

i-na biti-su 
10. sa a-ka-lim 

i-ba-as-si 

[as-saj-zu 

[wa-az]-za-at 

[i-na bîti]-sa 
15 ri 

a-na bîtim sa-ni-[im] 

[i-te]-ru-ub 

[as-sum] zinnistu si-i 

[pa]-o-ar (?)-sa 



§ 131 

Si la femme 

d'un homme 
70. son mari l'a liée (maudite), 

et si avec un autre mâle 

dans la couche 

il ne l'a pas surprise, 

par le nom de Dieu 
75 . elle jurera, 

et chez elle, elle retournera. 

i -,2 
Si la femme 
d'un homme, 
à propos d'un autre mâle, 
80. le doig-t 
contre elle 
s'est levé 
et si avec un mâle 
Col. VI. 1 . autre 

dans la couche 
elle n'a pas été surprise, 
pour son mari 
5 . dans le dieu Fleuve 
elle se plongera. 

§ 133 
Si un homme 
a été fait captif, 
et si dans sa maison 
10. de quoi manger 
ilya, 

si sa femme 
est sortie 
de sa maison. 



15 



et dans une autre maison 
est entrée, 

parce que cette femme 
son corps 



66 



CODE DES LOIS DE HAMMURARI : VERS. COL. VI 



20. la is-sur-ma 

a-na bîtim sa-ni-im 

i-te-ru-ub 

zinnistu su-a-ti 

u-ka-an-nu-si-ma 
25. a-na me-e 

i-na-ad-du-u-si 

§ 134 

sum-ma a-wi-lum 

is-sa-H-Il-ma 

i-na biti-su 
30, sa a-ka-li-im 

la i-ba-as-si 

as-sa-zu 

a-na bîtim sa-ni-im 

i-ir-ru-ub 
35 . zinnistu si-i 

ar-nam u-ul isu 

§ 135 

sum-ma a-wi-lum 

is-sa-li-il-ma 

i-na bîti-su 
40. sa a-ka-li-im 

la i-ba-as-si 

a-na pa-ni-su 

as-sa-zu 

a-na biti sa-ni-im 
45. i-te-ru-ub-ma 

mare it-ta-la-ad 

i-na wa-ar-ka 

mu-za it-tu-ra-am-ma 

ali-su 
50. ik-ta-as-dam 

zinnistu si-i 

a-na ha-wi-ri-su 

i-ta-ar 

mare wa-ar-ki 



30. n'a pas gardé 

et dans une autre maison 

est entrée, 

cette femme 

on la fera comparaître^ 
25. et dans l'eau 

on la jettera. 

^ 134 

Si un homme 

a été fait captif, 

et si dans sa maison 
30. à manger 

il n'y a pas, 

et si sa femme 

dans une autre maison 

entre, 
35 . cette femme 

n'a pas de faute. 

§ 135 

Si un homme 

a été pris captif, 

et dans sa maison 
40. à manger 

s'il n'}- a pas 

devant lui, 

si sa femme 

dans une autre maison 
45. est entrée, 

y a enfanté des enfants 

et si ensuite 

son mari revient 

et sa ville 
50. regagne, 

cette femme 

à son époux 

retournera; 

les fils à la suite 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. VI-VII 



67 



55. a-bi-su-nu 
i-ii-la-ku 

§ 136 

sum-ma a-wi-lum 

al-su id-di-ma 

it-ta-bi-it 
60 . wa-ar— ki-su 

as-sa-zu 

a-na bît sa-ni-im 

i-te-ru-ub 

sum-ma a-vvi-lum su-u 
65 . it-tu-ra-am-ma 

as-sa— zu 

is-sa-ba-at 

as-sum al-su 

i-zi-ru-ma 
70. in-na-bi-tu as-sa-at mu-na-ab- 
tim 

a-na mu-ti-sa 

u-ul i-ta-ar 

§ 137 
sum-ma a-wi-lum 
a-na (sal) su-ge-tim 
75. sa mare ul-du-sum u lu assatu 
sa mare 
u-sar-su-su 
e-si-bi-im 
pa-ni-su 
is-ta-ka-an 
80 . a-na zinnisti su-a-ti 
se-ri-iq-ta-sa 
u-ta-ar-ru-si-im 
u mu-ut-ta-at' 
eqli kiri u bi-si-im 
Col. VII. I. i-na-ad-di-nu-si-im-ma 
marè-sa 



55 . de leur père 
iront. 

§ ^3^ 

Si un homme 

a abandonné sa ville, 

s'est enfui, 
60. et si après lui, 

sa femme 

dans une autre maison 

est entrée, 

si cet homme 
65 . revient 

et sa femme 

veut reprendre, 

parce que sa ville 

il a déserté 
70 . et s'est enfui, la femme du fugitif 

à son mari 

ne retournera pas. 

§ 137 

Si un homme 

pour une concubine 
75. qui des fils lui a donné, ou aussi 
pour une épouse qui des fils 

lui a produit, 

pour les répudier 

sa face 

dispose, 
80. à cette femme 

son trousseau 

on lui rendra, 

et l'usufruit 

du champ, verger et (autre) bien 
Col. VII. I. on lui donnera; 

ses fils 



I . Mot à mot, le front, la surface. 



68 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. \'I1 



u-ra-ab-ba 
is-tu marè-sa 
5 . ur-ta-ab-bu-u 
i-na mi-im-ma 
sa a-na marc-sa 
in-na-ad-nu 
si-it-tu 
lo. ki-ma ab-lîm is-te-en 
i-na-ad-dl-nu-si-im-ma 
mu-tu li-ib-bi-sa 
i-ih-ha-az-zi 

§ 138 

sum-ma a-wi-lum 
15. hi-ir-ta-su 

sa mare la ul-du-sum 

i-iz-zi-ib 

kaspi ma-Ia 

tir-ha-ti-sa 
20. i-na-ad-di-is-si-im 

u se-ri-iq-tum 

sa is-tu bit a-bi-sa ub-lam 

u-sa-lam-si-im-ma 

i-iz-zi-ib-si 

§ '39 
25. sum-ma tir-ha-tum 
la i-ba-as-si 
I ma-na kaspi 
a-na u-zu-ub-bi-im 
i-na-ad-di-is-si-im 



30, 



§ 1 jo 
sum-ma MAS-EN-KAK 
1/3 ma-na kaspi 
i-na-ad-di-is-si-im 

§ 141 
sum-ma as-sa-at a-wi-lim 
sa i-na bit a-wi-lim 



elle élèvera; 
après que ses enfants 
5 . elle aura élevé 
de toutes choses 
qui à ses enfants 
seront données, 
une part 
10. comme à un fils 
on lui donnera, 
et l'époux de son choix 
elle épousera. 

§ 138 

Si un homme 
I 5 . son épouse 

qui ne lui a pas enfanté 

veut répudier, 

tout l'argent 

de sa dot 
20. il lui rendra, 

et le trousseau 

qu'elle a apporté de chez son père 

il lui restituera, 

et il la répudiera. 

^ '39 
25 . Si de dot 
il n'y a pas, 
une mine d'argent 
pour la répudiation 
il lui donnera. 

§ 140 
30. Si c'est un noble, 

1/3 de mine d'argent 
il lui donnera. 

Si la femme d'un homme 

qui dans la maison d'un homme 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. VII 



6q 



35. wa-as-ba-at 

a-na wa-si-im 

pa-ni-sa 

is-ta-ka-an-ma 

zi-ki-il-tum 
40. i-za-ak-ki-il 

bît-za u-za-ap-pa-ah 
mu-za u-sa-am-da 
u-ka-an-nu-si-ma 
sum-ma mu-za 
45. e-si-ib-sa 
iq-ta-bi 
i-iz-zi-ib-si 
ha-ra-an-sa 
u-zu-ub-bu-sa 
50. mi-im-ma 

u-ul in-na-ad-di-is-si-im 
sum-ma mu-za 
la e-si-ib-sa iq-ta-bi 
mu-za zinnistum sa-ni-tum 
55. i-ih-ha-az 
zinnistu si-i 
ki-ma amtu 
i-na bîti mu-ti-sa 
us-sa-ab 



60. 



65 



S 142 

sum-ma zinnistu mu-za i-zi-ir- 
ma 

u-ul ta-ah-ha-za-an-ni 

iq-ta-bi 

wa-ar-ka-za 

i-na ba-ab-ti-sa 

ip-pa-ar-ra-as-ma 

sum-ma na-as-ra-at-ma 

hi-di-tum 

la i-su 

u mu-sa(g) 



35. demeure, 

pour sortir 

sa face 

dispose, 

la division 
40. produit, 

sa maison ruine, 

son mari laisse, 

on la citera en justice; 

si son mari 
45 . « Je la répudie » 

dit, 

il la laissera 

(aller) son chemin; 

de son prix de répudiation 
50. rien 

il ne lui donnera. 

Si son mari 

« Je ne la répudierai pas », dit, 

son mari une autre femme 
55. peut épouser, 

et la (première) femme 

comme serve 

dans la maison de son mari 

restera. 

§ 142 
60. Si une femme hait son mari 

et « Tu ne me posséderas pas » , 
lui dit, 
son secret 

sur ce qui lui manque 
65 . sera examinée, 

et si elle est ménagère, 
et qu'une faute 
elle n'ait pas, 
et que son mari 



70 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. VII-VIll 



70 . wa-zi-ma 
ma-ga-al 
u-sa-am-da-si 
zinnistu si-i 
Col.VlIl. I . ar-nam u-ul i-su 
se-ri-iq-ta-sa 
i-li-ki-ma 
a-na bit a-bi-sa 
5 . it-ta-al-la-ak 

?^ "43 
sum-ma la na-as-ra-at-ma 
wa-zi-a-at 
bi-za u-za-ap-pa-ah 
mu-za u-sa-am-da 
10. zinnistu su-a-ti 
a-na me-e 
i-na-ad-du-u si 

§ 144 

sum-ma a-wi-lum 

assatu' i-hu-uz-ma 
15. assatu' si-i 

amtu a-na mu-ti-sa 

id-di-in-ma 

mare us-tab-si 

a-wi-lum su-u 
20. a-na (sal) su-ge-tim 

a-ha-zi-im 

pa-ni-su 

is-ta-ka-an 

a-wi-lam su-a-li 
25. u-ul i-ma-ag-ga-ru-su 

(sal) su-ge-tum 

u-ul i-ih-ha-az 

>^ 14s 
sum-ma a-wi-lum 
assatu' i-hu-uz-ma 



70. sorte au dehors, 
et beaucoup 
la laisse là, 
cette femme 
Col. VIII. I . n'est pas coupable ; 
son trousseau 
elle prendra 

et dans la maison de son père 
5 . elle s'en ira. 

^ 143 
Si elle n'est pas ménagère, 
mais coureuse, 
sa maison ruine, 
son mari néglige, 
10. cette femme 
à l'eau 
on la jettera. 

^ 'Il 

Si un homme 

a épousé une femme 
15. et si cette femme 

une serve à son mari 

a donné 

qui ait produit des enfants, 

si cet homme 
20. pour une concubine 

épouser 

sa face 

a disposé, 

cet homme 
25 . on ne l'autorisera pas, 

une concubine 

il n'épousera pas. 

§ '15 
Si quelqu'un 
a épousé une femme 



I. Idg. V>l-- 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. VllI 



30. 



mare la u-sar-si-su-ma 

a-na (sal) su-ge-tim 

a-ha-zi-im 

pa-ni-su 

is-ta-ka-an 



35 



a-wi-lum su-u 
(sal) su-ge-tum 
i-ih-ha-az 
a-na bi-ti-su 
u-se-ir-ri-ib-si 
40. (sal) su-ge-tum si-i 
it-ti assati 
u-ul us-ta-ma-ah-ha-ar' 

§ 146 
sum-ma a-wi-lum 
assatu i-hu-uz-ma 
45 . amtu a-na mu-ti-sa 
id-di-in-ma 
mare it-ta-la-ad 
wa-ar-ka-nu-um 
amtu si-i 
50. it-ti be-el-ti-sa 
us-ta-tam-hi-ir 
as-sùm mare ul-du 
be-li-za 
a-na kaspi 

55. u-ul i-na-ad-di-is-si 
ab-bu-ut-tum 

i-sa-ak-ka-an-si-ma 
it-ti amâti 

i-ma-an-nu-si 

§ 147 
60. sum-ma mare 
la u-Ii-id 
be-Ii-za 
a-na kaspi 

i-na-ad-di-is-si 

I- Ou I a la valeur m.ih, comme aussi lah, ou c 



30. et si ellene lui apas donné des fils, 
et si pour une concubine 
épouser 
sa face 
il a disposé, 
35- cet homme 
une concubine 
peut épouser; 
dans sa maison 
il l'introduira, 
40. cette concubine 
avec l'épouse 
il ne rendra pas égale. 

§ 146 
Si quelqu'un 
a épousé une femme 
45 • et qu'une serve à son mari 
elle ait donné 

et si celle-ci en a eu des enfants; 
après cela 
si cette serve 
50. avec sa maîtresse 
rivalise, 

àcausequ'elleadonnédesenfants, 
sa maîtresse 

pour de l'argent 

55 • ne peut plus la vendre, 

une marque 

elle lui fera 

et avec les serves 

elle la recomptera. 

§ 147 
60. Si des enfants 

elle n'a pas enfanté, 
sa maîtresse 
pour argent 
peut la vendre. 

'est à une forme redoublée que nous avons affaire. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. VlII-IX 



§ 148 

65 . sum-ma a-wi-lum 

as-sa-tum 

i-hu-uz-ma 

la-ah-bu-um 

is-sa-ba-az-zi 
70. a-na sa-ni-tim 

a-ha-zi-im 

pa-ni-su 

is-ta-ka-an 

i-ih-ha-az 
75. as-sa-zu 

sa la-ah-bu-um 

is-ba-tu 

u-ul i-iz-zi-ib-si 

i-na bit i-pu-su 
80. us-ta-am-ma 

a-di ba-al-ta-at it-ta-na-as-si-si 



^ 148 

65. Si quelqu'un 

une femnne 

a épousé, 

et si une maladie (?) 

s'est emparée d'elle, 
70. et si pour une autre femme 

épouser 

sa face 

il a disposé, 

il peut épouser, 

mais sa femme 

que la maladie (?) 

a saisie 

il ne la répudiera pas, 

dans l'établissement 
80. elle demeurera 

et aussi longtemps qu'elle vivra, 
il la sustentera. 



7^ 



^ '49 

Col. IX. I . sum-ma zinnistu si-i 
i-na biti mu-ti-sa 
w'^a-sa-ba-am 
la im-ta-gar 
5 . se-ri-iq-ta-sa 

sa is-tu biti a-bi-sa 
ub-lam 

u-sa-lam-sim-ma 
it-ta-al-la-ak 

10. sum-ma a— wi-lum 
a-na as— sa— ti-su 
eqlu kirù bîtu 
u bi-sa-am 
is— ru— uq-sim 

1 5 . ku-nu-uk-kam 
i— zi— ib— sim 



?^ ' IV 

Col. iX. 1. Si cette femme 

dans la maison de son mari 
résider 

ne lui plait pas, 
5 . son trousseau 

que de chez son pore 
elle a apporté, 
il lui restituera en entier, 
et elle s'en ira. 

§ 150 
10. Si quelqu'un 

à sa femme 

champ, verger, maison 

et objets 

lui a donné, 
15. une tablette scellée 

lui a laissé; 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. IX 



73 



wa-ar-ki mu-ti-sa 
marê-sa u-ul i-ba-ga-ru-si 
um— mu-um 

20 . wa-ar-ka-za 

a— na mari— sa 

sa i-ra-am-mu 

i-na-ad-di-in 

a— na a— hi-im 
25. u-ul i-na-ad-di-in 

sum ma zinnistu 
sa i-na bît a-wi-lim 

wa-as-ba-at 

as-sum be-el hu-bu-ul-lim 
30. sa mu-ti-sa 

la sa-ba-ti-sa 

mu-za ur-ta-ak-ki-is 

dup-pa-am 

us-te-zi-ib 
35. sum-ma a-wi-lum su-u 

la-ma zinnistu su-a-ti 

i-ih-ha-zu 

hu-bu-ul-lum 

e-li-su 
40 . i-ba-as-si 

be-el hu-bu-ul-li-su 

as-sa-zu 

u-ul i-sa-ba-tu 

u sum-ma zinnistu si-i 
45 . la-ma a-na bît a-wi-lim 

i-ir-ru-ub 

hu-bu-ul-lum 

e-li-sa 

i-ba-as-si 
50. be-el hu-bu-ul-li-sa 

mu-za u-ul i-sa-ba-tu 



après (la mort de) son mari, 

les enfants de cette femme ne lui 
contesteront rien ; 

la mère 
20. ce qu'elle laissera après elle 

à l'un des enfants 

qu'elle aime de préférence 

donnera ; 

à un (sien) frère 
25. elle ne (le) donnera pas. 



§ 151 
Si une femme 

qui dans la maison d'un homme 
demeure, 

afin que le créancier d'un intérêt 
de son mari 
ne la saisisse pas, 



30, 



a engagé son mari, 



une tablette 

s'est fait délivrer ; 
35 . si cet homme, 

dès avant que cette femme 

il épouse, 

intérêts (à payer) 

sur lui 
40. existent, 

le créancier de l'intérêt 

son épouse 

ne saisira pas ; 

et si cette femme 
45 . dès avant que chez cet homme 

elle entre, 

intérêts 

sur elle 

existent, 
50. le créancier de l'intérêt 
son mari ne saisira pas. 



74 



CODE DliS LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. IX 



§ '53 

sum-ma is-tu 

zinnistu si-i 

a-na bit a-wi-lim 
T 5 . i-ru-bu 

e-li-su-nu 

hu-bu-ul-lu m 

It-tab-si 

ki-la-la-su-nu 
6o. dam-gar i-ip-pa-lu 

sum-ma as-sa-at a-wi-lim 
as-sum zi-ka-ri-im 
sa-ni-im 
mu-za us-di-ik 
65 . zinnistu su-a-ti i-na ga-si-si-im 
i-sa-ak-ka-an-nu-sim 

§ 154 

sum-ma a-\vi-lum 
mârat-zu 
il-ta-ma-ad 
70. a- wi-lum su-a-ti 
ali u-se-iz-zu-u-su 

§ 155 

sum-ma a-wi-Ium 

a-na mâri-su 

kallalu i-hi-ir-ma 
75. màr-su il-ma-zi 

su-u wa-ar-ka-nu-um-ma 

i-na zu-ni-sa 

it-ta-li-il-ma 

is-sa-ab-tu-su 
80. a-wi-lam su-a-ti 

i- ka-zu-su-ma 

a-na me-e 



§ '52 

Si depuis 

que cette femme 

chez le mari 
55. est entrée, 

sur eux 

une dette d'intérêts (à payer) 

se produit, 

solidairement, 
60. le négociant ils compenseront. 

§ IS3 

Si l'épouse d'un homme 
à cause d'un mâle 
autre, 

son mari a fait tuer, 
65 . cette femme à la potence 
on mettra . 

§ 154 

Si un homme 
sa fille 
a connu, 
70. cet homme 

on le chassera de la ville. 

§ '55 

Si un homme 

à son fils 

choisit une fiancée, 
75 . et si son fils l'a connue, 

et si lui-même ensuite 

dans son sein 

couche, 

et si on le surprend, 
80. cet homme 

on liera, 

et dans l'eau 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. X 



7> 



Col. X. 1. i-na-ad-du-u-si ' 

sum-ma a-wi-lum 

a-na màri-su 

kallatu 
5. i-hi-ir-ma 

mâr-su la il-ma-zi-ma 

su-u i-na zu-ni-sa 

!t-ta-ti-il 

1/2 ma-na kaspi 
I o . i-sa-qal-si-im-ma 

u mi-im-ma 

sa is-tu 

bit a-bi-sa 

ub-lam 
1 5 . u-sa-lam-si-im-ma 

mu-tu li-ib-bi-sa 
i-ih-ha-az-zi 

§ ^57 
sum-ma a-wi-lum 
wa-ar-ki a-bi-su 
20. i-na zu-un um-mi-su 
it-ta-ti-il 
ki-Ja-li-su-nu 
I-qal-lu-u-su-nu-ti 

§ 158 

sum-ma a-wi-Jum 
25. wa-ar-ki a-bi-su 

i-na zu-un 

ra-bi-ti-su' 

sa mare wa-al-da-at 

it-ta-as-ba-at 
30. a-wi-Ium su-u 

i-na bîti a-ba 

in-na-az-za-ah 

1 . Faute pour su ? « On le jettera ». 

2. Pour mwabitisu, cf. infr. Col. XVII. §§ ,92, 195, etc. 



Col. X 



. on la jettera. 

§ 156 
Si un homme, 
pour son fils 
une fiancée 
5. a choisi, 

et si son fils ne l'a pas connue 
et si lui-même dans son sein 
a dormi, 

1/2 mine d'argent 
10. il lui payera, 
et tout ce 
que de chez 
son père 
elle a apporté, 
15. il lui rendra en entier, 
et l'époux de son cœur 
elle épousera. 

§ 157 
Si un homme, 
après son père, 
20. dans le sein de sa mère 
a dormi, 
l'un et l'autre 
on les brûlera. 

§ 158 

Si quelqu'un 
25 . après son père, 

dans le sein 

de celle qui l'a élevé 

et qui a eu des enfants 

est surpris, 
30. cet homme 

de la maison paternelle 

sera arraché. 



76 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. X 



§ 159 
sum-ma a-wi-lum 
sa a-na bit e-mî-su 

35, bi-ib-lam 

u-sa-bi-lu 

tir-ha-tum id-di-nu 

a-na zinnistu sa-ni-tim 

up-ta-al-li-is-ma 
40. a-na e-mi-su 

mârat-ka 

u-ul a-ha-az iq-ta-bi 

a-bi marti 

mi-im-ma 
45 . sa ib-ba-ab-lu-sum 

i-ta-ab-ba-al 

§ 160 

sum-ma a-wi-lum 

a-na bit e-mi-im 

bi-ib-lam 
50. u-sa-bi-il 

tir-ha-tum 

id-di-in-ma 

a-bi marti 

marti-i u-ul a-na-ad-di-iq-qu 
55. iq-ta-bi 

mi-im-ma ma-ia 

ib-ba-ab-lu-sum 

us-ta-sa-an-na-ma 

u-ta-ar 

§ 161 

60. sum-ma a-wi-lum 
a-na bit e-mi-su 
bi-ib-lam u-sa-bil 
tir-ha-tum 
id-di-in-ma 



ë 159 

Si quelqu'un 

qui dans la maison de son beau- 
père 
35 . du meuble 

a fait apporter, 

une dot a donné, 

vers une autre femme 

tourne les yeux, 
40. et à son beau-père : 

« ta fille, 

je ne l'épouse pas, » dit; 

le père de la fille, 

tout ce que 
45. qui lui a été apporté, 

gardera. 

§ 160 

Si quelqu'un 

dans la maison du beau-père, 

du meuble 
50. a fait porter, 

une dot 

a donné, 

et si le père de la fille : 

« ma fille je ne te donnerai pas » 
55. dit. 

tout ce que 

qui lui a été apporté 

il égalera 

et rendra. 

§ ï6i 

60. Si quelqu'un 

chez son beau-père 
du meuble a fait porter, 
une dot 
a donné. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. X-XI 



77 



65 . i-bi-ir-su 

ug-tar-ri-zu 

e-mu-su 

a-na be-el as-sa-tim 

marti-i u-ul ta-ah-ha-az 
70. iq-ta-bi 

mi-im-ma ma-la 

ib-ba-ab-lu-sum 

us-ta-sa-an-na-ma 

u-ta-ar 
75. u as-sa-zu 

i-bi-ir-su 

u-ul i-ih-ha-az 

§ 162 

sum-ma a-wi-lum 
as-sa-tum 
80. i-hu-uz 

mare u-li-su-ma 
zinnistu si-i 
a-na si-im-tim 
Col. XI. I . it-ta-la-ak 

a-na se-ri-iq-ti-sa 
a-bu-sa 

u-ul i-ra-ag-gu-um 
5. se-ri-iq-ta-sa 
sa marê-sa-ma 

§ ^63 

sum-ma a-wi-lum 
as-sa-tum 
i-hu-uz-ma 
10. mare la u-sar-si-su 

zinnistu si-i 
a-na si-im-tim 
it-ta-la-ak 
sum-ma tir-ha-tum 



65 



si un sien ami 
le calomnie, 
le beau-père 
au mari 

« tu n'épouseras pas ma fille » 
70. dit; 

tout ce qui 
lui a été apporté, 
il égalera 
et rendra ; 
75. et sa femme 
son ami 
ne pourra l'épouser. 

Si quelqu'un 
une femme 
80. a épousé 

et si elle lui a donné des enfants, 
si cette femme 
à sa destinée 
Col. XI. I . est allée, 

sur son trousseau, 
son père 

ne réclamera rien ; 
5 . son trousseau 
est à ses enfants. 

§ 163 

Si quelqu'un 
une femme 
a épousé 
10. et si elle ne , 
d'enfants, 
si cette femme 
à sa destinée 
est allée, 
si la dot 



ui a pas donné 



78 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XI 



15' 



20. 



25 



30. 



35 



40. 



45 



sa a-wi-lum su-u 

a-na bit e-mi-su ub-lu 

e-mu-su 

ut-te-ir-sum 

a-na se-ri-iq-ti' 

zinnisti su-a-ti 

mu-za u-ul i-ra-ag-gu-um 

se-ri-iq-ta-sa 

sa bit a-bi-sa-ma 



164 



sum-ma e-mu-su 
tir-ha-tum 
la ut-te-ir-sum 
i-na se-ri-iq-ti-sa 
ma-la tir-ha-ti-sa 
i-har-ra-as-ma 



se 


-n- 


-iq- 


ta-sa 




a- 


na 


bit 


a-bi- 


■sa' 


u- 


-ta- 


-ar 

§ 


165 





sum-ma a-wi-ium 

a-na màri-su 

sa i-in-su mah-ru 

cqlu kirû u bîtu 

is-ru-uq 

ku-nu-kam is-tur-sum 

wa-ar-ka a-bu-um 

a-na si-im-tim 

it-ta-al-ku 

i-nu-ma ah-hu 

i-zu-uz-zu 

ki-is-ti a-bu-um 

id-di-nu-sum 

i-li-ki-ma 



I 5 . que cet homme 

chez son beau-père a apportée, 

le beau-pôre 

la lui a rendue; 

sur le trousseau 
20. de cette femme 

le mari ne réclamera rien ; 

son trousseau 

est à la maison paternelle. 

§ '64 

Si son beau-père 
25. la dot 

ne lui a pas rendu, 

sur le trousseau 

toute la dot de la femme 

il déduira, 
30. et son trousseau (le reste) 

à la maison du père de la femme 

il rendra. 

Si quelqu'un 

à son fils 
35. le premier de son regard, 

un champ, verger, maison 

a donné en cadeau 

et lui a écrit une tablette, 

si ensuite le père 
40. à sa destinée 

s'en va, 

quand les frères 

partageront, 

le cadeau que le père 

lui a donné 

il le gardera, 



45 



I . Sen\]lu est proprement le cadeau du père de la femme à la femme, nous l'appelons trousseau : lirhalu est le don du 
mari à la maison du beau-père et aussi l'apport pécuniaire de la femme au ménage en sus du trousseau; nudunnu est la 



donation et le douaire du mari à l'épouse. 
2. Original : atasa. lîrreur. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COE. XI 



79 



e-li-nu-um-ma 
i-na SA-GA bit a-ba 

mi-it-ha-ri-is 
50. i-zu-uz-zu 

§ 166 

sum-ma a-wi-lum 

a-na ma rê sa ir-su-u 

as-sa-tim i-hu-uz 

a-na mâri-su 
55. si-ih-ri-im 

as-sa-tum 

la i-hu-uz 

wa-ar-ka a-bu-um 

a-na si-im-ti-im 
60. it-ta-al-ku 

i-nu-ma ah-hu 

i-zu-uz-zu 

i-na âA-GA bit a-ba 

a-na a-hi-su-nu 
65 . si-ih-ri-im 

sa as-sa-tum 

la ih-zu 

e-li-a-at 

zi-it-ti-su 
70. kaspu tir-ha-tim 

i-sa-ak-ka-nu-sum-ma 

as-sa-tum 

u-sa-ah-ha-zu-(su) 

§ ï^7 

sum-ma a-wi-lum 
as-sa-tum 
i-hu-uz-ma 
mare u-li-su 
zinnistu si-i 
a-na si-im-tim 



/:> 



et en outre 

la fortune mobilière de la maison 

paternelle 
à égales parts 
50. on partagera (avec lui). 

§ 166 

Si quelqu'un 

pour les fils qu'il a eus 

prend une femme, 

pour le fils 
55. trop jeune 

une femme 

n'a pas pris, 

si ensuite le père 

à sa destinée 
60. s'en est allé, 

lorsque les frères 

partageront 

la fortune mobilière de la maison 
paternelle, 

à leur frère 



65 



en bas âge 



qui une épouse 
n'a pas encore pris, — 
en outre de 
sa portion, 
70. de l'argent pour une dot 
ils lui donneront, 
et une épouse 
on lui fera prendre. 

§ 1^7 

Si quelqu'un 
75. une femme 
a épousé, 

si elle lui a enfanté des enfants, 
si cette femme 
à sa destinée 



8o 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. Xl-XIl 



80. it-ta-la-ak 

wa-ar-ki-sa 

zinnistam sa-ni-tam 

i-te-ha-az-ma 

mare it-ta-la-ad 
85. wa-ar-ka-nu-um 

a-bu-um a-na si-im-tim 

it-ta-al-ku 
Col. XII. I. mare a-na um-ma-tim 

u-ul i-zu-uz-zu 

se-ri-iq-ti 

um-ma-ti-su-nu 
5 . i-li-ku-ma 

SA-GA bit a-ba 

mi-it-ha-ri-i§ 
i-zu-uz-zu 

§ 168 

sum-ma a-wi-lum 
10. a-namàri-su 

na-sa-hi-im 

pa-nam is-ta-ka-an 

a-na da-a-a-ni 

mâri-i a-na-za-ah iq-ta-bi 
1 15 . da-a-a-nu 

wa-ar-ka-zu 

i-par-ra-su-ma 

sum-ma mâru ar-nam kab-tam 

sa i-na ap-lu-tim 
20. na-sa-hi-im 

la ub-iam 

a-bu-um màr-su 

i-na ap-lu-tim 

u-ul i-na-za-ah 

§ "^9 
25. sum-ma ar-nam kab-tam 
sa i-na ap-lu-tim 



80. est allée, — 
si après elle 
une autre femme 
il a épousé 

qui lui a donné des enfants, 
85 . et si ensuite 

le père à sa destinée 
est allé. 
Col. XII. I . les enfants selon les mères 

ne partageront pas (en deux) ; 
le trousseau 
de leurs mères 
5 . ils prendront (chaque groupe ce- 
lui de sa mère) : 
la fortune mobilière de la maison 

paternelle, 
à parts égales 
(tous) partageront. 

§ 168 

Si quelqu'un 
10. son enfant 

d'arracher (renier) 

se propose, 

au juge 

« je renie mon enfant », dit, — 
15. le juge 

son arrière-pensée 

scrutera, 

et si l'enfant un crime grave, 

qui soit de la filiation 
20 . être arraché 

n'a pas apporté, 

le pcre son enfant 

de la filiation 

ne peut arracher. 

§ 169 
25. Si un crime grave 
qui soit de la filiation 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XII 



8i 



na-sa— hi— im 

a— na a— bi-su 

it-ba-lam 
30 . a-na is-ti-is-su 

pa-ni-su ub-ba-lu 

sum-ma ar-nam kab-tam 

a-di si-ni-su it-ba-lam 

a-bu-um mâr-su 
35. i-na ap-lu-tim 

i-na-za-ah 

sum-ma a-wi-lum 
hi-ir-ta-su 
marê u-li-su 
40. u amat-zu 
marê u-li-su 
a-bu-um 
i-na bu-ul-ti-su 
a-na mare sa amti ul-du-sum 



45 



50. 



marê-u-a iq-ta-bi 

it-ti marê hi-ir-tim 

im-ta-nu-su-nu ti 

wa-ar-ka a-bu-um 

a-na si-im-tim 

it-ta-al-ku 

i-na SA-GA bit a-ba 

marê hi-ir-tim 
u marê amti 
mi-it-ha-ri-is 
5 5 . i-zu-uz-zu 

TUR-USTUR hi-ir-tim 
i-na zi-it-tim 
i-na-za-ak-ma 
i-li-ki 

§ 171 
60. u sum-ma a-bu-um 



être arraché 

contre son père 

il apporte, 
30. pour la première fois 

celui-ci détournera sa face; 

si un crime grave, 

pour la deuxième fois il apporte, 

le père son enfant 
35. de la filiation 

arrachera. 

§ '70 
Si à quelqu'un 
son épouse 
a donné des enfants 
40. et si aussi sa serve 

lui a donné des enfants, 
et si le père, 
de son vivant 

aux enfants que la serve lui a 
donnés 
45 . « vous êtes mes enfants » a dit ; 
et avec les enfants de l'épouse 
lésa comptés, 
ensuite si le père 
à sa destinée 
50. s'en est allé 

la fortune mobilière de la maison 

paternelle, 
les enfants de l'épouse 
et les enfants de la serve 
à égales parts 
55. partageront; 

le groupe des enfants de l'épouse 
dans le partage 
choisira (d'abord) 
et prendra. 

§ 171 
60. Et si le père 



82 



CODE DES LOIS DE «AMMURABI : VERS. COL. XU-XIII 



65 



i-na bu-ul-ti-su 

a-na mare sa amtu ul-du-sum 

marê-u-a la iq-ta-bi 

wa-ar-ku a-bu-um 

a-na si-im-tim 

it-ta-al-ku 

i-na SA-GA bit a-ba 



70, 



75 



mare amti 
it-ti mare hi-ir-tim 
u-ul i-zu-uz-zu 
an-du-ra-ar 
amti u marê-sa 
is-ta-ak-ka-an 
mare hii-ir-tim 
a-na mare amti 
a-na wa-ar-du-tim 
u-ul i-ra-ag-gu-mu 
bi-ir-tum 
se-ri-iq-ta-sa 
u nu-du-na-am 
s mau-za 
id-di-nu-si-im 
i-na dub-bi-im 
is-tu-ru-si-im 
85. i-li-ki-ma 
i-na su-ba-at 
mu-ti-sa us-sa-ab 
Col. XIII. 1 . a-di ba-al-ta-at i-ik-ka-al 
a-na kaspi 
u-ul i— na-ad-di-in 
wa-ar-ka-za 
sa marè-sa-ma 



80, 



75 



5 



§ 172 

sum-ma mu-za 
nu-du-un-na-am 



de son vivant 

aux enfants que la serve lui a 

donnés 
« vous êtes mes enfants », n'a 

pas dit, — 
ensuite quand le père 
65 . à sa destinée 
sera allé, 
la fortune mobilière de la maison 

paternelle, 
les enfants de la serve 
avec les enfants de l'épouse 
70. ne partageront pas; 
l'affranchissement 
de la serve et de ses enfants 
il a cfTectué, 

et les enfants de l'épouse, 
les enfants de la serve 
pour la servitude 
ne peuvent revendiquer; 
l'épouse, 
son trousseau 
et le don 
que son mari 
lui a donné 
et sur tablette 
lui a écrit, 
85. elle prendra 

et dans la demeure 
de son mari elle restera; 
Col. XIII. I. tant qu'elle vivra, elle les gardera 
et pour de l'argent 
ne peut les aliéner ; 
après elle 
5 . ils sont aux enfants. 

§ 17^ 

Si son mari 
un don 



80, 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XIII 



8? 



la id-di-is-si-im 

se-ri-iq-ta-sa 
lo. u-sa-la-mu-si-im-ma 

i-na SA-GA 

bîti mu-ti-sa 

si-it-tum 

ki-ma mâru is-te-en 
1 5 . i-li-ki 

sum-ma marê-sa 

as-sum i-na bîti su-zi-im 

u-za-ah-ha-mu-si 

da-a-a-nu 
20 . wa-ar-ka-za 

i-par-ra-su-ma 

mare ar-nam 

i-im-mi-du 

zinnistu si-i 
25. i-na bit mu-ti-sa 

u-ul uz-zi 

sum-ma zinnistu si-i 

a-na wa-si-im 

pa-ni-sa 
30. is-ta-ka-an 

nu-du-un-na-am 

sa mu-za 

id-di-nu-si-im 

a-na marê-sa 
35. i-iz-zi-ib 

se-ri-iq-tum 

sa bit a-bi-sa 

i-li-ki-ma 

mu-ut li-ib-bi-sa 
40. i-ih-lia-az-zi 

§ 173 

sum-ma zinnistu si-i 
a-sar i-ru-bu 
a-na mu-ti-sa 
wa-ar-ki-im 



ne lui a pas fait, 

son trousseau 
10. on lui rendra en entier 

et sur la fortune mobilière 

de la maison de son mari 

une part 

comme un fils 
15 . elle prendra. 

Si ses enfants 

à sortir de la maison 

la forcent, 

le juge 
20 . ses raisons 

examinera, 

et les enfants si une faute 

on leur impute, 

cette femme 
25 . de la maison de son mari 

ne s'en ira pas. 

Si cette femme 

à sortir 

sa face 
30. a disposé, 

le don 

que son mari 

lui a donné 

à ses enfants 
35. elle laissera, 

le trousseau (qui vient) 

de la maison de son père 

elle gardera, 

et l'époux de son cœur 
40. elle épousera. 

§ 173 
Si cette femme, 
là où elle est entrée, 
à son mari 
deuxième 



84 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XllI 



45 . mare it-ta-la-ad 

wa-ar-ka zinnistu si-i im-tu-ut 

se-ri-iq-ta-sa 

mare mah-ru-tum 

u wa-ar-ku-tum 
50. i-zu-uz-zu 

§ 174 
sum-ma a na mu-ti-sa 
wa-ar-ki-im 
mare la it-ta-la-ad 
se-ri-iq-ta-sa 
5 5 . marc ha-wi-ri-sa-ma 
i-li-ku-u 

ë 175 

sum-ma lu arad ê-kal 

u lu arad 

MAè-ÊN-KAK 
60. mârat a-wi-lim 

i-hu-uz-ma 

marc 

it-ta-la-ad 

be-el ardi 
65. a-na marc 

mârat a-wi-lim 

a-na Ava-ar-du-tim 

u-ul i-ra-ag-gu-um 

§ 176 

u sum-ma arad ê-kal 
70. u lu arad MAS-EN-KAK 

mârat a-wi-lim 

i-hu-uz-ma 

i-nu-ma i-hu-zu-si 

ga-du-um 
75 . se-ri-iq-tim 

sa bit a-bi-sa 

a-na bit ardi ê-kal 



45 . des enfants a procréés, 

et si ensuite cette femme meurt, 

son trousseau 

les enfants antérieurs 

et postérieurs 
50. se le partageront. 

§ '74 
Si à son mari 
postérieur 

des enfants elle n'a pas donné, 
son trousseau 
55. les enfants de son premier époux 
prendront. 

ë '75 

Si soit un esclave du palais 

soit un esclave 

d'un noble 
60. une fille d'homme libre 

a épousé, 

et si des fils 

elle a procréé, 

le propriétaire de l'esclave 
65 . sur les enfants 

de la fille d'un homme libre 

pour la servitude 

ne peut élever de revendication. 

ë 176 

Et si l'esclave du palais 
70. ou l'esclave d'un noble 

une fille d'homme libre 

a épousé 

et si quand il l'a épousée 

avec 
75. un trousseau (venrmt) 

de la maison de son père 

dans la maison de l'esclave du 
palais 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XIII-.XIV 



85 



u lu ardi MAS-EN-KAK 

i-ru-ub-ma 
80 . is-tu in-nê-im-du 

bîtu i-pu-su 

bi-sa-am ir-su-u 

wa-ar-ka-nu-um 

lu arad ê-kal 
85. u lu arad MAS-EN-KAK 

a-na si-im-tim 

it-ta-la-ak 

màrat a-wi-lim 



90. 



se-ri-iq-ta-sa 
i-li-ki 



u mi-im-ma 
sa mu-za u si-i 
Col. XIV. I . is-tu in-nè-im-du 
ir-su-u 
a-na si-ni-su 
i-zu-uz-zu-ma 
5 . mi-is-lam be-el ardi 

i-li-ki 
mi-is-lam 
mârat a-wi-lim 
a-na marê-sa i-li-ki 



176 



10. sum-ma mârat a-wi-lim 
se-ri-iq-tum la i-su 
mi-im-ma sa mu-za u si-i 
is-tu in-nê-im-du 
ir-su-u 
a-na si-ni-su 
i-zu-uz-zu-ma 
mi-is-lam be-el ardi 

i-li-ki 
mi-is-lam 



15 



ou de l'esclave d'un noble 

elle est entrée, 
80. et si depuis qu'ils sont ensemble 

ils se sont établis 

et de l'avoir ont acquis, 

ensuite 

si l'esclave du palais 
85 . où l'esclave du noble 

à sa destinée 

est allé, 

la fille d'homme libre 

son trousseau 
90. prendra, 

et de tout 

ce que son mari et elle 
Col. XIV. I . depuis qu'ils étaient ensemble 

ont acquis, 

en deux parts 

on partagera 
5. une moitié, le propriétaire de 
l'esclave 

prendra, 

une moitié 

la fille de l'homme libre 

pour ses enfants prendra. 

§ 176 

10. Si la fille d'homme libre 
n'avait pas de trousseau, 
tout ce que son mari et elle 
depuis qu'ils sont ensemble 
ont acquis, 

15. en deux parts 
on partagera, 
et le propriétaire de l'esclave une 

moitié 
prendra, 
une moitié 



86 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XIV 



20 . mârat a-wi-lim 
a-na marê-sa i-li-ki 

§ 177 

sum-ma NU-MU-SU ' 

sa marê-sa 

si-ih-hi-ru 
25. a-na bîtim sa-ni-im 

e-ri-bi-im 

pa-ni-sa 

is-ta-ka-an 

ba-Ium da-a-a-ni 
30. u-ul i-ir-ru-ub 

i-nu-ma 

a-na bitim sa-ni-im 

i-ir-ru-ub 

da-a-a-nu 
3 5 . wa-ar-ka-at 

bit mu-ti-sa 

pa-ni-im 

i-par-ra-su-ma 

bitu sa mu-ti-sa 
40. pa-ni-im 

a-na mu-ti-sa 

wa-ar-ki-im 

u zinnistu su-a-ti 

i-pa-ak-ki-du-ma 
45. dup-pa-am 

u-se-iz-zi-bu-su-nu-ti 

bîtu i-na-ça-ru 

u si-ih-hi-ru-tim 

u-ra-ab-bu-u 
50. u-ni-a-tim 

a-na kaspi 

u-ul i-na-ad-di-nu 

sa-a-a-ma-nu-um 

sa u-nu-tum 



20. la fille d'homme libre 

pour ses enfants prendra. 

§ 177 

Si une veuve 

dont les enfants 

sont en bas âge, 
25. dans une autre maison 

à entrer 

sa face, 

a disposé, 

sans le juge 
30. elle n'entrera pas; 

quand 

dans une autre maison 

elle voudra entrer, 

le juge 
35 . ce qui reste 

de la maison de son mari 

antérieur 

recherchera, 

et la maison de son mari 
40. antérieur 

à son mari 

postérieur 

et à cette femme 

on confiera, 
45 . et une tablette 

on leur fera délivrer; 

la maison ils garderont 

et les petits 

élèveront, 
50. et aucun ustensile 

pour argent 

ne donneront. 

L'acheteur 

qui un ustensile 



I. Cf. infia, col. XXIV, 61, sens de « veuve », certain. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XIV 



87 



5S. mare NU-MU-SU 

i-sa-am-mu 

i-na kaspi-su 

i-te-el-li 

SA-GA a-na be-li-su 
60 . i-ta-ar 

§ 178 

sum-ma NliN-AN ^' 

u lu zinnisat zi-ik-ru-um' 

sa a-bu-sa 

se-ri-iq-tum 
65 . is-ru-ku-sim 

dup-pa-am 

is-tu-ru-si-im 

i-na dup-pi-im 

sa is-tu-ru-si-im 
70 . wa-ar-ka-za 

e-ma e-li-sa 

ta-bu na-da-nam 

la is-tur-si-im-ma 

ma-la li-ib-bi-sa 
75. la u— sa-am-zi-si 

wa-ar-ka a-bu-um 

a-na si-im-tim 

it-ta-al-ku 

eqlu-sa u kirù-sa 
80. ah-hu-sa 

i-li-ku-ma 

ki-ma e-mu-uq 

zi-it-ti-sa 

SE-BA NI-BA u SIG-BA 
85. i-na-ad-di-nu-sim-ma 

li-ib-ba-sa 



5 5 . d'enfants de veuve 

achèterait, 

de son argent 

serait frustré; 

la fortune mobilière à son maître 
60. retournera. 

§ 178 

Si une prêtresse 

ou une femme publique 

à qui son père 

un trousseau 
65. adonné, 

une tablette 

a gravé, 

si sur cette tablette 

qu'il lui a gravé 
70. ce qu'elle laissera 

à qui 

il lui plairait qu'elle pourrait 
donner 

n'a pas gravé, 

ni le vœu de son cœur 
75 . s'il ne l'a laissé suivre, 

ensuite quand le père 

à sa destinée 

sera allé, 

les champ et verger (de la sœur) 
80 . ses frères 

prendront, 

et selon la valeur 

de sa portion 

du blé, huile, laine, 
85. ils lui donneront, 

et son cœur 



1. Cf. § 1 10 -J^^ NIN-AN et § 127 NIN-AN qui désigne la même classe de personnes. Dans ces te.xîes -^ indique 
la femme, zinnistu; -J*^ l'épouse, assatu. Ce dernier déterminatif précède aussi le nom de certaines hiérodules, §§ 180, 
181, 182. 

2. Mot à mot : femelle du mâle. 



88 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XIV-XV 



5 



u-ta-ab-bu 

sum-ma ah-hu-sa 

ki-ma e-mu-uq 
90. zi-it-ti-sa 

§E-BA NI-BA u SIG-BA 

la it-ta-ad-nu-si-im-ma 
Col. XV. I . li-ib-ba-sa 

la ut-ti-ib-bu 

eqil-sa u kirû-sa 
. a-na ir-ri-si-im 

sa e-li-sa ta-bu 

i-na-ad-di-in-ma 

ir-ri-za 

it-ta-na-as-si-si 

eqlu kirù 
10. u mi-im-ma 

èa a-bu-sa 

id-di-nu-si-im 

a-di ba-al-ta-at i-kal' 

a-na kaspi 
15. u-ul i-na-ad-di-in 

sa-ni-a-am 

u-ul u-up-pa-al 

ap-lu-za 

sa ah-hi-sa-ma 



contenteront ; 

si ses frères, 

selon la valeur 
90. de sa portion 

blé, huile, laine 

ne lui donnent pas, 
Col. XV. I . son cœur 

n'ont pas contenté, 

son champ, jardin, 

à un fermier 
5 . qui lui plaira 

elle donnera, 

et son fermier 

la sustentera ; 

champ, verger, 
10. et tout ce 

que son père, 

lui avait donné, 

tant qu'elle vivra, elle gardera ; 

mais pour argent 
15. elle ne peut vendre, 

ni un autre (avec ce moyen) 

elle ne peut payer; 

sa part d'enfant 

appartient à ses frères. 



§ 179 

20. sum-ma NIN-AN î>f 

u lu zinnisat zi-ik-ru-um 

sa a-bu-sa 

se-ri-iq-tum 

is-ru-ku-si-im 
25. ku-nu-kam 

is-tu-ru-si-im 

i-na dup-pi-im 

sa is-tu-ru-si-im 

wa-ar-ka-za 



§ »79 

20 . Si une prêtresse 

ou une femme publique 

à qui son père 

un trousseau 

a donné, 
25. une tablette 

a gravé, 

sur la tablette 

qu'il lui a gravée, 

ce qu'elle laissera 



I. Original : Nl-kal. NI a la valeur :; cf. supr. col. XIII, i. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XV 



89 



30 . e-ma e-li-sa ta-bu 

na-da-nam 

is-tur-si-im-ma 

ma-la li-ib-bi-sa 

us-tam-zi-si 
3 5 . wa-ar-ka a-bu-um 

a-na si-im-tim 

it-ta-al-ku 

wa-ar-ka-za 

e-ma e-li-sa ta-bu 
40. i-na-ad-di-in 

ah-hu-sa 

u-ul i-ba-ag-ga-ru-si 

§ 180 

sum-ma a-bu-um 

a-na marti-su 
45. -^ kallati 

u lu zinnisat zi-ik-ru-um 

se-ri-iq-tum 

la is-ru-uq-si-im 

wa-ar-ka a-bu-um 
50. a-na si-im-tim 

it-ta-al-ku 

i-na SA-GA bit a-ba 

si-it-tum ki-ma 
ap-lim is-te-en 
5 5 . i-za-az-ma 
a-di ba-al-ta-at 
i-ik-ka-al 
wa-ar-ka-za 
sa ah-hi-sa-ma 

§ 181 
60. sum-ma a-bu-um 
•^^ kadistu 
ulu NU-PAR' 



30. à qui il lui plairait 

de donner 

y a gravé, 

et le vœu de son cœur 

l'a laissé suivre, 
35. ensuite, quand le père 

à sa destinée 

sera allé, 

ce qu'elle laissera après elle 

à qui il lui plaît 
40. elle donnera; 

ses frères 

ne lui contesteront rien. 

§ 180 

Si un père 

à sa fille 
45. recluse 

ou femme publique 

un trousseau 

n'a pas donné, 

quand ensuite le père 
50. à sa destinée 

sera allé, 

sur la fortune mobilière de la 
maison paternelle 

une part, comme 

d'un enfant, 
55. elle participera, 

tant qu'elle vivra 

elle la gardera; 

ce qu'elle laissera après elle 

appartient à ses frères. 

§ 181 
60. Si un père 
une hiérodule 
ou une vierge 



I . La pilîli 



90 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XV 



a-na ili is-si-ma 
se-ri-iq-tum 
65. la is-ru-uq-si-im 
wa-ar-ka a-bu-um 
a-na si-im-lim 
it-ta-al-ku 
i-na SA-GA bit a-ba 

70. IGI-3-GAL aplùti-sa 
i-za-az-ma 
a-di ba-al-la-at 
i-ik-ka-al 
wa-ar-ka-za 
sa ah-hi-sa-ma 



75 



80. 



85. 



90. 



95 



S 182 



sum-ma a-bu-um 

a-na marti-su 

^ (ilu) Marduk 

sa Bâbili (ki) 

se-ri-iq-tum 

la is-ru-uq-si-im 

ku-nu-kam 

la is-tur-si-im 

wa-ar-ka a-bu-um 

a-na si-im-tim 

it-ta-al-ku 

i-na §A-GA bit a-ba 

IGI-3-GAL aplùti-sa 

it-ti ah-hi-sa 

i-za-az-ma 

il-kam 

u-ul i-il-la-ak 

^ (ilu) Marduk 

wa-ar-ka-za 

e-ma e-li-sa 

ta-bu 



au dieu a voué, 

un trousseau 
65. ne lui a pas donne, 

ensuite quand le père 

à sa destinée 

sera allé, 

sur la fortune mobilière de la mai- 
son paternelle 
70. pour un tiers de part d'enfant 

elle participera, 

et tant qu'elle vivra 

elle gardera; 

ce qu'elle laissera après elle 
75 . appartient à ses frères. 

g 182 

Si un père 

à sa fille, 

prêtresse de Marduk 

à Babylonc, 
80. un trousseau 

n'a pas donné, 

un sceau 

n'a pas gravé, 

ensuite, quand le père 
85. à sa destinée 

sera allé, 

sur la fortune mobilière de la mai- 
son paternelle, 

pour un tiers de part d'enfant 

avec ses frères 
90. elle participera, 

de gestion « 

elle ne gérera pas; 

la prêtresse de Marduk, 

ce qu'elle laissera après elle 
95 . à qui 

il lui plaira 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XVI 



9' 



Col.XVI.i. i-na-ad-di-in 

§ 183 
sum-ma a-bu-um 
a-na marti-su àu-ge-tim 
se-ri-iq-tum 
5 . is-ru-uq-si-im 
a-na mu-tim 
id-di-is-si 
ku-nu-uk-kam 
is-tur-si-im 
I o . wa-ar-ka a-bu-um 
a-na si-im-tim 
it-ta-al-ku 
i-na SA-GA bit a-ba 

u-ul i-za-az 

§ 184 
1 5 . sum-ma a-\vi-lum 

a-na marti-su 

su-ge-tim 

se-ri-iq-tum 

la is-ru-uq-sim 
20. a-na mu-tim 

la id-di-is-si 

wa-ar-ka a-bu-um 

a-na si-im-tim 

it-ta-al-ku 
25. ah-hu-sa 

ki-ma e-mu-uq bit a-ba 

se-ri-iq-tum 
i-sar-ra-ku-si-ma 
a-na mu-tim 
30. i-na-ad-di-nu-si 

§ 185 
sum-ma a-wi-lum 
si-ih-ra-am 



Col. XVI. I 



elle donnera. 
§ 183 



Si un père 
à sa fille de concubine 
un trousseau 
5. a fourni, 
et à un mari 
l'adonné, 
une tablette 
lui a gravé, 
10. ensuite quand le père 
à sa destinée 
sera allé, 

à la fortune mobilière de la mai- 
son paternelle 
elle ne participera pas. 

§ '84 
15. Si un homme 
à sa fille 
de concubine 
un trousseau 
n'a pas fourni. 
20. à un mari 

ne l'a pas donné, 
ensuite, quand le père 
à sa destinée 
sera allé, 
25. ses frères 

selon la fortune de la maison pa- 
ternelle 
un trousseau 
lui fourniront 
et à un mari 
30. la donneront. 

§ '85 
Si un homme 
un enfant en bas âge 



92 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XVI 



35 



i-na me-e-su 
a-na ma-ru-tim 
il-ki-ma 
ur-ta-ab-bi-su 
tar-bi-tum si-i 
u-ul ib-ba-ag-gar 

§ i86 
sum-ma a-wi-lum 
40 . si-ih-ra-am 

a-na ma-ru-tim il-ki 

i-nu-ma 

il-ku-u-su 

a-ba-su 

u um-ma-su 

i-hi-a-at 

tar-bi-tum si-i 

a-na bit a-bi-su 

i-ta-ar 



45 



50. 



55 



60. 



§ 187 
màrNER-SE-GA' 
mu-za-az ê-kal 
u màr zinnisat zi-ik-ru-um 
u-ul ib-ba-ag-gar 

§188 

sum-ma màr um-mi-a 

màru a-na tar-bi-tim 

il-ki-ma 

si-bi-ir ga-ti-su' 

us-ta-hi-zu 

u-ul ib-ba-gar 

§ 189 
sum-ma si-bir ga-ti-su 
la us-ta-hi-zu 



avec son propre nom 
en adoption 
35. a pris 

et l'a élevé, 

cet élève, 

ne peut être réclamé. 

§ 186 

Si quelqu'un 
40. un enfant en bas âge 

a adopté, 

et si quand 

il l'a pris 

son père 
45. et sa mère 

il a violenté, 

cet élève 

à la maison de son père 

retournera. 



5« 



§ 187 

Le fils d'un favori 

familier du palais 

ou le fils d'une femme publique 

ne peut ùtre réclamé . 

§ 188 

Si un artisan 
^5. un enfant pour l'élever 
a pris, 

et son métier 
lui a appris, 
il ne peut être réclamé . 

60. Si son métier 

il ne lui a pas appris, 



. . Ce dignuaire qu., co^n.e la fen.n.c pubUque, ne doU pas, par destination, avo.r d-cnfants, ne saurait 6tre, dans 
une cour orientale, que ce que nous appellerons par euphémisme, /a^on. 
2. AUem. Ilandweib. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XVI 



93 



tar-bi-tum si-i 
a-na bit a-bi-su 
i-ta-ar 



90 



65. sum-ma a-wi-lum 

si-ih-ra-am 

sa a-na ma-ru-ti-su 

il-ku-su-ma 

u-ra-ab- bu-su 
70. it-ti marê-su 

la im-ta-nu-su 

tar-bi-tum si-i 

a-na bit a-bi-su 

i-ta-ar 

75. sum-ma a-wi-lum 

si-ih-ra-am 

sa a-na ma-ru-ti-su 

il-ku-su-ma 

u-ra-ab-bu-u-su 
80. bît-BA' i-pu-us 

wa-ar-ka mare 

ir-ta-si-ma 

a-na tar-bi-tim na-sa-hi-im 

pa-nam is-ta-ka-an 
85 . mâru su-u tal-ku-zu 

u-ul it-ta-al-la-ak 

a-bu-um mu-ra-bi-su 

i-na SA-GA-su 

IGI-3-GAL aplùti-su 
90. i-na-ad-di-is-sum-ma 

it-ta-la-ak 

i-na eqli kiri 

u biti 

u-ul i-na-ad-di-is-sum 



cet élève 

à la maison de son père 

retournera. 

§ 190 
65. Si quelqu'un, 

un enfant en bas âge 

que comime fils 

il a adopté 

et a élevé, 
70. avec ses fils 

n'a pas compté, 

cet élève 

à la maison de son père 

retournera . 

§' '91 

75 . Si quelqu'un 

qui un enfant en bas âge 

en filiation 

a adopté 

et a élevé, 
80. fonde une propre famille, 

et ensuite des fils 

obtient, 

et si à renier l'adopté 

il se dispose, 
85. cet enfant son chemin 

n'ira pas, 

le père adoptif 

sur sa fortune mobilière 

un tiers de part d'enfant 
90. lui donnera, 

et alors il s'en ira : 

des champ, verger 

et maison 

il ne lui donnera rien. 



Cf. supr. verso, col. XIV, 84. 



94 



CODE DES LOIS DE HAMMURARI : VERS. COL. XVI-XVII 



§ 192 
95. sum-ma màr NER-SE-GA 
CoI.XVII.i. u lu màr zinnisat zi-ik-ru-um 
a-na a-bi-im 
mu-ra-bi-su 
u um-mi-im 
5 . mu-ra-bi-ti-su 
u-ul a-bi at-ta 
u-ul um-mi at-ti iq-ta-bi 
lisan-su 
i-na-ak-ki-su 

ë 193 

10. sum-ma màr NER-SE-GA 

u lu màr zinnisat zi-ik-ru-um 

bit a-bi-su 

u-we-id-di-ma 

a-ba-am 
1 5 . mu-ra-bi-su 

u um-ma-am 

mu-ra-bi-zu 

i-si-ir-ma 

a-na bit a-bi-su 
20 . it-ta-Ia-ak 

i-in-su 

i-na-za-hu 

§ •9-1 

sum-ma a-wi-lum 

màr-su a-na mu-se-ni-iq-tim 
25. id-di-in-na 

màru su-u 

i-na ga-at mu-se-ni-iq-tim 

im-tu-ut 

mu-se-ni-iq-tum 
30. ba-lum a-bi-[su] 

u um-mi-su 

màru sa-ni-a-^im-ma 



ë 192 

95 . Si un fils de favori 
Col.XVII.i. ou un fils de femme publique 
à son pore 
adoptif 
et à sa mère 
5 . adoptive 

« tu n'es pas mon père, 
tu n'es pas ma mère », dit, 
sa langue 
on coupera. 

§ 193 
10. Si un fils de favori 

ou un fils de femme publique 

la maison de son père 

est venu à connaître, 

et si le père 
15 . qui l'a élevé 

et la mère 

qui l'a élevé 

il a méprisé 

et à la maison de son père 
20. s'en est allé, 

ses yeux 

on arrachera. 

^ 194 

Si quelqu'un 

à une nourrice son fils 
25 . a donné, 

et si ce fils 

entre les mains de la nourrice 

est mort, 

si la nourrice 
30 . sans la permission de son père (le 
père de l'enfant) 

et de sa mère 

un autre enfant 



CODE DES LOIS DE HA.M.VIUKABI : VERS. COL. XVII 



95 



ir-ta-ka-as' 

u-ka-an-nu-si-ma 
35. as-sum ba-lum a-bi-[su] 



u um-mi-su 
màr sa-ni-a-am 
ir-ku-[su] 
tuli"-sa 
i-na-ak-ki-su 



40. 



§ 195 
sum-ma mâru a-ba-su 
im-ta-ha-as 
rittê-su 
i-na-ak-ki-su 



§ 



196 



45 



sum-ma a-wi-lum 
i-in màr a-wi-lim 
uh-tab-bi-it 
i-in-su 
u-ha-ap-pa-du 

§ 197 
50. sum-ma ner-pad-du a-wi-lim 
is-te-bi-ir 
ner-pad-du-su 
i-se-ib-bi-ru 

§ 198 
sum-ma i-in MAS-EN-KAK 
55. uh-tab-bi-it 

u lu ner-pad-du MAS-EN-KAK 

is-te-bi-ir 

I ma-na kaspi 

i-sa-qal 

2. Rac. rahâsti (on ne peut guère songer à rakâsu « lier, 
iprus). Une racine rakJisti semble être employée dans V. Rawl. 
ils dépecèrent les chameaux, leurs animaux nourriciers >>. 

2. Signe S^lf< |TTT?' - 



nourrit, 

on la fera comparaître, 
35 . et parce que sans la permission 
de son père 

et de sa môre 

un autre enfant 

elle a nourri, 

ses seins 
40. on coupera. 

§ 195 
Si un fils son père 
a frappii , 
ses mains 
on coupera. 

§ 196 
45. Si quelqu un 

l'œil d'un homme libre 
a crevé, 
son œil 
on crèvera. 

§ 197 
50. Si un membre d'un homme libre 
il a brisé, 
son membre 
on brisera. 

§ 198 
Si l'œil d'un noble 
55. il a crevé 

ou un membre d'un noble 

il a brisé, 

I mine d'argent 

il payera. 

serrer », bien qu'on trouve dans notre texte iprus pour 
I 9< 3(>,g\im,iUi rukusisunn us.Tlliqu (( (poussés par la faim^ 



96 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS- COL. XVII 



§ 199 
60. sum-ma i-in ardi a-vvi-lim 

uh-tab-bi-it 

u lu ncr-pad-du ardi a-\vi-lim 

is-te-bir 
mi-si-il simi-su 
65 . i-sa-qal 

§ 200 

sum-ma a-wi-Ium 
si-in-ni a-\vi-lim 
me-eh-ri-su 
it-ta-di 
70. si-in-na-su i-na-ad-du-u 

§ 201 
sum-ma si-in-ni 
MAS-EN-KAK it-ta-di 
1/3 ma-na kaspi 
i-sa-qal 

§ 202 
75. sum-ma a-wi-lum 

li-e-it' a-\vi-lim 

sa e-li-su ra-bu-u 

im-ta-ha-as 

i-na pu-uh-ri-im 
80. i-na (masak) qinazi' alpi 

1 su-si im-mah-ha-as 

§ 203 
sum-ma mâr a-wi-lim 

li-e-it mâr a-\vi-lim 
sa ki-ma su-a-ti 

I . Cf. Sennach. Bell, ^g, liesu ul idd libbus ul ihsus, son cerveau 
Ioniens localisaient aussi dans la têlc, certaines facultés, puisque 
avait « de laTges oreilles ». 

■i. ^}^^^^ Brunn. 227- 



§ 199 

60. Si l'reil d'un esclave d'homme 
libre 
il a détruit 
ou un membre d'un esclave 

d'homme libre 
il a brisé, 

la- moitié de son pri.x 
65. ilpa3era. 

§ 200 

Si quelqu'un 
les dents d'un homme 
de même condition que lui 
a fait tomber, 
70. ses dents on fera tomber. 

§ 201 
Si les dents, 

d'un noble il a fait tomber, 
1/3 de mine d'argent 
il payera. 

§ 202 
75 . Si un homme 

le cerveau d'un homme 

qui est de condition supérieure 

a frappé, 

en public 
80 . avec un nerf de bœuf 

de 60 coups il sera frappé. 

§ 203 
Si quelqu'un 
le cerveau d'un autre 
qui est de même condition 

n"a pas su, son cœur n'a pas compris. Les Baby- 
l'homme de grand entendement était celui qui 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : VERS. COL. XVII-XVIII 



97 



85. im-ta-ha-as 
I ma-na kaspi 
i-sa-qal 

sum-ma MAS-EN-KAK 
li-e-it MAS-EN-KAK 
90 . im-ta-ha-as 

10 siqlu kaspi i-sa-qal 

sum-ma arad a-wi-Iim 
li-e-it mâr a-wi-lim 
Col. XVIII. I. im-ta-ha-as 
u-zu-un-su 
i-na-ak-ki-su 

§ 206 

sum-ma a-wi-lum a-wi-lam 
5 . i-na ri-is— ba-tim 

im-ta-ha-as-ma 

zi-im-ma-am 

is-ta-ka-an-su 

a-wi-lum su-u 
10. i-na i-du-u 

la am-ha-zu 

i-tam-ma 

u a-zu i-ip-pa-al 

§ 207 
sum-ma i-na ma-ha-zi-su 
15. im-tu-ut 

i-tam-ma-ma 
sum-ma mâr a-wi-lim 

I /2 ma-na kaspi 
i-sa-qal 

§ 208 
20 . sum-ma mâr MAS-EN-KAK 



85. a frappé, 

1 mine d'argent 
il payera. 

§ 204 
Si un noble 
le cerveau d'un noble 
90. a frappé, 

10 sicles d'argent il payera. 

§ 205 
Si l'esclave de quelqu'un 
le cerveau d'un homme libre 
Col.XVlIl.i.a frappé, 
son oreille, 
on coupera, 

§ 206 
Si un homme un autre homme 
5. dans une dispute 
a frappé, 
et une plaie 
lui a causé, 
cet homme 
10. (( sciemment 

je ne l'ai pas frappé » 

jurera, 

il payera le médecin. 



15 



§207 
Si de ses coups 
l'autre meurt, 
il jurera encore, 
et s'il s'assit d'un fils d'homme 

libre, 
1/2 mine d'argent 
il payera ; 

8 208 



20. et s'il s'agit d'un fils de noble, 



98 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XVIII 



1/3 ma-nakaspi 
i-sa-qal 

§ 209 

sum-ma a-wi-lum 

mârat a-wi-lim 
25. im-ha-as-ma 

sa li-ib-bi-sa 

us-ta-di-si 

10 siqlu kaspi 

a-na sa li-ib-bi-sa 
30. i-sa-qal 

§ 210 
sum-ma zinnistu si-i 
im-tu-ut 
mârat-zu 
i-du-uk-ku 

§ 211 
35. sum-ma màrat MAS-EN-KAK 

i-na ma-ha-zi-im 

sa li-ib-bi-sa 

us-ta-ad-di-si 

5 siqlu kaspi 
40. i-sa-qal 



S 212 



sum-ma zinnistu si 

im-tu-ut 

1/2 ma-na kaspi 

i-sa-qal 

§ 213 
45. sum-ma amat a-wi-lim 

im-ha-as-ma 

sa li-ib-bi-sa 

us-ta-ad-di-si 

2 siqlu kaspi 
50. i-sa-qal 



1/3 mine d'argent 
il payera. 

§ 209 
Si quelqu'un 
une fille d'homme libre 

25 . a frappé, 

et son intérieur 
a fait tomber, 
10 sicles d'argent 
pour son intérieur 

30. il payera. 



§ 210 


Si cette femme 


meurt. 


la fille (de l'agresseur) 


on tuera. 


§ 211 



35 . S'il s'agit d'une fille noble 

dont par des coups 

l'intérieur 

il a fait tomber, 

5 sicles d'argent 
40. il payera. 

§ 212 

Si cette femme 

meurt, 

une demi-mine d'argent. 

il payera. 

§ 213 
45. Si la serve d'un homme libre 

il a frappé, 

et son intérieur 

a fait tomber, 

2 sicles d'argent 
50. il payera. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XVIII 



99 





§ 


214 


sum-ma 


amtu si-i 


im-; 


tu-ut 




1/3 


ma-na kaspi 


i-sa 


-qal 





55 



60. 



8 215 
sum-ma a-zu 

a-wi-lam zi-im-ma-am kab-tam 
i-na GIR-NI siparri 
i-pu-us-ma 
a-wi-lam ub-ta-al-Ii-it 
u lu na-gab-ti' a-wi-lim 



i-na GIR-NI siparri 
ip-te-ma 
i-in a-wi-Iim 
ub-ta-ai-li-it 
65. 10 siqlu kaspi 
i-li-ki 

§ 216 
sum-ma màr MAS-EN-KAK 
5 siqlu kaspi 
i-li-ki 

§ 217 
70. sum-ma arad a-wi-lim 

be-el ardi a-na a-zu 
2 siqlu kaspi 
i-na-ad-di-in 

§ 218 



n 



sum-ma a-zu a-wi-lam 
zi-im-ma-am kab-tam 
i-na GIR-NI siparri 



8 214 
Si cette serve 
meurt, 

1/3 de mine d'argent 
il payera. 

§ 215 
55 . Si un médecin, 

un homme, d'une plaie grave 

avec le poinçon de bronze 

a traité, 

et guérit l'homme, 
60. et la taie de l'homme 

avec le poinçon de bronze 

a ouvert, 

et l'œil de l'homme 

a guéri, 
65. 10 sicles d'argent 

il recevra. 

§ 216 
S'il s'agit d'un noble, 
5 sicles d'argent 
il recevra. 

§ 217 
70. S'il s'agit d'un esclave d'homme 
libre, 
le maître de l'esclave au médecin 
2 sicles d'argent 
donnera. 

§ 218 
Si un médecin un homme libre, 
75. dune plaie grave 

avec le poinçon de bronze 



I. Cette infirmité se dit ici à plusieurs reprises de Vœil; on la traite, en Y ouvrant, au poinçon de bronze. Il doit 
s'agir d'une laie ou d'une calaracle. Le mot nagabti rappelle certainement comme substantif, l'adjectif nanpu. qui se 
dit d'une inlirmité du doigt (K2486 obv. 23) comme zaqtu ùna hipû sinnàte d'autres membres, toutes infirmités qui 
rendaient inaptes au sacerdoce. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : VERS. COL. XVIIl-XIX 



1-pu-us-ma 
a-wi-lam us-ta-mi-it 
u lu na-gab-ti a-wi-lim 
80. i-naGIR-NI siparri 
ip-te-ma i-in a-wl-lim 
uh-tab-bi-it 
rittê-su i-na-ki-zu 

M 219 

sum-ma a-zu zi-ma-am kab-tam 
85. ardi MAS-EN-KAK 
i-na GIR-NI siparri 
i-pu-us-ma us-ta-mi-it 
ardu ki-ma ardu i-ri-ab 

§ 220 

sum-ma na-gab-ta-su 
90. i-na GIR-Nl siparri 
ip-te-ma 

i-in-su uh-tab-da 
kaspu mi-si-il 
sîmi-su i-sa-qal 



a traité, 

et a fait mourir l'homme, 
et la taie de l'homme 
80. avec le poinçon de bronze 
a ouvert et l'œil de l'homme 
a détruit, 
ses mains on coupera. 

§ 219 

Si un médecin, d'une plaie grave 
85 . l'esclave d'un noble 

avec le poinçon de bronze 

a traité et tué, 

esclave pour esclave il rendra. 

§ 220 

Si sa taie 
90 . avec le poinçon de bronze 
il a ouvert, 
et son œil a perdu, 
en argent, la moitié 
de son prix il payera. 



95' 
Col. XIX. I 



§ 221 



sum-ma a-zu 

ner-pad-du a-wi-lim 

se-bi-ir-tum 

us-ta-li-im 

u lu se-ir ha-nam ' 

mar-sa-am 

ub-ta-al-li-it 

be-el si-im-mi-im 

a-na a-zu 

5 siqlu kaspi 

i-na-ad-di-in 





s 221 


9v 


Si un médecin 




un membre d'un homme libre 


Col.XlX.i. 


brisé 




a guéri 




et un viscère 




malade 


5- 


a fait revivre. 




le patient 




au médecin, 




5 sicles d'argent 




donnera. 



I . Cf. Del., HWB., 283 b, d'après II Rawl. 44-2 f. (èir) Ita-a-mk la suite de karsit, hase. Or karsu est l'abdomen; hase est 
rendu par ridéogr. du yo/e, HAR, K 246, col. 1, 5 5,et /!.i«» ne peut être qu'un autre viscère. Cf. Job., .xui, 4, 13-\D pn (?) 
et jju* sinus, pudenda (>). 



CODE DMS LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XLX 



101 



§ 222 

10. sum-ma mâr MAS-EN-KAK 
3 siqlu kaspi 
i-na-ad-di-in 

§ 223 

sum-ma arad a-wi-lim 
be-el ardi 
1 5 . a-na a-zu 
2 siqlu kaspi 
i-na-ad-di-in 

§ 224 

sum-ma a-zu aipi 

u lu imêri 
20. lu alpu u lu imêru 

si-im-ma-am kab-tam 

i-pu-us-ma 

ub-ta-al-li-it 

be-el alpi u lu imèri 
25. IGI-6-GAL kaspi 

a-na a-zu 

ID-su 

i-na-ad-di-in 

§ 225 

sum-ma alpu u lu imêru 
30. zi-im-ma-am kab-tam 

i-pu-us-ma 

us-ta-mi-it 

IGI-4-GAL simi-su 

a-na be-el alpi u lu imêri 
35. i-na-ad-di-in 

§ 226 
sum-ma gallabu* 
ba-lum be-el ardi 
ab-bu-ti 
arad la se-e-im 



10. Si c'est un fils de noble, 
3 sicles d'argent 
il donnera. 

8 222 

Si c'est un esclave d'homme libre, 
le maître de l'esclave 
15. au médecin 

2 sicles d'argent 
donnera. 

§ 224 

Si le médecin des bœufs 

ou des ânes, 
20. un bœuf ou lin âne 

d'une grave plaie 

a traité 

et a guéri, 

le maître du bœuf ou de l'âne 
25 . 6 fractions (de sicle) d'argent 

au médecin 

pour son salaire 

donnera. 

§ 225 

Si un bœuf ou âne 
30. d'une plaie grave 

il a traité 

et a causé sa mort, 

le quart de son prix 

au maître du bœuf ou de l'âne 
35 • il donnera. 

§ 226 
Si un chirurgien, 
à l'insu du maître de l'esclave, 
une niarque 
d'esclave inaliénable 



I . Cf. allem. Scherer, tondeur, chirurgien. 



102 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XL\ 



40. u-gal-li-ib 

rittê gallabi su-a-ti 
i-na-ak-ki-zu 

sum-ma a-wi-lum 
o-allabu i-da-as-ma 
45. ab-bu-ti 

ardi la se-e-im 
ug-da-al-li-ib 
a-wi-lam su-a-ti 
i-du-uk-ku-su-ma 
î-na bîti-su 
i-ha-al-la-lu-su 
gallabu i-na i-du-u 
la u-gal-li-bu-u 
i-tam-ma-ma 
u-ta-as-sar 



50 



55 



228 



sum-ma banù 
bitu a-na a-wi-lim 
i-pu-us-ma 
u-sa-ak-li-il-sum 
60. a-na i SAR biti 
2 siqlu kaspi 
a-na ki-is-ti-su 
i-na-ad-di-is-sum 

ë 229 

sum-ma banù 
65. a-na a-wi-lim 

bîtu i-pu-us-ma 

si-bi-ir-su 

la u-dan-ni-in-ma 

bitu i-pu-su 
70. im-ku-ut-ma 

be-cl bili us-ta-mi-it 

banù su-u id-da-ak 



40. lui a imprimé, 

les mains de ce chirurgien, 
on coupera. 

§ 227 

Si quelqu'un 
trompe un chirurgien 
45 . une marque 

d'esclave inaliénable 
si celui-ci a imprimé, 
on tuera l'autre 



50. et dans sa maison 

on l'enterrera ; 

le chirurgien, « sciemment 

je ne l'ai pas marqué » 

jurera, 
55 . et il sera relâché. 

Si un architecte 
une maison pour quelqu'un 
a construit 
et l'a bien achevée, 
60. par SAR de surface, 
2 sicles d'argent 
pour son salaire 
il lui donnera. 

§ 229 

Si un architecte 
65. pour quelqu'un 

une maison a construit 

et son œuvre 

n'a pas solidifié. 

et si la maison construite 
70. s'est effrondée 

et a tué le maître de la maison, 

cet architecte sera tué. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XLX-XX 



103 



8 230 
sum-ma mâr be-el biti 
us-ta-mi-it 
75. mârbanî su-a-ti 
i-du-uk-ku 

231 

sum-ma arad be-el bîti 
us-ta-mi-it 
ardu ki-ma ardu 
80. a-na be-el-bîti 
i-na-ad-di-in 

§ 232 

sum-ma SA-GA 

uh-ta-al-li-iq 

mi-im-ma 

sa u-hal-li-ku 

i-ri-ab 

u as-sum bîtu i-pu-su 

la u-dan-ni-nu-ma 

im-ku-tu 

i-na SA-GA 



85. 



90. 



ra-ma-ni-su 

bîtu im-ku-tu i-ib-bi-es' 

§ 233 
sum-ma banù bîtu 
a-na a-wi-lim i-pu-us-ma 



95 



si-bi-ir-su 
la us-te-is-bi-ma 
igaru iq-tu-up 
banù su-u 
Col. XX. I . i-na kaspi ra-ma-ni-su 
igaru su-a-ti 
u-dan-na-an 

§ 234 
sum-ma malahu 



/?' 



80. 



§ 230 

Si c'est le fils du propriétaire 

qu'il a tué, 

le fils de cet architecte 

on tuera. 

§ 231 
Si c'est l'esclave du propriétaire 
qu'il a tué, 
esclave pour esclave 
au propriétaire 
il donnera. 



8 232 

Si c'est la fortune mobilière 

qu'il a détruite, 

tout ce 
85. qu'il a détruit 

il compensera, 

et parce que la construction 

il n'a pas fait solide, 

et qu'elle s'est effondrée, 
90. sur sa fortune 

personnelle 

la maison tombée il restaurera 



§ 



233 



95 



Si l'architecte une maison 
pour quelqu'un a construit, 
et son œuvre 
n'a pas solidement basé, 
et qu'un mur tombe, 
cet architecte 
Col. XX. I. à ses propres frais, 
ce mur 
affermira. 

§ 2 M 

Si un batelier 



I. Ce contexte justifie le sens que nous avons donné précédemment à ibbies. Cf. § 62 



104 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XX 



5. elippu 60 GUR 
a-na a-wi-lim ip-hi 
2 siqlu kaspi 
a-na ki-is-ti-su 
i-na-ad-di-is-sum 



10 



sum-ma malahu 

elippu a-na a-wi-lim 

ip-hi-ma 

si-bi-ir-su 

la u-tak-ki-il-ma 
1 3 . i-na sa-at-tim-ma su-a-ti 

elippu si-i 

iz-za-par 

hi-di-tum ir-ta-si 

malahu 
20. clippi su-a-ti 

i-na-qar-ma 

i-na-SA-GA ra-ma-ni-su 

u-dan-na-an-ma 

elippu dan-na-tum 
2t . a-na be-el elippi 

i-na-ad-di-in 

§ 236 

sum-ma a-\vi-lum 

elippi-su 

a-na malahi 
30. a-na i^-ri-im 

id-di-in-ma 

malahu i-gi-ma 

clippi ut-te-bi' 

u lu uh-ta-al-li-iq 
33. malahu elippi 

a-na be-el elippu 

i-ri-a-ab 



5 . un vaisseau de 60 GUR 
pour quelqu'un a calfaté, 
2 sicles d'argent 
pour sa riicompense 
il lui donnera. 

ë 235 

10. Si un batelier 

un vaisseau pour quelqu'un 

a calfatti, 

et si son travail 

il n'a pas rendu solide, 
13. si cette même année 

ce vaisseau 

on met en route, 

s'il a un défaut, 

le batelier 
20. le vaisseau 

changera 

et de ses propres fonds 

le réparera, 

et le vaisseau réparé 
25. au maître du vaisseau 

il rendra. 

§ 236 

Si quelqu'un 

son vaisseau 

à un batelier 
30. en location 

a donné, 

et si le batelier conduit mal, 

et si le vaisseau il coule 

et perd. 
35 . le batelier, un vaisseau 

au maître du vaisseau 

compensera. 



sra, iclni. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XX 



105 



40. 



45 



50. 



8 237 

sum-ma a-wi-lum 

malahu u elippu 

i-gur-ma 

se'u sipâtu samnu suluppu 

u mi-im-ma sum-su 

sa si-nim 

i-si-en-si 

malahu su-u 

i-gi-ma 

elippi ut-te-ib-bi 

u sa li-ib-bi-sa 

uh-ta-al-lî-iq 

malahu 

elippu sa u— te-ib-bu-u 

u mi-im-ma 

sa i-na li-ib-bi-sa 

u-hal-li-ku 

i-ri-a-ab 

§238 

sum-ma malahu 
elip a-wi-lim 
u-te-ib-bi-ma 
us-te-li-a-as-si 
60. kaspu mi-si-il simi-sa 
i-na-ad-di-in 

§ 239 

sum-ma a-wi-lum 
malahu [i-gur]' 
6 SE GUR 
65 . i-na sa-na-[at] 
i-na-ad-di-is-sum 



55 



§ 237 

Si quelqu'un 

un batelier et un vaisseau 
40 . a pris en location 

et de blé, laine, huile, datte 

et toute autre chose, 

de fret 

l'a frété, 
45 . si ce batelier 

s'est trompé 

et a fait sombrer le vaisseau 

et ce qui s'y trouve 

a anéanti, 
50. le batelier, 

le vaisseau qu'il a fait sombrer 

et tout 

ce qui dans l'intérieur 

il a anéanti 
55. compensera. 

§ 238 

Si un batelier 
le vaisseau de quelqu'un 
a coulé 

et l'a renfloué, 
60 . en argent la moitié de son prix 
il payera. 

§ 239 

Si quelqu'un 
un batelier a loué, 
6 GUR de blé 
65. par année 

il lui donnera. 



8 240 
sum-ma elippu 

I. Au commencement de la ligne, un signe gratté par le scribe, pour erreur 



8 240 
Si un bateau 



«4 



io6 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XX-XXI 



sa ma-hi-ir-[tim] 
elippu sa mu-[uk]-ki-el-bi-tim 
70 . im— ha-as-ma 
ut-te-ib-bi 

be-el elippi sa su-te-bi-a-at 
mi-im-masai-naelippi-suhal-ku 

i-na ma-har i-lim 
75. u-ba-ar-ma 

sa ma-hi-ir-tim 

sa elippi sa mu-uk-ki-el-bi-tim 

u-te-ib-bu-u 

elippi-su u mi-im-ma-su hal-ga- 
am 
80. i-ri-a-ab-sum 

§ 241 
sum-ma a-wi-lum 
alpu a-na ni-bu-tim' 

it-te-bi 

1/3 ma-na kaspi i-sa-qal 

§ 242 
85 . sum-ma a-wi-lum 
a-na satti i i-gur 
IDGUD-DA'UR-RA' 

4èEGtJR 



) SAG 



8 243 
ID GUD-LID E 
90. 3 èE GUR a-na be-li-su 
i-na-ad-di-in 

§ 244 
Col. XXI. I . sum-ma a-wi-lum 

alpu imeru i-gur-ma 

I. Cf. §§ 1 14-1 II,. 

2- Peut-êlre ID. 

3. Brunn., 5499, sakâku. 



en marche 

un bac de passeur 
70. a abordé 

et coulé, 

le propriétaire du bateau coulé 

tout ce qu'il a perdu sur le bateau 

devant Dieu 
75. poursuivra, 

et celui du vaisseau en marche 

qui le bac 

a coulé, 

vaisseau et tout ce qui y a péri 



80. compensera. 

§ 241 
Si quelqu'un 
le bœuf (d'un autre) au travail 

forcé 
a contraint, 
1/3 mine d'argent il payera. 

§ 242 
85. Si quelqu'un 

pour un an prend à bail : 
pri.x du bœuf de labour 
4 GUR de blé, 

§ 243 
Prix du bœuf de somme (?) 
90. 3 GUR de blé au propriétaire 
il donnera. 

§ 244 
Col. XXI. I. Si quelqu'un 

a pris en location un bœuf ou un 
àne 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXI 



'07 



1-na si-ri-im 
UR-MAH id-du-uk-su 
5 . a-na be-li-su-ma 



8 245 

sum-ma a-wi-lum 
alpu i-gur-ma 
i-na me-gu-tim' 
u lu i-na ma-ha-zi-im 
10. us-ta-mi-it 
alpu ki-ma alpi 
a-na be-el alpi 
i-ri-a-ab 

§ 246 

sum-ma a-wi-lum 
1 5 . alpu i-gur-ma 

sep-su is-te-bi-ir 

u lu la-bi-a-an-su' 

it-ta-ki-is 

alpu ki-ma alpi 
20 . a-na be-el alpi 

i-ri-a-ab 



et si dans les champs, 
un lion l'a tué, 
5 . c'est pour son maître (qu'il est 
tué). 



8 245 
Si quelqu'un 
un bœuf a loué, 
et si par de mauvais soins 
ou par des coups 
il l'a fait mourir, 
bœuf pour bœuf, 
au maître du bœuf 
il rendra. 



10. 



15 



20. 



§ 246 

Si quelqu'un 
un bœuf a loué, 
a brisé son pied, 
ou bien sa nuque 
a coupé, 

bœuf pour bœuf, 
au maître du bœuf 
il rendra. 



8 247 

sum-ma a-wi-lum 
alpu i-gur-ma 
èni-su il-tab-da 
25. kaspi mi-si-il sîmi-su 
a-na be-el alpi 
i-na-ad-di-in 

§ 248 

surn-ma a-wi-lum 
alpu i-gur-ma 



8 247 
Si quelqu'un 
a loué un bœuf, 
et son œil a crevé, 
25. la moitié de sa valeur en argent 
au maître du bœuf, 
il donnera. 

§ 248 

Si quelqu'un. 
a loué un bœuf, 



1 . Rac. nax. 

2. CL ^ ►fl^ 



IV R. 29. î 5/6. 



io8 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXI 



30. qaran-su is-bi-ir 
zibbat'-zu it-ta-ki-is 
ulu élit pasutti-su' 
ît-ta-sa-ak 
kaspu IGI-4-GAL simi-su 

35. i-na-ad-di-in 

§ 249 
sum-ma a-wi-lum 
alpu i-gur-ma 
i-lum im-ha-zu-ma 

im-tu-ut 
40. a-wi-lum sa alpu i-gu-ru 
ni-is i-lim 
i-za-kar-ma* 
u-ta-as-sar 

§ 250 

éum-ma alap zu-ga-am 
45. i-na a-la-ki-su 

a-wi-lam 

ik-ki-ib-ma 

us-ta-mi-it 

di-nu-um su-u 
50. ru-gu-um-ma-am 

u-ul i-su 

§ 251 
sum-ma alap a-\vi-lim 
na-ak-ka-pu-u 
ki-ma na-ak-ka-pu-u 
5 5 . ba-ab-ta-su 

u-se-di-sum-ma 
qar-ni-su 



30 . et a brisé sa corne, 

a coupé sa queue. 

ou le dessus du museau 

a tranché, 

le quart du prix"en argent 
35 . il donnera. 

§ 249 
Si quelqu'un 
a loué un bœuf, 
et que Dieu (un accident) l'ait 

frappé 
et qu'il soit mort, 
40. celui qui l'a pris en location 
par le nom de Dieu 
jurera, 
et il sera relâché. 

§ 250 

Si un bœuf furieux 
45 . dans sa course 

un homme 

a poussé (des cornes) 

et fait mourir, 

cette cause 
50. de réclamation 

ne comporte pas. 

§ 2S1 
Si le bœuf d'un homme, 
coup de corne 
pour coup de corne, 
55 . son vice 

lui a révélé, 
et si ses cornes 



2. (^-J^ pasuttucf. napsamu o mors du cheval ». Lesigne qui [précède SA-5.4L est celui que nous retrouverons 
infra, col. XVIII I, et dans Rawl. V. 63, II. 5. 22, où la valeur /^arussu, terlu s'impose. Ici, on ne peut guère songer qu'à 
la valeur de t(^!^' |^<^>(. elû. Brunn., 4704, avec le sens de « la partie supérieure (du museau) ». 

3. p't ou nsT. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXI 



109 



la u-sar-ri-im 

alap-su ia u-sa-an-ni-iq-ma 
60. alpu su-u 

mar a-wi-lim 

ik-ki-ip-ma 

us-ta-mi-it 

1/2 ma-na kaspi 
65. i-na-ad-di-in 

§ 252 
[sum-ma] arad a-wi-lim 
1/3 ma-na kaspi 
i-na-ad-di-in 

§ 253 

sum-ma a-wi-lum a-wi-lam 
70. a-na pa-ni eqli— su 

u-zu-uz-zi-im 

i-gur-ma 

al-dà-a-am 

[ik?]-ki-ip-su 
75. [LID]-GUD-ZUN ip-ki-su 

[ana] eqli e-ri-si-im u-ra-ak-ki-zu 

sum-ma a-wi-lum su-u 

SE-ZIR u-lu SAB-GAL' 

is-ri-iq-ma 
80. i-na ga-ti-su 

it-ta-as-ba at 

rittê-su i-na-ak-ki-zu 

§ 254 
sum-ma al-dà-a-am 
il-ki-ma LID-GUD-ZUN 
85. u-te-en-ni-is 

ta a-na' se'i saim-ri-ru 
i-ri-ab 



il n a pas rogné, 

si son bœuf il n'a entravé; 
60. si ce bœuf 

un homme libre 

a poussé de la corne 

et a tué, 

une demi-mine d'argent 
65 . il payera. 

Si c'est un esclave d'homme libre, 
un tiers de mine d'argent 
il donnera. 

§ 253 

Si quelqu'un un autre homme 
70. pour sur son champ 

demeurer 

a pris à bail, 

et si le . . . 

il luia. . . , 
75 . les bœufs lui a confié 

à labourer le champ l'a astreint ; 

si cet homme 

du grain ou des plants 

a volé 
80. et si dans ses mains 

cela est trouvé, 

on lui coupera les mains. 

§' 254 
Si le. . . 

il a pris, les bœufs 
85 . s'il a épuisé 

selon le blé qu'il a ensemencé 
il restituera. 



1 . Ukullû ou bien (sam) kiillû, Brunn., 8051. 

2. TA = jniiiâ, Brunn., 3958. TA-A-AN semble être décliné dans le cas présent : Idna sc'i « la quantité de blé ))- 
La valeur kîina « comme » en est dérivée. Imrini de marjru exprime une des façons données à la terre arable, comme 
sakâku, makâsic, cf. supra, §§ 43-44. De là l'instrument marni, sorte de houe, qui existe encore de nos jours en Méso- 
potamie sous ce même nom. 



I 10 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXI-XXIl 



90. 



§ 255 

sum-ma LID-GUD-ZUN 

a-wi-lim a-na ig-ri-im 

it-ta-di-in 

u lu âE-ZIR is-ri-iq-ma 

i-na eqli la us-tab-si 



90. 



a-wi-lam su-a-ti 
u-ka-an-nu-su-ma 
95. i-naioo(?)'GANE 

60 SE GUR i-ma-ad-da-ad 

§ ^5^ 
sum-ma bi-ha-zu' 
a-pa-lam la i-li-i 
i-na eqli àu-a-ti i-na GUD-LID 
-ZUN 
100. im-ta-na-as-sa-ru-su 

§ 257 
sum-ma a-wi-lum 
Col.XXII.i. AK+SUM-gur 
8 SE GUR 
i-na satti i (kam) 
i-na-ad-di-is-sum 

§ 258 
5. sum-ma a-wi-lum 
SAB-GUD i-gur 
6 SE GUR 
i-na satti 1 (kam) 
i-na-ad-di-is-sum 

§ 259 
10. sum-ma a-wi-lum 
GlS-APIN i-na ugari 



95 



8 255 

Si le bœuf 

de quelqu'un en location 

il a donné 

et de la graine a volé 

et dans le champ n'a pas fait 
produire, 

cet homme 

on le fera comparaître 

et par 100 GAN 

60 GUR de blé il versera en res- 
titution . 

Si son préfet 

ne veut pas faire la restitution, 

sur ce champ parmi le bétail 



100. on le laissera. 

§ 257 
Si quelqu'un 
Col.XXIl.i. un moissonneur (?) loue 
8 GUR de blé 
par année 
il lui donnera. 

§ 258 
5 . Si quelqu'un 

loue un batteur sur l'aire (?) 
6 GUR de blé 
par année 
il lui donnera. 

§ 259 
10. Si quelqu'un 

une roue d'arrosage dans le canton 



1. Signe "^ Brunn., 6983. 

2. Pihazii. 

3. Signe AK + SU, peut-être «-S^J^^y ou "^ty-^-^y- Br\inn., 864 e\ 9^2, uni sa eqli, kasâmu. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXII 



is-n-iq 
5 siqlu kaspi 
a-na be-el Glâ-APIN 
I 5 . i-na-ad-di-in 

§ 260 

sum-ma GIS-APIN TUK-KIN' 
u lu GIS-GAN-ÙR= 
is-ta-ri-iq 
3 siqlu kaspi 
20. i-na-ad-di-in 

§ 261 
sum-ma a-wi-lum 
na-qid a-na LID-GUD-ZUN 
u sênê 
ri— im i-gur 
25. 8ÔEGUR 

i-na satti i (kam) 
i— na— ad-di-is— sum 

§ 262 

sum-ma a-wi-lum 
alpu u lu immeru 
30. a-na 



a volé, 

5 sicles d'argent 
au maître de la machine 
15. il donnera. 

§ 260 

si une chadouf 
ou une charrue 
il a volé, 
3 sicles d'argent 
20. il donnera. 

§ 261 
Si quelqu'un 
un pâtre pour les bœufs 
et les moutons 
à paître a loué, 
25. SGURdeblé 
par année 
il lui donnera. 

§ 262 



si quelqu'un 
bœuf ou mouton 



30. a. 



§ 263 
37. sum-ma [alpu] u lu immeru 

sa in-na-ad-nu— [sum] 

uh-ta-al-li-iq 
40. alpu kima [alpi] 

immeru kima [immeri] . 



§ 263 
37. Si bœuf ou mouton 

qui lui sont confiés 

il a perdu, 
48 . bœuf pour bœuf, 

mouton pour mouton 



1. TUK-KIN, cf. tukkdnuK seau de cuir ». Le premier signe est KU avec deux traits intérieurs. Il s'agit proba- 
blement de la chadouf, nom que les Égyptiens donnent à la machine à irriguer, à traction manuelle,par opposition à la 
sakieh, qui se compose d'un chapelet de vases adaptés sur une roue et qui est à traction animale. 

2. Makaddu: Brunn., 3192, 3193. Par ses éléments, cet idéogramme nous indique un instrument de culture propre 
à l'opération sakàkti, isakak, l'une des façons données aux terres ainsi que tnaffâsti et marâru, cf. Brunn.. 5499. Peut- 
être la houe ou la charrue. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXII 



a-na be-li-[su-nu] 
i-ri-a-[ab] 

§ 264 

sum-ma [ri'u] 
45. sa LlD-GUD-iZUN] 
u lu sênê 
a-na r[i-im] 
in-na-ad-nu-sum 
ID-sumimma(?) har(?) -ra-tim 
50. ma-hi-ir 

li-ib-ba-su ta-ab 
[LID]-GUD-ZUN 
uz-za-ah-hi-ir 
sênê 
55. uz-za-ah-hi-ir 

ta-li-id-tu um-ta-di 
a-na pi ri-ik-sa-ti-su 
ta-li-id-tum 
u bi-il-tum 
60. i-na-ad-di-in 

§ 265 

sum-ma ri'u 
saLID-GUD-ZUN 
u séné 
a-na ri-im 
in-na-ad-nu-sum 
u-sa-ar-ri-ir-ma 
si-im-tum ut-ta-ak-ki-ir 
u a-na kaspi 
it-ta-di-in 
u-ka-an-nu-su-ma 
a-du 10 su sa is-ri-ku 
LID-GUD-ZUN 
u sênê 

a-na be-!i-su-nu 
75. i-ri-a-ab 



65 



70 



à leur propriétaire 
il rendra. 

§ 264 

Si le pâtre 
45. à qui bœufs 
et moutons 
à paître 
ont été confiés 
tout son salaire convenu (?) 
a reçu 

et son cœur est content, 
si les bœufs 
il a fait diminuer, 
les moutons 
il a fait diminuer, 
la reproduction a fait décroître, 
selon les conventions, 
petits 
et revenu 
il livrera. 



50 



55 



60, 



§ 265 



Si un pâtre 

à qui bœ>ufs 

ou moutons 

à paitre 
65 . ont été donnés 

a prévariqué, 

a changé les conventions 

et pour de l'argent 

a vendu, 
70. on le citera en justice 

et 10 fois ce qu'il a volé 

bœufs 

et moutons 

à leur propriétaire 
75 . il restituera. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXII 



113 



§ 266 

sum-ma i-na tarbasi 
li-bi-it ili it-tab-si 

u lu UR-MAH id-du-uk ri'u ma- 
har ili 

u-ub-ba-am-ma ' 
80. mi-ki-it-ti tarbasi 

be-el tarbasi i-mah-har-su 

§ 267 
sum-ma ri'u i-gu-u-ma 
i-na tarbasi kaz-za-tu us-tab-si 

ri'u hi-di-it kaz-za-tim 
85 . sa i-na tarbaçi u-sa-ab-su u 
LID-GUD-ZUN u sènê 
u-sa-Iam-ma 
a-na be-li— su-nu 
i-na-ad-di-in 

§ 268 
90. sum-ma a-wi-lum alpu 
a-na di-a-si-im i-gur 
20 QA se'i ID-su 

§ 269 

sum-ma imêru 
a-na di-a-si-im i-gur 
95. 10 QA se'i ID-su 

§ 270 
sum-ma lalu 
a-na di-a-si-im i-gur 
I QA se'i ID-su 

sum-ma a-wi-lum 



§ 266 

Si dans l'ôtable 

une ruine par Dieu (un accident) 
s'est produite 

ou si le lion a tué, le berger de- 
vant Dieu 

se disculpera, 
80. et la ruine de l'étable 

le maître de l'étable y fera face. 

§ 267 
Si le pâtre est en faute, 
et dans l'étable une brèche a pro- 
duit 
le pâtre, le trou de la brèche 
85 . qu'il a fait dans l'étable, 
bœufs et moutons 
remettra en bon état 
et à leur propriétaire 
rendra. 

§ 268 
90. Si quelqu'un un bœuf 
pour foulera loué, 
20 QA de blé est son loyer. 

§ 269 
Si un âne 

pour fouler il a loué, 
95 . 10 QA de blé est son loyer. 

§ 270 
Si un ânon ou bouvillon 
pour fouler il a loué, 
I QA de blé est son loyer. 



§ 271 



Si quelqu'un 



r. Var. ubhabmj d s'innocente ». 



114 



CODE DES LOIS DE yAMMURABI : VERS. COL. XXII-XXlll 



100. LID-GUD-ZUN sumbu 
u mu-ur-te-di-sa i-gur 
Col. XXIII. i-na ùm i (kam) i8o QA se'i 
i-na-ad-di-in 

§ 272 

sum-ma a-wi-lum 
sumbu-ma 
5 . a-na ra-ma-ni-sa i-gur 

i-na ùm i (kam) .|o QA se'i 
i-na-ad-di-in 

§ 273 

sum-ma a-vvi-lum 
amil agrùti i-gur 
10. is-tu ri-es sa-at-tim 

a-di ha-am-si-im arlji-im 
6 Se kaspi 
i-na ùm 1 (kam) 
i-na-ad-di-in 
15. is-tu si-si-im' arhi-im 
a-di ta-ak-ti-da sa-at-tim 
5 Se kaspi 
i-na ùm i (kam) 
1-na-ad-di-in 

§ 274 

20. sum-ma a \vi-lum 

màr um-mi-a 

i-ig-ga-ar 

ID amil... 

5 [§E] kaspi 
25. ID amil GAB-A 

5 Se kaspi 

ID amil KID 



100. des bœufs, un chariot 

et son conducteur a loué, 
Col. XXIII. pour un jour 180 QA de blé 
il payera. 

S 272 

Siquelqu'un 
un chariot 
5 . pour le chariot lui-même^ a pris 
à bail, 
par jour 40 QA de blé 
il donnera. 



§ 373 

Si quelqu un 

un journalier a loué, 
10. depuis le commencement 
l'année 

jusqu'au cinquième mois, 

six SE d'argent 

par jour 

il donnera ; 
1 5 . depuis le sixième mois 

jusqu'à la fin de l'année, 

cinq Sl^ d'argent 

par jour 

il donnera. 



de 



§ 27.1 

20. Si quelqu'un 

un artisan 

loue 

le salaire de. . . 

cinq SE d'argent; 
25. le salaire d'un briquetier(î!) 

cinq Se d'argent; 

le salaire d'un tailleur d'habits 



r. Sisim est en surcharge sur hamsim, correction du scribe. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. X.XIII 



iiî 



5 SE kaspi 
ID amil GUL' 
30. ... SE kaspi 
ID [amil] GA (?) 

• . . [SE] kaspi 

• . . [SE] kaspi 
35- [IDj nangar' 

4 SE kaspi 
IDSA 
4 SE kaspi 
[ID] AT-KIT 
40. ... SE liaspi 

. . . [ID] ami! banû 
... SE kaspi 
ùm] I (kam) 
[i-na-ad-] di-in 

§ 275 

45. sum-ma] a-vvi-lum 
... du (ou da) i-gur 
i-na ùm i (kam) 
3 SE kaspi ID-sa 

§ 276 

sum-ma ma-hi-ir-tum i-gur 
50. 2 1/2 SE kaspi id-sa 
i-na ùm 60 (kam) 
i-na-ad-di-in 

§ 277 

sum-ma a-wi-Ium 
elippu 60 GUR i-gur 
55. i-na ùm i (kam) 

IGI-6-GAL kaspi ID-sa 
i-na-ad-di-in 



30, 



cinq SE d'argent ; 
le salaire d'un . . . 
. . .SE d'argent 



le salaire d'un . . . 
. . .SE d'argent 
le salaire d'un. . . 
. . .SE d'argent 

3S- le salaire d'un charpentier 
quatre SE d'argent 
le salaire d'un . . . 
quatre SE d'argent 
le salaire d'un . . . 

40. .. .SE d'argent, 

le salaire d'un maçon 
. . .SE d'argent, 
par jour 
il donnera. 

§ 275 

45 . Si quelqu'un 
a loué un [bac], 
par jour, 
3 SE d'argent pour son loyer. 

§ 276 

Si c'est un bateau de marche. 

50. 2 SE et 1/2 d'argent comme loyer 
par jour 
il donnera. 

§ 277 
Si quelqu'un 

un bateau de 60 GUR a loué, 
55. par jour, 

un si.xième (de sicle) comme lo\or 
il donnera. 

I. Brunn., 8959. Peut-être [PUR]-GUL « tailleur de pierres ». Le signe GUL est d'ailleurs douteux, ses élciments 
étant ici u + um. 



ii6 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXIII 



sum-ma a-wi-lum 
ardu amtu i-sa-am-ma 

60. arhu-su la im-la-ma 

bi-ên-ni e-li-su 

im-ta-ku-ut a-na na-di-na- 

-ni-su' u-ta-ar-ma 

sa-a-a-ma-nu-um 
65. kaspu is-ku-lu 

i-li-ki 

§ 279 

sum-ma a-wi-lum 
ardu amtu i-sa-am-ma 

ba-ak-ri ir-ta-si 
70. na-di-na-an-su 
ba-ak-ri i-ip-pa-al 

§ 280 

sum-ma a-wi-lum 
i-na ma-at 
nu-ku-ur-tim 
75. ardu amtu sa a-wi-lim 

is-ta-am 
i-nu-ma 

ina li-ib-bu kalama 
it-ta-al-kam-ma 
80. be-el ardi u lu amti 

lu arad-zu u lu amat-zu 
u-te-id-di 

sum-ma ardu u amtu su-nu 
mare ma-tim 
85. ba-lum kaspi 



§ 278 

Si quelqu'un 

un esclave mâle ou femelle a 
acheté 
60. et si n'ayant pas achevé un mois, 

une infirmité (paralysie) sur lui 

est tombée, à son 

vendeur il le rendra 

et l'acheteur 
65 . l'argent qu'il a payé 

reprendra. 

§ 279 

Si quelqu'un 

un esclave mâle ou femelle a 

acheté 
et s'il y a réclamation, 
70. le vendeur 

à la réclamation fera droit. 

§ 280 

Si quelqu'un 

en pays 

étranger 
75. l'esclave mâle ou femelle de 
quelqu'un 

a acheté, 

lorsque 

dans l'intérieur du pays propre 

il est arrivé, et que 
80. le maître de l'esclave mâle ou 
femelle 

son esclave mâle ou femelle 

reconnaît, 

si cet esclave ou cette serve 

sont des indigènes, 
85. sans argent 



Enjambement erroné. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXIII-XXIV 



"7 



an-du-ra-ar-su-nu 
is-ta-ak-ka-an 

§ 281 

sum-ma mare ma-tim sa-ni-tim 
sa-a-a-ma-nu-ma 
90. i-na ma-har i-lim 
kaspu is-ku-lu 
i-ga-ab-bi-ma ' 
be-el ardi u lu amti 

kaspu is-ku-Iu a-na dam-gar 

•95. i-na-ad-di-in-ma 

lu arad-zu lu amat-zu i-pa-ak 

§ 282 

sum-ma ardu a-na be-]i-su 
u-ul be-li at-ta 
iq-ta-bi 
100. ki-ma arad-zu 
u-ka-an-su-ma 
.be-el-su u-zu-un-su i-na-ak-ki-is 

Col. XXIV. Di-na-a-at 
mi-sa-ri-im 
sa Ha-am-mu-ra-bi 
sar-ru-um li-u-um 
5 . u-ki-in-nu-ma 

ma-tum u-sa-am ki-nam' 
u ri-dam dam-ga-am 
u-sa-as-bi-tu 
Ha-am-mu-ra-bi 
10. sar-ru-um gi-it-ma-lum a-na-ku 
a-na SAG-blG 
sa (ilu) Bel is-ru-qam 

1 . Original : ibiabbi. Erreur. 

2 . La lecture dinain k justice » est possible. 



Col, 



leur affranchissement 
il accordera. 

§ 281 
S'ils sont étrangers, 
l'acheteur 
90. devant Dieu 

qu'il les a payés 

jurera, 

le maître de l'esclave mâle ou 

femelle 
l'argent qu'il a versé au négo- 
ciant 
95. rendra 

et recouvrera son esclave mâle 
ou femelle. 

§ 282 
Si un esclave à son maître 
« tu n'es pas mon maître » 
a dit, 
100 . comme son esclave 
il le fera comparaître, 
et son maître lui coupera une 
oreille. 
XXIV. Décrets 
d'équité 

que Hammurabi, 
roi vaillant, 
5. a établis; 

au pays une police sure 
et un régime heureux 
il a procuré ! 
Hammurabi, 
10. roi accompli, moi-même! 

avec les tètes noires (les hommes) 
que Bel m'a octroyées. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VEF^S. COL. XXIV 



ri-u-zi-na 

(ilu) Marduk i-din-nam 
1 ^ . u-Lil e-ga 

a-hi u-ul ad-di 

as-ri su-ul-mi-im 

es-te-i-si-na-sim 

pu-us-ki wa-as-tu-tim 
20. u-pi-it-ti 

[uj-si-am u-se-zi-si-na-si-im 

i-na kakku dan-nim 

sa(ilu)ZA-MA(L)-MA(L) 

u (ilu) Istar 
25 . u-sa-at-li-mu-nim 

i-na IGI-GAL 

sa (ilu) E-A i-si-ma-am 

i-na li-u-tim 

sa (ilu) Marduk id-di-nam 
30. na-ak-ri e-li-is 

u sa-ap-li-is as-su-uh 

sa-ap-la-tim u-bi-cl-li 

si-ir ma-tim 

u-ti-ib 
îc . ni-si da-ad-mi 

a-bu-ur-ri 

u-sar-bê-is 

mu-gal-li-tum 

u-ul u-sar-si-si-na-ti 
40. ANGAL-GAL 

ib-bu-u-nin-ni-ma 

a-na-ku-ma 

ri'u mu-sa-al-li-mu-um 

sa hattu-su 
45 . i-sa-ra-at 

si-ni ta-bu-um 

i-na a-li-ya 
ta-ri-is 
i-na ut-li-ya 



dont le pastorat 

Marduk m'a confié, 
15. je n'ai pas forligné, 

fe flanc je n'ai pas reposé; 

des lieux de quiétude 

je leur ai trouvé, 

par des difficultés aiguûs, 
20. j'ai frayé un chemin, 

et leur mandai assistance! 

avec l'arme puissante 

dont le dieu ZA-MA(L)-MA(L) 

et Istar 
25 . m'ont ceint, 

avec la clairvoyance 

que le dieu È-A m'a départie, 

avec la bravoure 

dont Marduk m'a doté, 
30. l'ennemi, en haut, 

en bas, j'ai arraché, 

j'ai subjugué les profondeurs; 

la chair de la contrée 

j'ni rendu heureuse; 
35. les habitants des cabanes, 

en sécurité 

j'ai fait reposer, 

un sujet de crainte 

je ne les ai laissé avoir. 
40. Les grands dieux 

m'ont élu, 

moi-même, 

pasteur sauveur, 

dont le sceptre 
45. est droit; 

du méchant et de l'homme de 
bien 

dans ma ville 

je suis le directeur; 

sur mon sein 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXIV 



iig 



50. ni-si kalama Su-me-er-im 

u Ak-ka-di-im 

u-ki-il 

i-na la-ma-zi-ya 

ah-hi-sa 
55. i-na su-ul-mi-im 

at-tab-ba-al-si-na-ti 

i-na ne— nne-ki-ya 

us-tap-si-ir-si-na-ti 

dan-nu-um en-sa-am 
60. a-na la ha-ba-lim 

NU-TUK' NU-MU-SU' 

su-te-su-ri-im 

i-na Bàbili (ki) 

alu sa Ili u (ilu) Bel 
65. ri-si-su' 

u-ul-lu-u 

i-na E-SAG-GIL 

bit sa ki-ma sa-me-e 

u ir-si-tim isdu-su' ki-na 

70. di-in ma-tim a-na di-a-nim 

pu-ru-zi-e nia-tim 
a-na pa-ra-si-im 
ha-ab-lim su-te-su-ri-im 
a-wa-ti-ya su-ku-ra-tim 
75. i-na na-ru-ya as-tu r-ma 
i-na ma-har salmi-ya 
sarri mi-sa-ri-im 
u-ki-in 
sarru sa-in' sar ali 

80. su-tu-ru a-na-ku 

a-wa-tu-u-a na-as-ga 



50. 



^v 



60. 



65. 



70. 



75- 



80. 



la gent de Sumer 

et d'Accad 

j'ai serré; 

par mon génie protecteur, 

ses frères 

dans la paix 

j'ai guidé; 

dans ma sagesse 

je lésai abrités; 

afin que le îort le faible 

n'opprime pas, 

l'orphelin et la veuve 

pour conseiller; 

dans Babel 

la ville de El et de Bel 

sa tête 

j'ai relevé; 

dans È-SAG-GIL, 

le temple dont comme des cieux 

et de terre les fondements sont 
solides — 

pour la reddition de la justice du 
pays, 

les sentences dans le pays 

pour formuler, 

et pour l'édification du faible, 

mes volontés les plus chères 

sur ma stèle j'ai écrit, 

devant mon image 

de roi de justice 

je (les) ai placées, 

roi pacifique, roi de la ville capi- 
tale, 

le très grand, moi-même! 

mes desseins sont nobles. 



1. ekû, Brunn., 2023. Voir fragm. Rass. Del. HW., p. 52 />, en haut. 

2. Pour NU-iMU-SU « veuve », voir § 177. 

3. Lecture lal-lim-su, possible. 

4. DU sans giinu. 

5. Cf. hébr.fxtt' . 



120- 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXIV-XXV 



li-u-ti sa-ni-nam 

u-ul i-sa' 

i-na ki-bê-it (ilu) §amas 
85 . da-a-a-nim ra-bî-im 

sa samê u irsiti 

mi-sa-ri i-na kalama 

li-is-te-bi 

i-na a-\va-at 
90. (ilu) Marduk bê-li-ya 

u-zu-ra-tu-u-a 

mu-sa-zi ete-ir pani-a 

i-na E-SAG-GIL 
sa a-ra-am-mu su-mi i-na da- 
mi-iq-tim 
Col.XXV.i. a-na da-ar 
li-iz-za-ki-ir 
a-\vi-lum ha-ab-lum 
sa a-wa-tum 
^ . i-ra-as-su-u 

a-na ma-ha-ar salmi-ya 
sar mi-sa-ri-im 
li-ii-ii-ik-ma 
na-ru-i 
10. sa-at-ra-am 

li-is-ta-as-si-ma 
a-wa-ti-ya 
su-ku-ra-tim 
li-is-me-ma 
1 5 . na-ru-i a-\Ya-tum 
li-qal-lim-su 
di-in-su li-mu-ur 
li-ib-ba-su 
li-na-ab-bi-is-ma 
20. Ha-am-mu-ra-bi-mi 

be-lum sa ki-ma a-bi-im 



ma bravoure un rival 
n'a pas; 

par ordre de Samas, 
85 . le grand juge 

des cieux et terre, — 
que justice dans la contrée 
resplendisse! 
par la volonté 
90. de Marduk, mon seigneur, 
sur mes reliefs 
qui manifestc(nt) la grâce de ma 

face, 
dans l'H-SAG-GIL 
que j'aime, puisse en bonne part 
mon nom 
Col.XXV.i. à jamais 

être commémoré! 

l'opprimé 

qui un litige 

5- a, 

devant mon image 

de roi de justice 

qu'il vienne ! 

et ma stèle 
10. écrite 

qu'il lise! 

mes ordres 

précieux 

qu'il écoute! 
1 5 . que ma stèle l'affaire 

lui éclaircisse! 

sa cause qu'il comprenne! 

que son cœur 

se dilate en disant: 
20. Hammurabi, 

c'est un maître qui comme un 
père, 



Original i-n:i Erreur. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXV 



(21 



wa-ll-di-im 

a-na ni-si 

i-ba-as-su-u 
25 . a-na a-wa-at 

(ilu) Marduk be-li-su 

us-ta-ak-ti-it-ma 

ir-ni-ti (ilu) Marduk 

e-li-is 
30. u sa-ap-li-is 

ik-su-tu 

li-ib-bi (ilu) Marduk 

be-li-su u-ti-ib 

u si-ra-am ta-ba-am 
35 . a-na ni-si 

a-na da-ar i-si-im 

u ma-tum 

us-te-se-ir 

da-ni-tum 
40. li-fq-bi-ma 

i-na ma-har 

(ilu) Marduk be-li-ya 

(ilu) Zar-pa-ni-tum 

be-el-ti-ya 
45. i-na li-ib-bi-su 
ga-am-ri-im 
li-ik-ru-ba-am 
se-du-um la-ma-su 
ilâni e-ri-bu-tum 
50. E-SAG-GIL 
libit E-SAG-GIL 
i-gi-ir-ri-e 
u-mi-sa-am 
i-na ma-har 
55. (ilu) Marduk be-li-ya 
(ilu) Zar-pa-ni-tum 
be-el-ti-ya 
li-dam-mi-ku 
a— na wa-ar-ki 



un vrai parent 
pour ses sujets 
se montre! 
25. la volonté 

de Marduk son seigneur 
il a fait craindre ; 
la gloire de Marduk 
en haut 
30. et en bas 

il a poursuivi ! 
le cœur de Marduk, 
son seigneur, il a délecté! 
et une chair heureuse, 
35. aux hommes 

pour jamais, il a procuré! 
et la contrée 
il a bien gouverné ! 
le document 
40. qu'il épèle! 
et devant 

Marduk mon seigneur 
et Zarpanit 
ma dame, 
4=5 . selon son vœu 
complet 

qu'ils (le) bénissent ! 
le génie protecteur, 
les dieux qui entrent 
50. dans È-SAG-GIL, 

dans les murs d'Ê-SAG-GIL 
(tous) projets 
chaque jour 
devant 
5 5 . Marduk mon seigneur 
et Zarpanit 
ma dame 

qu'ils rendent dignes de faveur ! 
Dans la suite, 



122 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : VERS. COL- XXV 



60. 



65 



70. 



n 



80. 



85 



90 



sa-at' u-mi 

a-na ma-ti-ma 

sarru sa i-na kalama 

ib-ba-as-su-u 

a-wa-a-at 

mi-sa-ri-im 

sa i-na na-ru-ya 

as-tu-ru 11 -sur 

di-in ma-lim 

sa a-di-nu 

pu-ru-zi-c kalama 

sa ap-ru-su 

a u-na-ak-Ui-ir 

u-zu-ra-ti-ya' 

a u-sa-zi-ik 

sum-ma a-wi-lum su-u 

ta-si-im-lu i-su-ma 

ma-zu su-te-su-ram i-ii-i 

a-na a-wa-a-tim 

sa i-na na-ru-ya as-lu-ru li-gul- 

ma 
ki-ib-sa-am ri-dam 
di-in kalama sa a-di-nu 
pu-ru-zi-e kalama 
sa ap-rLi-su 
na-ru-iim su-u 
li-qal-lim-su-ma 
sa-al-ma-at ga-ga-di-su 
li-si-te-se-ir 
di-in-si-na li-di-in 
pu-ru-za-si-na 
. li-ip-ru-us 

i-na ma-t!-su ra-ga-am 
u si-nam li-zu-uh 
si-ir ni-si-su 
li-ti-ib 



75 



60. à l'issue des jours, 
oncques, 

le roi qui dans la contrée 
existera, 
les sentences 
65. de justice 

que sur ma stèle 
j'ai écrites, qu'il garde! 
la justice du pays 
que j'ai formulée, 
70. les lois de ce pays 
que j'ai codifiées, 
qu'il ne les change pas! 
mes reliels 

qu'il ne dérange pas ! 
Si cet homme 
a de la sagesse 

et veut bien gouverner son pays, 
selon les volontés 
que sur ma stèle j'ai gravée qu il 

apprécie! 
et la voie, la direction 
lajusticedupaysque j'ai formulée, 

les lois du pays 

que j'ai codifiées, 

que cette stèle 

lui apprenne, 

et ses têtes noires (les hommes) 

qu'il gouverne, 

leur jugement qu'il juge, 

leurs sentences 
90. qu'il tranche! 

du pays, pervers 

et méchant qu'il arrache! 

la chair de ses habitants 

qu'il délecte! 



80. 



85 



I. Original a-ai. Erreur 



1. wriginai n-ui. i^iieui . ■ a a 

2. Ce passage 73-79 .se retrouve mot à mot sur un fragment de stèle semblable, ce qui nous autonsc à espérer un 
nouvel exemplaire du Co.w, ou mieux encore une Suite du Code. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXV-XXVl 



I2Î 



95. Ha-am-mu-ra-bi 
sar mi-sa-ri-im 
sa (ilu) Samas ki-na-tim' 
is-ru-ku-sum a-na-ku 
a-wa-tu-u-a na-as-ga 
100. ip-se-tu-u-a 
sa-ni-nam 
u-ul i-sa-a 
e-la-a-na la-ha 
ZI-IM-RI-GA 
105. a-na im-ki-im 
Col. XXVI. a-na ta-na-da-tim su-sa-a 
sum-ma a-wi-lum àu-u 
a-na a-wa-ti-ya 
sa i-na na-ru-^a as-tu-ru 
5 . i-gul-ma 

di-ni la u-sa-az-zi-ik 
a-wa-ti-ya 
la us-te-pi-el 
u-zu-ra-ti-ya 
10. la u-na-ki-ir 
a-wi-lum su-u 
ki-ma ya-ti 
sar mi-sa-ri-im 
(ilu) Samas hattu-su 
15. li-ir-ri-ik 
ni-si-su 

i-na mi-sa-ri-im li-ri 
sum-ma a-wi-lim su-u 
a-wa-ti-ya 
20. sa i-na na-ru-ya 
as-tu-ru 
la i-gul-ma 
ir-ri-ti-ya 
i-me-es-ma 



Col 



95. Hammurabi, 
roi de justice, 
à qui Samas la rectitude 
a octroyé, moi-même! 
mes volontés sont nobles ! 
100. mes œuvres, 
un rival 
n'ont pas! 
en haut, en bas(?) 
(je suis) un ouragan (qui) 
105. dans la profondeur 
XXVI. dans les hauteurs, hurle! 
Si cet homme 
à mes sentences 
que sur ma stèle j'ai gravées 
5. a pris garde, 

et la justice n'a pas écarté, 
mes volontés 
n'a pas violé, 
mes définitions 
10. n'a pas changé, — 
à cet homme 
comme à moi, 
que le roi de justice, 
Samas, son sceptre 
1 5 . fasse durer longtemps, 
ses sujets 

dans la justice qu'il guide! 
si cet homme (au contraire), 
mes décisions 
20. que sur ma stèle 
j'ai gravées 
n'a pas respecté, 
ma malédiction 
s'il a méprisé, 



._. Kinatim ne peut être que de la rac. ,,3 et signifier ici « loyauté, rectitude ». C'est aussi le sens qu'il faut prêter 

avionTdird :::posr"' ^°'- "' "' '""'^'^ ''■""'" " ^^^ - -^^^ ^'^ '°""^"'- '^ -^^^-^^ "• ^^ p^^^^--- ^ - ^- -- 



124 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXVI 



25 . ir-ri-it i-li 

la i-dur-ma 

di-in a-di-nu 

up-ta-az-zi-is 

a-wa-ti-ya 
30. us-te-pi-el 

u-zu-ra-U-ya 

ut-ta-ak-ki-ir 

su-mi sa-at-ra-am 

ip-si-it-ma 
35. sum-su is-ta-dar 

as-sum ir-ri-tim' sl-na-ti 

sa-ni-a-am-ma 

us-ta-hi-iz 

a-we-lum su-u 
40. lu sarru 

lu bêlu 

lu pa-te-si 

u lu a-wi-lu-tum 

sa su-ma-am na-bi-a-at 
45 . IIu ra-bu-um 

a-bu i-li 

na-bu-u pali-ya 

me-lam sar-ru-tim 

li-tc-cr-su 
50. hatti-su 

li-is-bi-ir 

si-ma-ti-su li-ru-ur 

(ilu) Bel be-lum 

mu-si-im si-ma-tim 
55. saki-bc-zu 

la ut-la-ka-ru 

mu-sar-bu-u 

sar-ru-ti-ya 

te-si la su-ub-bi-im 
60. ga-zu ra-ah 

ha-la-ki-su 



25 . la malédiction de Dieu 

s'il n'a pas craint, 

le jugement que j'ai porté 

s'il a aboli, 

mes volontés 
30. s'il a violé, 

mes sentences 

s'il a changé, 

mon nom écrit 

s'il a gratté, 
35. et son nom y a gravé, 

ou si par crainte de ces malédic- 
tions 

un autre 

il en a chargé, 

cet homme 
40. fût-il roi, 

seigneur, 

patési, 

ou personnage 

de grand renom, — 
45 . que El, le Grand, 

le père des dieux, 

qui a décrété mon règne, 

la splendeur de la royauté 

lui relire ! 
50. son sceptre 

qu'il brise! 

sa destinée qu'il maudisse! 

que Bel, le seigneur 

qui fixe la destinée, 
55 . dont le Verbe 

est immuable, 

qui a magnifié 

ma royauté, 

une révolte irréductible 
60. à sa main, l'anathèmc 

de sa ruine 



Original îVnsînH. Erreur. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXVI 



I2S 



i-na su-ub-ti-su 
H-sa-ab-bi-ha-as-sum 
paie ta-né-hi-im 
65. u-mi i-zu-tim 
sa-na-a-at 
hu-sa-ah-hi-im 
iq-li-it 

la na-wa-ri-im 
70. mu-ut ni-ti-il i-nim 
a-na si-im-tini 
li-si-im-sum 
ha-la-aq ali-su 
na-as-pu-uh ni-si-su 
75. sar-ru-zu su-bi-lam 
sum-su u zi-kir-su 
i-na ma-tim 
la su-ub-sa-a-am 
i-na pi-su kab-tim 
80. li-iq-bi 
(ilu) Bêlti 
ummu ra-bè-tum 
sa ki-bê-za 

i-na Ê-KUR kab-ta-at 
85. beltu mu-dam-mi-ga-at 
i-gi-ir-ri-ya 
a-sar si-ip-di-im 
u pu-ru-zi-im 
i-na ma-har (ilu) Bel 
90. a-Ava-zu li-li-mi-in 
su-ul-pu-ut ma-ti-su 
ha-la-aq ni-si-su 
ta-ba-aq na-pis-ti-su 
ki-ma me-e 
95 . i-na pî (ilu) Bel 
sar-ri-im 
li-sa-as-ki-in 
(ilu) E-A rubù ra-bi-um 
sa si-ma-tu-su 



contre son trône 

lui étende! 

des années de soupirs, 
65 . des jours peu nombreux, 

des années 

de disette 

l'obscurité 

sans lumière, 
70. la mort du regard de l'œil, 

comme sort 

qu'il lui destine! 

la ruine de sa ville, 

la dispersion de ses sujets, 
75 . l'enlèvement de sa royauté, 

de son nom, de son souvenir 

dans le pays 

l'anéantissement, 

de sa bouche g-rave 
80. qu'il décrète ! 

que Bêlti, 

la mère auguste 

dont le verbe 

dans Ê-KUR est prépondérant, 
85. la dame qui rend propices 
mes desseins, 
au lieu de la Justice 
et de la Loi, 
devant Bel 
90. ses projets rendent détestables! 
la ruine de son pays, 
la perte de ses sujets, 
l'échappement de sa vie 
comme l'eau, 
95 . de par l'ordre de Bel 
du roi, 

qu'elle accomplisse! 
que le dieu E-A, le prince grand, 
dont les décisions 



120 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : VERS. COL. XXVI-X.WII 



loo. i-na mah-ra i-la-ka 
abkallu i-li 

mu-di mi-im-ma sum-su 
inu-sa-ri-ku 
Col. XXVII. u-um ba-la-ti-ya 
uz-nam 



5 



lO 



u nè-me-ga-am 
li-te-ir-su-ma 
i-na mi-si-tim 
li-it-ta-ar-ru-su 
naràti-su 
i-na na-aq-bi-im 
li-is-ki-ir 
i-na ir-si-ti-su 
(ilu) Asnan 
na-bi-is-ti ni-si 
a u-sa-ab-si 

(ilu) Samas da-a-a-nu-um ra-bi- 
um 
I ^ . sa sa-me-e 

u ir-si-tim 

mu-us-te-se-ir 
àa-ak-na-at na-bl-is-tim 

be-lum tu-kul-ti 
20. sar-ru-zu li-is-ki-ip 

di-in-su 

a i-di-in 

u-ru-uh-su li-si 

alakti um-ma-ni-su 

li-is-hi-[el]-zi' 

i-na bi-ri-su 

purussam (?)' lim-nam 

sa na-sa-ah 

isid* sar-ru-ti-su 



25 



100. vont en premier lieu, 
le messager des dieux 
qui sait tout, 
qui prolonge 
Col. XXVII. les jours de ma vie, 
entendement 
et sagesse 
lui retire! 
5. et dans l'oubli 
le ramène ! 
que ses fleuves 
dans la source 
il obstrue! 
10. dans sa terre, 
du b\ù, 

vie des hommes, 
qu'il ne produise pas! 
que èamas le grand juge 

15 . des cieux 

et de la terre, 

qui gouverne 

les crtiatures vivantes, 

leseigneurquidonnelacon fiance, 
20. sa royautti qu'il tranche! 

son jugement 

qu'il ne juge pas! 

sa route qu'il supprime! 

le chemin de son armée 
25 . qu'il anéantisse! 

dans son oracle 

un arrêt funeste : 

arracher 

le fondement de sa royauté 



1. Quadrilit. ns'^n. „ , .... . , -• y 

2. Cf.sup.re,so,col.XXL32,§2s8,elle même signe VRawl., 65. M. 5. «, 5 A s./r,m rssakna zna lerttya. .2 X 

damqu.. . ièsjkna in lerliya.. Le sens de purussu convient fort bien, 
■j. Idgr. DU, sans gunu. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXVll 



127 



30. u ha-la-aq ma-ti-su li-is-ku-un- 
sum 

a— wa-tum ma-ru-us-tum 

sa (ilu) Samas ar-hi-is 

li-ik-su-zu 

e-li-is 
35. i-na ba-al-tu-tim 

li-iz-zu-uh-su 

sa-ap-li-is 

i-na ir-si-tim 

ekimmê-su 
40. me-e li-sa-az-mi 

(ilu) Sin be-el sa-me-e 

ilu ba-ni-i 

sa se-ri-zu ' 

i-na i-li su-pa-a-at 
45 . agu kussu sa sar-ru-tim 

li-te-ir-su 

ar-nam kab-tam 

se-ri-zu ra-bi-tum 

sa i-na zu-um-ri-su 
50. la i-hal-li-ku 

li-mu-zu-ma 

u-mi arhi arhi 

sa-na-a-at palî-su 

i-na ta-nê-hi-im 
55 . u di-im-ma-tim 

li-sa-ak-ti 

kam-ma-al sar-ru-tim 

li-sa-ad-di-il-su 

ba-la-dam 
60. sa it-ti mu-tim 

si-ta-an-nu 

t. 

a-na si-im-tim 

li-si-im-sum 

(ilu) Adad be-el he-gal 



30. et ruiner .son pays, qu'il lui mette! 

que la sentence de malheur 
de Samas au plus vite 
l'atteigne ! 
en haut 
35 . de parmi les vivants 
qu'il l'arrache! 
en bas . 

sous terre 
que ses esprits 
40. il prive d'eau ! 

que Sin, le seigneur des cieux, 
le dieu créateur, 
dont la faucille 
parmi les dieux resplendit, 
45. la tiare et le trône de la royauté 
lui retire ! 

une coulpe grave 

et une expiation sévère 

qui dans son corps 
50. ne disparaisse plus 

qu'il lui impose ! 

les jours de chaque mois 

les années de son gouvernement, 

dans les soupirs 
55 . et les larmes 

qu'il les fasse finir! 

le souci de la royauté 

qu'il lui multiplie ! 

une vie, 
60. qui avec la mort 

soit en lutte, 

comme destinée 

qu'il lui fixe! 

que Adad, le maître de l'abon- 
dance, 



4. Cf. IV Rawl., 25, 50, 5 1 , b, sertit (GIR-GAL) itljnanhil, aïkaru ellis supû. 



codp: des lois de hammurabi : vers. col. XXVII 



65 . gù-gal sa-me-e 

u ir-si-tim 

ri-zu-u-a 

zu-ni i-na sa-me-e 

mi-lam 
70. i-na na-aq-bi-im 

li-te-ir-su 

ma-zu 

i-na hu-sa-ah-hi-im 

u bu-bu-tim 

7^. li-hal-li-iq 
e-li ali-su 
iz-zi-is 
li-is-si-ma 
ma-zu a-na til a-bu-bi-im 

80. li-te-ir 

(ilu)ZA-x\lA(L)-A\A-[L] 
qar-ra-du-um ra-bi-um 
màr ri-es-tu-um 
sa K-KUR 

85. a-li-ku im-ni-ya 
a-sar tam-ha-ri-im 
kakku-su li-is-bi-ir 
u-ma-am a-na mu-si-im 
li-te-ir-sum-ma 

90. na-ki-ir-su e-li-su 
)i-is-zi-is 
(ilu) Istar be-li-it 
tahazi u qablè 
pa-ti-a-at 

95. kakki-ya 
la-ma-zi 
da-mi-iq-tum 
ra-i-ma-at palî-ya 
i-na li-ib-bi-sa 

100. ag-gi-im 

i-na uz-za-ti-sa 



65 . le giig'^l des cieux 
et de la terre, 
mon aide, 
la pluie des cieux, 
le gonflement 

70. des sources 
lui retire ! 
son pays 
dans la disette 
et la famine 

75. qu'il perde ! 
sur sa ville, 
en colère, 
qu'il tonne ! 
son pays, en iell balayé des vents 

80. qu'il convertisse ! 

Que ZA-MA(L)-MA-(L) 

le guerrier grand, 

l'ainii 

du temple Ê-KUR, 

85. qui marche à ma droite, 

sur le champ de bataille, 

brise ses armes ! 

le jour en nuit 

qu'il lui convertisse! 
90. son ennemi au-dessus de lui 

qu'il place! 

que Istar, la dame 

des batailles et combats 

qui décoche 

95 . mes armes, 
mon génie 
protecteur 

qui aime mon gouvernement, 
dans son cœur 

100. courroucé, 

dans sa colère 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXVII-XXVIII 



129 



105. 

Col. XXVIII 



10. 



ra-bê-a-tim 
sar-ru-zu li-ru-ur 
dam-ga-ti-su 
a-na li-im-nê-tim 
li-te-ir 

li-te-ir 

a-sar tahazî u qablè 

kakku-su 

li-is-bi-ir 

i-si-tum 

za-ah-ma-as-tum 

li-is-ku-un-sum 

qar-ra-di-su 

li-sa-am-ki-it 

da-mi-su-nu 
ir-?i-tum li-is-ki 
gu-ru-un 
sa-al-ma-at 
um-ma-na-ti-su 



15 



i-na si-n-im 
li-it-ta-ad-di 

sab-su am' 

a-i u-sar-si 
su-a-ti 

20 . a-na ga-at na-ak-ri-su 
li-ma-al-li-su-ma 
a-na ma-at nu-ku-ur-ti-su 
ka-mi-is li-ru-su 
(ilu) NER-URU-GAL 
dan-nu-um i-na i-li 
ga-ba-al la ma-ha-ar 
mu-sa-ak-si-du 
ir-ni-ti-ya 
i-na ka-su-si-su 



105 



25 



immense, 

maudisse sa royauté! 

ses faveurs 

en maux 

qu'elle convertisse! 

Col. XXVIII. qu'elle convertisse ! 

sur le champ des combats et ba- 
tailles, 
ses armes 
qu'elle brise, 

5. trouble 
et révolte, 
qu'il lui destine! 
ses guerriers 
qu'il terrasse ! 

10. de leur sanof 

qu'il abreuve la terre! 
le monceau 
des cadavres 
de son armée 

I 5 . dans la plaine 
qu'il jonche! 
ses soldats (un tombeau) 
qu'il ne leur procure! 
lui-même 

dans la main de l'ennemi 
qu'il le livre! 
au pays de son ennemi 
dans les liens qu'il le mène ! 
que NÈR-URU-GAL 
puissant parmi les dieux, 
lutteur sans pareil, 
qui m'a fait obtenir 
mon triomphe, 
dans sa vigueur 



20. 



25 



La restitution qabram est fort douteuse. 



130 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXVIU 



30. 



35 



40. 



45 



50. 



55 



60 



65 



ra-bi-im 

ki-ma i-sa-tim 

iz-zi-tim sa a-bi-im 

ni-si-su 

li-ik-me 

in kakki-su dan-nim 

li-sa-ti-su-ma 

bi-ni-a-ti su 

ki-ma ça-Iain di-di-im 

li-ih-pu-us 

(ilu) NIN-TU 

belti si-ir-tim 

sa ma-la-tim 

ummu ba-ni-ti 

mâru li-tc-ir-su-ma 

su-ma-am 

a u-sar-èi-su 

i-na kir-bi-it ni-si-su 

zir ïi-wi-lu-tim 

a ib-ni 

(ilu) Nin-kar-ra-ak 

màrat AN-NIM 

ga-bi-a-at 

dnm-qi-va 

i-na È-KUR 

mur-sa-am kab-tam 
asakkam li-im-nam 

zi-im-ma-am mar-sa-am 

sa la i-pa-as-ée-hu 

a-zu ki-ri-ib-su 

la i-lam-ma-du 

i-na zi-im-di 

la u-na-ah-hu-su 

ki-ma ni-si-iq mu-tim la in-na- 
za-hu 

i-na bi-ni-a-ti-su 

li-sa-si-a-as-sum-ma 

a-di na-bi-is-ia-su 

i-bi-el-lu-u 



30. grande, 

comme un feu 

puissant de roseaux 

ses habitants 

brûle! 
35. de son arme puissante 

qu'il lui tranche 

ses membres! 

comme une statue d'argile 

qu'il le brise! 
40. Que NIN-TU 

la dame auguste 

des contrées, 

la môrc créatrice, 

son fils lui retire! 
45 . un nom 

qu'elle ne lui laisse pas! 

sur les terres de ses sujets 

une progéniture humaine 

qu'elle ne produise pas! 
50. que Nin Karrak 

la fille d'Anu 

héraut 

de ma grâce 

dans l-l-kur, 
55. une maladie grave, 

une peste mauvaise, 

une plaie dangereuse 

qu'on ne puisse guérir, 

dont le médecin la nature 
60 . ignore, 

que par un bandage 

on ne puisse calmer! 

(qui) comme une morsure de 
mort, ne puisse être arrachée 

dans ses membres 
65. qu'elle lâche sur lui! 

jusqu'à ce que de son âme 

elle s'empare! 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : VERS. COL. XXVIII 



sa sa-me-e 
u ir-si-tim 



u um-ma-an-su 
ir-ri-tim 



(ilu) Bè 



li-ik su-da-su 



'3' 



a-na it-lu-ti-su 

li-id-dam-ma-am' '"' '^ ^'''^ "^^^ '^ ^'ê^^eur 

70. ilâni ra-bu-ti qu.lgém.sse! 

70. que les grands dieux 
des cieux 

,., . . et terre, 

(ilu) A-nun-na „ i a 

. , . que les Anunnaki 

i-na puhri-su-nu j , 

, . •. u- • . dans leur totalité, 

75. se-it bi-tim- ^^ ,_ , ,-, , , 

IIRITFRARPA 75- Jes contours (? de la maison 

LIBIT E-BAR-RA je^ fondations d'È-ba bbar-ra 

SU~3.-Ll ] 

, lui-même, 
palu-su 

ses années de rèffne 

ma-zu sabê-su ' 

Q . .. . ■ • son pays, ses gens 

00. ni-si-su o . '^ 



80. ses sujets, 

son armée, 

de malédiction 

ma-ru-us-tum li-ru-ru f,,„^of '-i i- 

. . . lunestequ ils maudissent! 

ir-n-tim . . . 



ir-ri-tim 1 ,. ,• . 

o , . de malédictions 

85. da-ni-a-tim 85. efficaces 



que B 



■el 



i-na pi-su 1 , 

^ de son verbe 

sa la ut-ta-ak-ka-ru „„;„„*• ^ li 

,. qui est irrévocable, 

ii-ru-ur-su-ma 1^ ^^, ,• , 

le maudisse! 

90. ar-hi-is ^^ t I • 

^ ,. .; ■ 90. et au plus vite 

qu elles l'atteignent 



'• Orig. li-da-dam-ma-am ; erreurl 

2. Cf. Craig, Relig, T. 78, 30, 22, se-'-i-tu nalbanâte « cadre du moule à briques ». 



RÉCAPITULATION DES LOIS 



§' 



Si quelqu'un a ensorcelé un homme en jetant l'anathème sur lui et sans l'avoir prouvé cou- 
pable, il est digne de mort. 



§^ 



Si quelqu'un a jeté un maléfice sur un homme, sans l'avoir prouvé coupable, le maléficié se 
rendra au fleuve et s'y plongera. Si le fleuve le garde, sa maison passe à celui qui a jeté le maléfice ; 
si le fleuve l'innocente et le laisse sain et sauf, son ennemi est digne de mort, et c'est celui 
qui a subi l'épreuve de l'eau qui s'empare de la maison de l'autre. 



Si en justice, quelqu'un a proféré contre les témoins des injures, sans justifier les propos 
qu'il a tenus, quand il s'agit d'une cause capitale, il est digne de mort. 

§4 
S'il a adressé aux témoins du blé ou de l'argent, il encourt ipso facto condamnation. 

§5 
Si un juge a prononcé un jugement, rendu un arrêt, par acte scellé, et si ensuite il a 
annulé sa sentence, il comparaîtra pour cette cassation, et il acquittera douze fois la revendi- 
cation qui faisait le fonds du débat, il sera destitué de sa charge sans retour et ne pourra plus 
jamais siéger avec des juges. 



Si quelqu'un a volé le trésor du temple ou du palais, il est digne de mort, et celui qui a reçu 
l'objet volé est aussi digne de mort. 



,34 CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 

§7 

Si quelqu'un sans témoins ni contrat a acheté ou a reçu en dépôt, des mains d'un fils (non 
émancipé) ou d'un esclave, soit de l'argent, soit de l'or, esclaves mâle ou femelle, bœuf, mouton, 
âne ou quoi que ce soit, il est assimilé à un voleur et est digne de mort. 

§8 

Si quelqu'un a volé un bœuf, mouton, âne, porc, barque, au temple et au palais, il en payera 
trente fois la valeur ; à un noble il en payera dix fois la valeur, et s'il n'a pas de quoi rendre, il 
est digne de mort. 

§9 

Si quelqu'un ayant perdu un objet le retrouve chez un autre, si le détenteur de l'objet perdu 
dit : un vendeur me l'a vendu et je l'ai acheté devant témoins, et si le propriétaire dit : j'amènerai 
des témoins qui reconnaîtront mon bien, alors, l'acheteur amènera son vendeur, et les témoins 
de l'achat ; le propriétaire réclamant amènera les témoins reconnaissant l'objet perdu, le juge 
appréciera leur témoignage, tous diront sous serment ce qu'ils savent, et le vendeur sera assimilé 
au voleur et jugé digne de mort. Le propriétaire reprendra son objet, l'acheteur se dédommagera 
sur la maison du vendeur. 

§ îo 

Si l'acheteur n'a pas amené son vendeur et les témoins de l'achat, alors que le propriétaire a 
amené les siens qui reconnaissent son bien, c'est l'acheteur qui est assimilé au voleur et jugé 
digne de mort. Le propriétaire reprendra son objet perdu. 

§ ' ^ 

Si c'est le propriétaire (soi-disant) qui n'a pas amené les témoins qui reconnaîtraient 
son bien, c'est lui qui est de mauvaise foi, qui a accusé injustement, et il est digne de mort. 

§ 12 

Si le vendeur était mort (entre temps) de mort naturelle, l'acheteur prendra, sur la maison 
de ce vendeur, cinq fois ce qu'il a droit de réclamer. 

§13 

Si cet homme n'a pas ses témoins à proximité, le juge lui fixera un délai de six mois, et si 
dans ce temps, il n'a pas amené ses témoins, il est de mauvaise foi, et il encourt ipso facto 
la condamnation. 

§ M 

Si quelqu'un a volé un enfant, il est digne de mort. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION ,3. 



8 15 

Si quelqu'un a favorisé la fuite d'un esclave mâle ou femelle, du palais ou de chez un noble, 
il est digne de mort. 

§16 

Si quelqu'un a abrité chez soi un esclave mâle ou femelle qui est en fuite du palais ou de 
chez un noble, et sur l'ordre du majordome ne l'a pas livré, le maître de cette maison est 
diçne de mort. 



§ 17 

Si quelqu'un s'est emparé dans les champs d'un esclave mâle ou femelle en fuite et l'a 
ramené à son maître, celui-ci lui donnera deux sicles d'aro-ent. 



S 18 



Si cet esclave ne veut pas nommer son maître, il devra le conduire au palais où on le 
questionnera et on le rendra â son maître. 

§ -19 
Si, après que l'esclave a été trouvé en sa possession, il le tient enfermé dans sa maison, il est 
digne de mort. {Autre acception). Si après s'être emparé de l'esclave, il le tient enfermé chez lui, 
il est digne de mort. 



20 



Si un esclave s'est échappé des mains de celui qui s'en était emparé, celui-ci en jurera devant 
le maître de l'esclave, et il sera quitte. 



21 



Si quelqu'un a fait effraction dans une maison, on le tuera et enterrera devant la brèche. 



22 



Si quelqu'un a exercé le brigandage et a été pris, en flagrant délit, il est digne de mort. 

§ 23 

Si le brigand a échappé, l'homme dépouillé réclamera devant la justice tout ce qu'il a perdu, 
et la ville avec le district sur le territoire desquels le brigandage a eu lieu, lui restitueront. 

§ 24 

S'il s'agit de personnes, la ville et le district lui payeront (en outre) une mine d'argent pour 
ses gens . 



, ^6 CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 



25 



Si le feu s'étant déclaré dans une maison, quelqu'un est arrivé pour l'éteindre et convoitant 
le bien du propriétaire, Ta volé, cet individu sera jeté dans ce feu même. 

§ 26 

Si un officier ou un sbire qui s'est engagé dans une expédition du roi, n'y est pas allé, 
mais a loué un mercenaire qui le remplace, cet officier ou sbire est digne de mort, et le 
remplaçant prend sa maison. 

§ 27 

Si d'un officier ou sbire qui retourne à une forteresse royale, on a laissé au départ la gestion 
de son champ et de son jardin à un autre, — lorsqu'il sera revenu et aura regagné sa ville, on 
lui rendra champ et jardin, et lui-même reprendra la gérance. 

§28 

Si un officier ou sbire qui retourne à une forteresse royale a un fils qui puisse gérer, il lui 
remettra champ et jardin, et celui-ci gérera les intérêts de son porc. 

§ 29 

Si son fils est trop jeune pour remplacer son père, il donnera le tiers de champ et jardin à sa 
mère, qui élèvera l'enfant. 

§ 30 

Si un officier ou sbire dès l'origine de sa charge a négligé et laissé en friche ses champ, 
jardin, maison, et si un autre après lui a soigné ses champ, jardin et maison par une gestion de 
trois ans, lorsqu'il reviendra et voudra cultiver ses champ, jardin, maison, on ne les lui rendra 
pas, mais celui qui a soigné et administré à son défaut, continuera. 

§ 31 

Si l'ine.xploitation n'a duré qu'un an. quand il reviendra, on lui rendra ses champ, jardin, 
maison, et lui-môme pourra les exploiter. 

§ 32 
Si un officier ou sbire parti dans une expédition royale, et libéré par un négociant qui 1 a 
rapatrié, a de quoi payer sa rançon, il se libérera lui-même auprès du négociant. S il n a pas 
chez lui de quoi payer sa rançon, le temple de sa ville le libérera, et si dans le temple de sa ville 
il n'y a pas de quoi payer sa rançon, le palais du gouvernement le libérera. Toutefois, ses 
champ, jardin et maison ne peuvent servir à son acquittement. 



CODE DES LOIS DE ^AMMURABI : RÉCAPITULATION 137 

§33 

Si un gouverneur ou préfet ayant des dîmeurs officiels, les remplace dans le service du roi 
par des mercenaires qu'il emploie, ce gouverneur ou préfet est digne de mort. 

§ 34 

Si un gouverneur ou préfet s'est emparé de la propriété d'un officier, lui a causé du dom- 
mage, a exploité ses services en les louant, l'a traduit deTorce en justice, s'est emparé de la solde 
que le roi donne aux officiers, ce gouverneur ou préfet est digne de mort. 

§ 35 

Si quelqu'un a acheté à un officier des bœufs ou moutons que le roi donne aux officiers, 
l'acheteur est frustré de son argent. 

§36 
Champ, jardin, maison d'officier, sbire et collecteur d'impôts sont inaliénables. 

§ 37 
Si donc quelqu'un a acheté les champ, jardin, maison d'un officier, sbire ou collecteur 
d'impôts, on brisera la tablette et il perd son argent, et les champ, jardin, maison retournent à 
leur propriétaire. 

§ 38 
Un officier, sbire ou collecteur d'impôts ne peut donc transmettre à sa femme ou à sa 
fille, rien des champ, jardin, ou maison qu'il exploite, ni les céder pour une dette. 

§ 39 
Il peut transmettre à sa femme ou à sa fille, la propriété d'un champ, jardin ou maison qu'il 
a achetés et qui lui appartiennent, et il peut les céder pour une dette. 

§ 40 
Pour l'acquittement d'un négociant (prêteur), ou une autre obligation; il peut vendre ses 
champ, jardin, maison, et l'acheteur exploiter légitimement les champ, jardin, maison qu'il a 
acquis. 

§ 41 
Siquelqu'un a enclos les champ, jardin, maison d'un officier, sbire ou collecteur d'impôts 
et a fourni les piquets; l'officier, sbire ou collecteur d'impôts peut rentrer dans ses champ, 
jardin, maison, mais compensera les piquets qui lui ont été fournis. 

18 



,38 CODE DES LOIS DE HAMMURARI : RÉCAPITULATION 



§42 
Si quelqu'un a prisa ferme un champ pour le cultiver, et ne lui a pas fait produire du blé, 
il comparaîtra en justice pour n'avoir pas fait son travail dans le champ, et il rendra au proprié- 
taire selon le rendement du voisin. 

§ 43 
S'il n'a pas cultivé le champ et que ce soit par négligence, il donnera du blé au propriétaire 
selon le rendement du voisin, et il rendra au propriétaire le champ qu'il a négligé, après l'avoir 
emblavé par labour et ensemencement. 

§ 44 
Si quelqu'un a prisa ferme pour trois ans un champ de bas-fonds à cultiver et s'il a été 
négligent et n'a rien cultivé, il le rendra au propriétaire, la quatrième année, après l'avoir 
emblavé par labour, hersage et ensemencement, et il versera au propriétaire 10 gur de blé par 
10 gan. 

§ 45 
Si quelqu'un, ayant donné son champ à ferme pour la culture contre un revenu, a déjà 
touché ce revenu et si ensuite un orage inonde le champ et emporte la récolte, la perte est pour le 
fermier. 

§46 

Si le propriétaire n'a pas encore touché son revenu, qu'il ait affermé le champ pour moitié 
ou pour tiers, il partagera proportionnellement avec le fermier le blé qui se trouvera dans le 
champ. 

§ 47 
Si un fermier n'ayant pu se rendre à sa ferme la première année a chargé un autre de la 
culture, le propriétaire ne peut le chicaner, mais son champ ayant été cultivé, il prendra, lors de 
la moisson, du blé, selon les conventions. 

§48 

Si quelqu'un a sur le fermier une créance d'intérêts, lorsque l'orage inonde le champ et 
emporte la moisson ou que la sécheresse empêche le blé de pousser, le fermier ne rendra aucun 
blé pour cette année au créancier de l'intérêt, il mouillera sa tablette et ne payera (en argent) 
aucun intérêt pour cette année. 

§ 49 
Si quelqu'un, empruntant de l'argent chez un négociant, lui a donné un champ en culture de 
blé ou de sésame, en disant : « je cultiverai ce champ et tu cueilleras et prendras^le blé ou le 



CODP: des lois de HAMMURABI : RÉCAPITULATION 139 



Sésame qui s'y trouveront » ; lorsque le fermier aura fait pousser le blé ou le sésame, le proprié- 
taire prendra, lors de la moisson, le blé ou sésame qui s'y trouveront et donnera au négociant 
pour l'argent prêté à intérêts, du blé et (au besoin) la ferme de culture. 

§ 50 

S'il lui a donné un champ déjà cultivé de blé ou de sésame, le propriétaire prendra le blé 
ou le sésame qui se trouvent dans le champ et restituera au négociant capital et intérêts. 

§ 51 

S'il n'a pas d'argent pour restituer, il peut donner au négociant, selon le tarif royal, du 
sésame (ou du blé) au lieu de l'argent à intérêts prêté par le négociant. 

§ 52 

Si le fermier n'a pas fait pousser du blé ou du sésame, il n'en reste pas moins lié par ses 
obligations. 

§ 53 

Si quelqu'un ayant à réparer sa digue a été négligent, et n'a pas consolidé sa digue, si une 
brèche s'y est ouverte, et a inondé le canton, celui-là dont la digue s'est rompue restituera le blé 
qu'il a détruit. 

§ 54 

S'il n'a pas de blé pour restituer, on le vendra lui et son avoir, et les propriétaires du canton 
dont l'eau a emporté le blé se partageront le prix. 

§ 55 * 

Si quelqu'un a ouvert sa rigole pour irriguer et, par inattention, est cause que le champ voisin 
est submergé, il restituera du blé selon le rendement du voisin. 

§ 56 

Si quelqu'un a lâché l'eau et a inondé la culture du champ voisin, il restituera 10 gur de 
blé par 10 gan de superficie. 

§ 57 

Si un berger ne s'est pas entendu avec le propriétaire d'un champ pour y faire paître ses 
moutons, et àl'insu de ce dernier, il y a fait paître son bétail, le propriétaire fera lui-même la 
moisson, mais le berger lui donnera en surplus 20 gur de blé par 10 gan de superficie. 



,^^ CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 



§ 58 
Si, depuis que les moutons ont quitté les champs et sont remisés sous les portes, un berger 
a mené son troupeau sur un champ et l'y a fait paître, le berger gardera le champ fourragé, et 
lors de la moisson, il donnera au propriétaire 60 ^wr de blé par 10 ga» de superficie. 

§ 59 
Si quelqu'un, sans la permission du propriétaire, a coupé un arbre dans un verger, il 
payera une demi-mine d'argent. 

§ 60 

Si quelqu'un, ayant confié son champ pour être aménagé en verger, le jardinier l'a planté 
en vero-er et soigné pendant quatre ans, dans la cinquième année le propriétaire et le jardmier 
partageront à parts égales, mais le propriétaire déterminera lui-même la part qu'il prendra. 

§ 61 
Si le jardinier n'a pas tout planté en arbres et a négligé une partie haute, on lui mettra cette 
partie dans sa portion. 

§62 

S'il n'a pas aménagé en verger le champ qu'on lui a confié, et si ce champ est à céréales, 
il devra donnerau propriétaire du champ, un revenu selon le rendement du voisin, pour toutes 
les années d'inexploitation, et il devra façonner le champ et le rendre au propriétaire. 

§63 

S'il s'agit d'un champ bas-fonds, il devra façonner le champ et le rendre ainsi au 
propriétaire, et lui verser, pour chaque année, 10 gur de blé par 10 gan de superficie. 

§64 

Si quelqu'un a donné son verger à exploiter à un jardinier, pendant l'exploitation, le jar- 
dinier donnera deux tiers du revenu au propriétaire et en prendra lui-même un tiers. 

§65 

Si le jardinier n'a pas exploité le verger et est cau.se d'une diminution de revenu, il payera 
au propriétaire selon le rendement du voisin. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : RÉCAPITULATION 



Si quelqu'un a emprunté de l'argent chez un négociant et lui a donné son jardin de dattes 
en disant : prends pour ton argent les dattes qui se trouveront dans mon jardin, — si ce négociant 
ne consent pas, le propriétaire des dattes les cueillera, payera capital et intérêts selon la teneur 
de la tablette, et gardera le surplus des dattes pour lui-môme. 



Si un locataire a payé le loyer de toute l'année au propriétaire et si avant ce temps révolu, le 
propriétaire fait sortir son locataire, parce que le locataire quitte avant le terme, le propriétaire 
lui rendra du loyer qu'il a touché 



Si quelqu'un devant acquitter une dette en blé ou en argent, n'a ni l'un ni l'autre, mais 
possède d'autres biens ; il livrera ceux-ci pardevant témoins, le négociant ne chicanera pas et 
devra accepter . 



Verso de la stèle. 



Lacunes de quatre colonnes environ sur le bas du recto. Comprenait la suite des lois con- 
cernant les vergers, la location des maisons et le commencement du code commercial. Nous 
reprenons à 

Le commis notera l'intérêt de tout l'argent qu'il a emporté, et le jour des comptes, il 

payera le négociant. 

§ loi 

Si dans l'endroit où il est allé, il n'a pas fait d'affaires, il rendra (nonobstant) au négociant 
tout l'argent qu'il a emporté. 

Si le négociant a avancé de l'argent à titre gracieux à un commis, et si celui-ci dans l'endroit 
où il est allé s'est ruiné, le commis devra rendre le capital de l'argent au négociant. 



142 CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 

Sî en chemin l'ennemi l'a dépouillé de tout ce qu'il portait, le commis en jurera par le nom 
de Dieu, et il sera quitte. 

§ 104 

Si un négociant a confié pour commercer à un commis du blé, de l'huile ou toute autre 
denrée, le commis notera l'argent (qu'il gagne) et le remettra au négociant et reprendra l'argent 
consigné qu'on a coutume de donner au négociant. 

§ 105 

Si le commis a failli et n'a pas repris l'argent consigné qu'il avait remis au négociant, on ne 
peut porter à l'actif (d'autre) argent non consigné (appartenant au commis). 

Si un commis ayant reçu de l'argent d'un négociant, élève une contestation, ce négociant le 
fera comparaître à ce sujet devant Dieu et les témoins, et ce commis payera trois fois la somme 
empruntée. 

§ '07 

Si c'est le négociant qui fait tort au commis et qui conteste au commis qu'il ait tout reçu 
alors que le commis a réellement tout rendu, celui-ci fera comparaître le négociant devant la 
justice et les témoins, et le négociant contestant payera six fois au commis tout ce qu'il en a reçu. 

§ 108 

Si une marchande de vin n'accepte pas le blé comme prix du vin, mais reçoit de grosses 
sommes d'argent, et met le prix du vin au-dessous du prix du blé, on la fera comparaître et on 
la jettera à l'eau. 

Si chez une marchande de vin, des rebelles se réunissent, et si elle ne les saisit pas pour les 
conduire au palais du gouvernement, elle est digne de mort. 

§ iio 

Si une prêtresse qui ne demeure pas dans le cloître ouvre la taverne et y pénètre pour boire, 
on la brûlera. 

§ 1 1 1 

Si une marchande de vin donne contre la canicule 60 qa de boisson, elle recevra lors de la 
moisson 50 qa de blé. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 



'43 



I 12 



Si quelqu'un se trouvant en voyage remet à un autre de l'argent, de l'or ou des pierres 
précieuses pour les faire transporter, si le messager ne livre pas où il doit tout ce dont il est 
chargé, mais le garde pour lui-même, le propriétaire le fera comparaître en justice et cet 
individu payera cinq fois tout ce qui lui avait été confié. 

Si quelqu'un ayant sur un autre une créance de blé ou d'argent s'empare, à l'insu du pro- 
priétaire, de son blé, dans un grenier ou dépôt, il sera, de ce fait, cité en justice, et il rendra tout 
le blé qu'il a pris et il restera frustré de sa créance. 

§ 114 

Si quelqu'un, sans une créance de blé ou d'argent, ordonne une contrainte contre un autre, 
il payera pour chaque contrainte un tiers de mine d'argent. 

§ 115 
Si quelqu'un ayant une créance de blé ou d'argent sur un autre a exercé contre lui la con- 
trainte par corps, et si le contraint meurt de mort naturelle chez le contraignant, il n'y a pas cause 
à réclamation. 

§ 116 

Si chez le contraignant, le contraint meurt par suite de coups ou de misère, le maître du 
contraint citera le négociant en justice et si la victime est fils d'homme libre, on tuera le fils du 
négociant, et si la victime est un esclave, le négociant payera à son maître un tiers de mine 
d'argent, et il sera frustré de sa créance. 

Si quelqu'un ayant contracté une dette vend sa femme, fils, fille, et les livre au travail forcé, 
et à la sujétion, l'acheteur-coacteur les emploiera trois années, et la quatrième les affranchira. 

§ 118 

Si c'est un esclave mâle ou femelle qui a été livré au travail forcé, si le négociant l'a fait 
mener ailleurs et le vend, point de réclamation. 

§ 119 

Si quelqu'un ayant contracté une dette a vendu sa serve qui lui a donné des fils, le maître de 
la serve reversera au négociant l'argent qu'il a payé, et libérera ainsi sa serve. 



,^^ CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 



120 



Si quelqu'un ayant emmagasiné du blé chez un autre, il se produit un déchet dans le tas, soit 
que le maître de la maison ait ouvert le grenier et y ait pris du blé, soit qu'il conteste sur 
le total du blé emmagasiné chez lui, le propriétaire du blé revendiquera devant la justice la 
quantité de son blé et l'emmagasineur le lui rendra intégralement. 

§ 121 

Si quelqu'un emmagasine du blé chez un autre, il lui devra comme prix de location de 
grange, 5 qade blé par gur. 

Si quelqu'un veut mettre en dépôt de l'argent, de l'or ou toute autre chose, il devra faire 
connaître à des témoins l'objet du dépôt et fixer les obligations, et alors il pourra mettre en dépôt. 

§ 123 

Si sans témoin ni convention on a mis en dépôt, et s'il survient une contestation, il n'y a pas 
cause à réclamation. 

§ 124 

Si quelqu'un ayant mis en dépôt devant témoins, or, argent ou toute autre chose, le dépo- 
sitaire conteste, on le fera comparaître en justice, et il rendra intégralement ce qu'il contestait. 

Si quelqu'un ayant mis quoi que ce soit en dépôt, cet objet avec l'avoir du maître de la 
maison s'est perdu par suite d'effraction ou d'escalade, le propriétaire de la maison qui est en 
faute, compensera intégralement tout le dépôt qui lui avait été remis, et dédommagera le déposi- 
taire. Lui-même, pour recouvrer son avoir perdu, s'en prendra au voleur. . 

§ 126 

Si quelqu'un n'ayant pas perdu un objet prétend l'avoir perdu ou exagère son dommage, il 
devra en tenant compte de ce qiii n'a pas péri, revendiquer devant la justice son dommage, et 
on lui donnera intégralement ce qu'il a réclamé et on compensera son dommage. 

§ 127 

Si quelqu'un diffame une prêtresse ou la femme d'un homme libre, sans en faire la preuve, 
on le jettera devant le juge et on lui rasera le front. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 14; 



§ 128 
Si quelqu'un a épousé une femme sans un contrat, cette femme n'est pas épousée. 

§ 129 

Si la femme de quelqu'un a été surprise dormant avec un autre, on les liera ensemble et on 
les jettera à l'eau, à moins que le mari ne fasse quartier à sa femme et que le roi ne fasse quartier 
à son serviteur. 

§ '3° 

Si quelqu'un violentant la femme d'un homme, femme (encore) vierge, et demeurant 
(encore) chez son père, dort avec elle, s'il est pris, cet homme est digne de mort et cette femme 
sera acquittée. 

§ 131 

Si une femme a été maudite par son mari, bien qu'il ne l'ait pas surprise à dormir avec un 
autre, elle en jurera par le nom de Dieu et retournera chez elle dans la maison de son père. 

§ ^32 
Si, au sujet d'un autre homme, le doigt se lève contre la femme de quelqu'un et si elle n'a 
pas été surprise couchant avec un autre — à cause de son mari, elle subira néanmoins l'épreuve 
du Fleuve. 

§ 133 
Si quelqu'un a été emmené en captivité et si dans sa maison il y a de quoi vivre, si sa femme 
s'en va. . . et entre chez un autre, elle n'a pas gardé son corps (?) en allant dans une autre maison ; 
on la fera comparaître en justice et on la jettera à l'eau. 

§ 134 

Si quelqu'un est emm.ené en captivité, et si dans sa maison n'v ayant pas de quoi vivre, sa 
femme entre dans un autre ménage, cette femme est innocente. 

§ 135 
Si quelqu'un est emmené en captivité et si parce que dans sa maison il ne dispose pas de 
quoi vivre, sa femme est entrée dans une autre maison et y a enfanté des fils, lorsque ce mari 
reviendra et regagnera sa ville, cette femme retournera avec son époux, les fils suivront leur père. 

§ 136 
Si quelqu'un déserte sa ville et s'enfuit et si ensuite sa femme entre dans une autre maison, 

'9 



,^6 CODE DES LOIS DE HAMMURABl : RÉCAPITULATION 



lorsqu'il reviendra et voudra reprendre sa femme, à cause qu'il a méprisé et déserté sa ville, la 
femme du fugitif ne retournera pas avec son mari. 

§ 137 

Si un homme est disposé à répudier la concubine qui lui a donné des enfants ou même l'épouse 
qui lui a procréé des enfants, on rendra son trousseau cà cette femme et on lui donnera l'usufruit 
du champ, verger et autre propriété, et elle élèvera ses enfants. Après qu'elle aura élevé ses 
enfants, de tout ce qui est transmis aux enfants elle recevra une part d'enfant, et elle épousera 
ensuite qui elle voudra. 

§ 138 

Si quelqu'un veut répudier sa femme qui ne lui a pas donné d'enfants, il lui remettra tout 
l'aro-ent de sadot, et lui compensera le trousseau qu'elle a apporté de chez son père, et ensuite 
il la répudiera. 

§139 
S'il n'y a pas de dot, il lui donnera pour la répudiation une mine d'argent . 

§ i-io 
S'il s'agit de noble, il donnera un tiers de mine d'argent. 

§ 14' 
Si la femme d'un homme qui demeure chez lui est portée à sortir, sème la division, rume la 
maison, laisse là son mari, on la fera comparaître, et si son mari dit « je la répudie, » il la ren- 
verra étoile ira où elle voudra et il ne lui donnera aucun prix de répudiation. Si son mari dit 
« je ne la répudie pas», ce mari épousera une autre femme, et la première restera comme 
serve chez lui. 

Si une femme déteste son mari et lui dit « tu ne me posséderas pas », les raisons de sa 
plainte seront examinées, et si elle est ménagère, sans reproche, et si son mari au contraire 
vit au dehors et la néglige beaucoup, cette femme est innocente, elle prendra son trousseau et 
retournera chez son père. 

§ 143 
Si elle n'est pas ménagère, mais coureuse, ruinant la maison, négligeant son mari, on la 
jettera dans l'eau. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABl : RÉCAPITULATION 147 

Si quelqu'un a épousé une femme, si cette femme a donné une serve à son mari, et s'il a eu 
des enfants (de la serve), quand il voudra épouser une concubine, on ne l'y autorisera pas. " 

§ 145 

Si quelqu'un a épousé une femme et si elle ne lui a pas donné d'enfants, quand il voudra 
épouser une concubine, il pourra le faire ; il l'introduira dans sa maison, mais ne lui donnera 
pas rang égal avec l'épouse. 

§ 146 

Si quelqu'un a épousé une femme et si elle a donné une serve à son mari qui la rende mère, 
lorsqu'ensuite cette serve se dispute avec sa maîtresse, à cause qu'elle a eu des enfants, sa 
maîtresse ne peut plus la vendre ; on lui fera une marque et elle sera (re) comptée parmi les serves. 

§ 147 
Si au contraire, elle n'a pas donné d'enfant au mari, sa maîtresse peut la vendre. 

§ 148 

Si quelqu'un a épousé une femme et si elle est prise de maladie, il peut épouser une seconde 
femme, mais il ne peut renvoyer celle qui est malade; elle restera dans la maison et il la 
sustentera tant qu'elle vivra. 

§ M9 

S'il ne plaît pas à cette femme de rester dans la maison de son mari, celui-ci lui rendra in- 
tégralement le trousseau apporté de la maison paternelle, et elle s'en ira. 

--■ § 150 

Si quelqu'un fait donation à sa femme d'un champ, verger, maison ou de tout autre objet, 
en lui remettant une tablette, — après la mort du mari, les enfants ne lui contesteront rien ; la 
mère donnera ce qu'elle laisse au fils qu'elle préfère, mais non à l'un de ses (propres) frères. 

Si une femme demeurant chez son mari, pour n'être pas saisi par le créancier de son 
mari, a impliqué celui-ci et lui a fait montrer les tablettes, quand la créance contre le mari est 
antérieure au mariage, le créancier ne peut s'emparer de la femme; si au contraire la femme 
avait contracté cette dette avant d'être entré en ménage, le créancier ne peut pas se saisir de 
son mari. 



,^g CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATIOxN 



§ 152 
Si la créance d'intérêts contre eux est postérieure à l'entrée en ménage, ils payeront 
solidairement le créancier. 

§ 153 
Si la femme d'un homme, en vue d'un autre homme, a fait tuer son mari, on la pendra. 

§ '54 
Si quelqu'un a eu commerce avec sa fille, il sera chassé de la ville. 

Si quelqu'un a choisi une fiancée pour son fils, et si son fils a eu commerce avec elle, et si 
ensuite le père lui-même est pris à dormir avec elle, on le liera et on la jettera dans l'eau. 

§ 156 
Si quelqu'un a choisi une fiancée pour son fils, et si ce fils n'ajant pas encore eu commerce 
avec elle, le père dort avec elle, il lui payera une demi-mine d'argent, lui rendra intégralement 
ce qu'elle a apporté de chez son père, et elle épousera (ailleurs) qui elle voudra. 

§ 157 
Si quelqu'un à la suite de son père, a eu commerce avec sa mère, on brûlera les deux 
complices. 

Si quelqu'un, à la suite de son père, est pris dans les bras de celle qui l'a élevé et qui a eu 
des enfants (de ce même père), il sera chassé de la maison paternelle. 

§ '59 
Si quelqu'un ayant envoyé du meuble à la maison de son beau-père et donné la dot, 
convoite une autre femme en disant au beau-père « je n'épouserai pas ta fille », le père de la 
fille gardera tout l'apport qui a été fait. 

§ 160 
Si quelqu'un ayant envoyé du meuble à la maison de son beau-père et donné la dot, le 
père de la fille lui dit : « je ne te donnerai pas ma fille », celui-ci doit restituer intégralement 
tout l'apport qui a été fait. 

§ 161 
Si quelqu'un ayant envoyé du meuble à la maison de son beau-père et donné la dot, un sien 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÈCAPITULATIOiN 149 

ami le calomnie, et si le beau-père dit au mari : « tu n'épouseras pas ma fille », le beau-père 
rendra intégralement tout l'apport quia été fait, et cet ami ne pourra pas épouser cette femme. 

§ '6- 

Si quelqu'un ayant épousé une femme, celle-ci, après lui avoir donné des enfants, meurt, 
son père ne peut réclamer le trousseau ; ce trousseau est aux enfants. 

§ 163 

Si quelqu'un ayant épousé une femme, celle-ci meurt sans lui avoir donné d'enfants, à 
condition que le beau-père restitue toute la dot que le mari a portée chez le beau-père, le 
mari ne réclamera rien du trousseau ; le trousseau appartient à la maison paternelle de 
la femme (morte sans enfants). 

§ ï^4 

Si le beau-père ne lui restitue pas la dot, le mari déduira du trousseau toute la valeur de la 
dot, et rendra le reste du trousseau a la maison paternelle de la femme (morte sans enfants). 

§ 165 

Si quelqu'un donne à son fils aîné champ, jardin, maison, par écrit, — après la mort 
du père, quand les frères partageront, l'ainé prendra d'abord le cadeau que lui a fait son père, et 
en outre, la fortune mobilière sera partagée à parts égales, entre tous. 

§ j66 

Si quelqu'un aétabli ses fils à l'exception de l'un trop jeune^ — après la mort du père, quand 
les frères partageront, sur la fortune mobilière de la maison paternelle ils devront donner à 
l'enfanttrop jeune pour avoir été marié, outre sa part, l'argent d'une dot, et lui faire prendre 
femme. 

§ 167 

Si quelqu'un ayant épousé une femme, qui meurt après lui avoir donné des enfants, épouse 
une autre temme qui lui donne aussi des enfants, — lors de la mort du père, le partage ne se 
fera pas selon le (nombre) des mères (en deux parts) ; chaque groupe d'enfants prendra le 
trousseau de sa mère, mais la fortune mobilière de la maison paternelle sera partagée à égales 
parts entre tous les enfants. 

§ 168 

Si un père veut rayer quelqu'un du nombre de ses enfants et dit au juge: « je renie mon 



,50 CODE DES LOIS DE HAMMURABl: RÉCAPITULATION 



enfant d, le juge examinera ses raisons, et si le fils n'a pas à charge une faute grave entraînant 
cette pénalité, le père ne pourra le renier. 

§ '^9 
Si le fils apporte une faute grave entraînant cette répudiation, le père lui pardonnera 
une première fois. En cas de récidive, le père le privera des droits filiaux. 

§ I7« 

Si quelqu'un ayant des enfants, et de sa femme et de sa serve, a dit de son vivant aux 
enfants de la serve « vous êtes mes enfants » et les a comptés avec les enfants de l'épouse, 

— quand le père mourra, les enfants de l'épouse et ceux de la serve se partageront à parts 
éo-ales la fortune mobilière de la maison paternelle, mais les enfants de l'épouse choisiront 
d'abord. 

Si un père de son vivant n'a pas dit aux enfants de la serve « vous êtes mes enfants », 

— quand il mourra, les enfants de la serve ne partageront pas la fortune mobilière de la 
maison paternelle avec les enfants de l'épouse, mais la serve et ses enfants seront affranchis, 
et les enfants de l'épouse n'exigeront point la servitude des enfants de la serve. L'épouse 
prendra son trousseau et le douaire que son mari lui a constitué par écrit, et restera dans la 
maison de son mari ; elle gardera tant qu'elle vivra ce qu'elle possède ainsi sans l'aliéner, et le 
laissera après elle à ses enfants. 

Si son mari ne lui a pas constitué un douaire, on lui donnera intégralement son trousseau 
et sur la fortune mobilière de la maison de son mari, elle prendra une part d'enfant; et si 
ses enfants veulent la faire sortir de cette maison, le juge examinera sa cause et s'il y a faute 
chez ses enfants elle ne s'en ira pas de chez son mari. 

§ ^r- 

Si cette femme désire s'en aller, le douaire que son mari lui a constitué restera à ses 
enfants ; elle prendra le trousseau qui vient de chez son père et épousera qui elle voudra. 

ë >73 
Si cette femme dans son nouveau ménage, donne des enfants au deuxième mari et si elle 
meurt ensuite, ses enfants du premier lit et ceux du deuxième lit se partageront son trousseau. 

§ '74 
Si à son deuxième mari elle ne donne pas d'enfants, les enfants du premier prendront 
son trousseau. 



CODE DES LOIS DE HAM.MURABI : RÉCAPITULATION 



§ 175 
Si un esclave du palais ou un esclave de noble épouse une fille d'homme libre qui lui 
donne des enfants, le maître de l'esclave ne réclamera point pour la servitude, les fils de la fille 
d'homme libre. 

§ 176 

Et si un esclave du palais ou un esclave de noble épousant la fille d'un homme libre, elle 
est entrée chez l'esclave du palais ou l'esclave de noble avec un trousseau venant de la maison 
de son père et si depuis qu'ils vivent ensemble ils ont construit une maison, acquis de la 
propriété, — quand ensuite, l'esclave de palais ou l'esclave de noble mourra, cette fille d'homme 
libre prendra son trousseau, et on fera deux parts de ce que, elle et son mari, depuis qu'ils 
vécurent en commun ont acquis ; le propriétaire de l'esclave le père prendra une moitié, la 
fille d'homme libre prendra l'autre pour ses enfants. 

Si la fille d'homme libre n'a pas de trousseau, on partagera en deux parts tout ce qu'elle 
et son mari (esclave), ont acquis en commun, et le propriétaire de l'esclave en prendra une 
moitié, et la fille d'homme libre prendra l'autre pour ses enfants. 

i^ 177 
Si une veuve dont les enfants sont en bas âge veut entrer dans une autre ménage, elle ne 
peut le faire sans l'intervention du juge ; lorsqu'elle y entrera, le juge inventoriera la maison du 
premier mari, et confiera la maison du premier mari au deuxième mari et à sa femme, en leur 
remettant une tablette (de l'état) ; ceux-ci garderont cette maison et élèveront les enfants en 
bas âge du premier lit, sans pouvoir aliéner un ustensile. Quiconque achèterait un ustensile 
d'enfants de veuve, resterait frustré de son argent, et l'objet reviendrait à son propriétaire. 

§ 178 

Si à une prêtresse ou à une femme publique son père a donné un trousseau avec une 
tablette n'y stipulant pas qu'après elle, elle pourrait le donner à qui elle voudrait et ne la 
laissant pas suivre le vœu de son cœur — quand le père mourra, les frères de cette femme 
prendront le champ et le jardin de cette femme, et selon la valeur de sa part, lui donneront 
du blé, de l'huile, de la laine, jusqu'à contentement : si ses frères ne lui donnent pas du blé, 
de l'huile, de la laine, selon la valeur de sa part jusqu'à contentement, elle donnera à ferme 
son champ et son jardin à qui il lui plaira, et son fermier la sustentera ; champ, jardin et 
tout ce que son père lui avait donné elle gardera autant qu'elle vivra, mais elle ne peut 
rien en aliéner ni solder par ce moyen ; sa part d'enfant appartient à ses frères. 

§ 179 
Si à une prêtresse ou à une femme publique son père a donné un trousseau avec une 



CODE DES LOIS DE HAM.MURABI : RÉCAPITULATION 



tablette y stipulant qu'après elle, elle pourrait le donner à qui il lui plairait et la laissant 
suivre le vœu de son cœur — quand le père mourra, elle donnera à qui elle voudra ce 
qu'elle laisse, et ses frères ne contesteront rien. 

§ 180 

Si à sa fille recluse ou femme publique, un père n'a pas donné de trousseau — 
quand le père mourra, elle prendra sur la fortune mobilière de la maison paternelle, une 
part d'enfant qu'elle garderatant qu'elle vivra, et qui après elle reviendra à ses frères. 

^ 181 

Si un père vouant au dieu une hiérodule ou une vierge, ne lui a pas donné de 
trousseau, quand ensuite le père mourra, elle prendra sur la fortune mobilière de la maison 
paternelle, un tiers de ce qui lui est du comme enfant, et elle le gardera tant qu'elle vivra ; après 
elle, il y a retour aux frères. 

Si à sa fille, prêtresse de Marduk à Babylone, un père n'a pas donné de trousseau, ni tablette 
lui a écrite. — quand le père mourra, elle prendra de ses frères sur la fortune mobilière de la 
maison paternelle, un tiers de sa part légitime d'enfant ; elle ne gérera pas elle-même ; après elle, 
la prêtresse de Marduk le donnera à qui bon lui semble. 

ë 183 

Si à sa fille née de concubine, un père a fourni un trousseau, et à un mari l'a donnée, par 
tablette écrite, — quand ensuite le père mourra, elle ne prendra rien de la fortune mobilière de 
la maison paternelle. 

§ 184 

Si àsa fille née de concubine, quelqu'un n'a pas fourni de trousseau, ni ne l'a donnée à un 
mari, — quand ensuite le père mourra, les frères de cette fille lui fourniront un trousseau et la 
donneront à un mari. 

ë 185 

Si quelqu'un en lui donnant son nom adopte un enfant en bas âge et l'élève, personne ne 
peut réclamer cet élève. 

^ 186 

Si quelqu'un ayant adopté un enfant en bas âge, au moment où il l'adopte, a violenté ses 
père et mère, cet élève retournera chez son père. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION rj? 

S'il s'agit du fils d'un favori, employé au palais, ou du fils d'une femme publique, cet 
élève ne peut être réclamé. 

§ 188 

Si un artisan a pris un enfant pour l'élever et s'il lui a appris son métier, cet élève ne peut 
être réclamé. 

§ 189 
S'il ne lui a pas appris son métier, cet élève retournera (peut retourner) chez son père. 

Si quelqu'un a adopté un enfant en bas âge et l'a élevé et ne l'a pas compté parmi ses 
propres enfants, cet élève retournera chez son père. 

Si quelqu'un a adopté un enfant en bas âge et l'a élevé, et si lui-même fonde une maison 
et ensuite a des enfants, et s'il songe à renier l'enfant adoptif, celui-ci ne s'en ira pas. Son père 
adoptif lui donnera le tiers d'une part d'enfant sur sa fortune mobilière, et alors il s'en ira. De 
champ, jardin, maison, on ne lui donnera rien. 

§ ^9- 

Si le fils d'un favori, ou le fils d'une femme publique, dit à son père adoptif ou à sa 
mère adoptive : « tu n'es pas mon père, tu n'es pas ma mère, » on lui coupera la langue. 

§ 193 

Si le fils d'un favori, ou le fils d'une femme publique, connaissant la maison de son père, 
dédaigne son père adoptif et sa mère adoptive et retourne à la maison de son père, on lui crèvera 
les yeux. 

§ 194 

Si quelqu'un ayant donné à une nourrice son fils, ce fils meurt entre les mains de la 
nourrice, celle-ci ne peut nourrir un autre enfant sans la permission des père et mère (de l'enfant). 
Si elle le fait, on lui coupera les seins. 

§ 195 
Si un fils frappe son père, on lui coupera les mains. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 



§ '9^ 
Si quelqu'un crève un œil à un homme libre, on lui crèvera un œil. 

§ 197 
Si quelqu'un casse un membre à un homme libre, on lui cassera un membre. 

§ 198 
S'il crève l'œil d'un noble ou casse un membre d'un noble, il payera une mine d'argent 
(en outre?). 

§ 199 
S'il crève l'œil d'un esclave ou lui brise un membre, il payera la moitié du prix de 
l'esclave. 

§ 200 
Si quelqu'un brise les dents d'un homme de même condition, on lui brisera les dents. 

§ 201 
S'il brise les dents d'un noble, il payera un tiers de mine d'argent (en outre?). 

§ 202 
Si quelqu'un frappe au cerveau un homme de condition supérieure à lui, il recevra en 
public 60 coups de nerf de bœuf. 

§ 203 
Si quelqu'un frappe au cerveau un homme de même condition, il payera une mine d'argent. 

g 204 
Si un noble frappe au cerveau un noble, il payera dix sicles d'argent. 

§ 205 
Si un esclave frappe au cerveau un homme libre, on lui coupera l'oreille. 

§ 206 
Si quelqu'un dans une dispute frappe un autre homme et lui cause une blessure, et s'il jure 
l'avoir fait sans le savoir, il payera néanmoins le médecin. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION ,55 



8 207 

Si de ses coups l'autre meurt, il jurera encore, et s'il s'agit d'un homme libre (qui meurt), 
(l'agresseur) payera une demi-mine d'argent. 

§ 208 
S'il s'agit d'un noble, il payera un tiers de mine d'argent. 

§ 209 

Si quelqu'un frappe une femme libre et la fait avorter, il payera pour son fruit 10 sicles 
d'argent. 

§ 210 
Sicette femme meurt, on tuera la fille de (l'agresseur). 

§ 211 
Si c'est une femme noble qui, par suite des coups, avorte, il payera 5 sicles d'argent. 

§ 212 
Si cette femme meurt, il payera une demi-mine d'argent. 

§ 213 
S'il frappe une serve et la fait avorter, il payera 2 sicles d'argent. 

§ 214 
Si cette serve meurt, il payera un tiers de mine d'argent. 

§ 215 

Si un médecin traite quelqu'un d'une plaie grave avec le poinçon de bronze et le guérit, 
ou s'il ouvre avec le poinçon de bronze la taie de quelqu'un et sauve son œil, il recevra 10 sicles 
d'argent 

§ 216 
S'il s'agit d'un noble, il recevra 5 sicles d'argent. 

§ 217 
S'il s'agit d'un esclave, le propriétaire de l'esclave donnera au médecin 2 sicles d'argent. 



,56 CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 

Si un médecin traite un homme libre d'une plaie grave, avec le poinçon de bronze, et le 
tue, et si avec le poinçon de bronze il ouvre la taie et crève un œil, on lui coupera les mains. 

Si un médecin traite l'esclave d'un noble d'une plaie grave, avec le poinçon de bronze et 
le tue, esclave pour esclave il rendra. 

§ 220 

S'il lui ouvre la taie avec le poinçon de bronze et lui crève l'œil, il payera la moitié du prix 
de l'esclave, en argent. 

8 22 1 

Si un médecin remet un membre cassé ou guérit un viscère malade, le patient donnera au 
médecin 5 sicles d'argent. 

§ 222 

S'il s'agit d'un noble, il donnera 3 sicles d'argent. 

§ 223 
S'il s'agit d'un esclave, le propriétaire de l'esclave donnera au médecin 2 sicles d'argent. 

§ 224 

Si le médecin des bœufs et ânes traite un bœuf ou âne d'une plaie grave et le guérit, le 
propriétaire du bœuf ou âne donnera comme salaire au médecin un sixième de sicle d'argent. 

§ 225 

S'il traite un bœuf ou âne d'une blessure grave et le tue, il payera le quart du prix de 
l'animal au propriétaire. 

§ 226 

Si un chirurgien, sans la permission du propriétaire imprime à un esclave la marque d'esclave 
inaliénable, on lui coupera l^s mains. 

§ 227 

Si quelqu'un trompe le chirurgien qui imprime une marque d'esclave inaliénable, on le 
tuera et enterrera dans sa maison, le chirurgien jurera qu'il l'a fait par erreur^ et il sera quitte. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 157 

§ 228 

Si un architecte a construit une maison pour quelqu'un et l'a bien achevée, il prendra 
comme salaire 2 sicles d'argent par SAR de maison. 

§ 229 

Si un architecte a construit une maison pour quelqu'un et ne l'a pas faite solide, si la maison 
s'écroule et tue le propriétaire, cet architecte est digne de mort. 

§ 230 
Si elle tue le fils du propriétaire, on tuera le fils de l'architecte. 

§ -3^ 
Si elle tue un esclave du propriétaire, esclave pour esclave l'architecte donneraau propriétaire. 

§ 232 

Si elle ruine son avoir, tout ce qui a péri devra être compensé, et parce qu'il n'a pas construit 
solidement la maison qu'il a bâtie et qu'elle s'est écroulée, à ses propres frais il relèvera la maison 
tombée. 

§ 233 

Si un architecte a construit une maison pour quelqu'un et n'ayant pas donné assez d'épaisseur 
à son ouvrage, un mur s'écroule, cet architecte à ses frais affermira le mur. 

§ 234 

Si un batelier calfate un bateau de 60 gwr pour quelqu'un, il recevra deux sicles d'argent 
pour salaire. 

§ 235 

Si un batelier a calfaté un bateau pour quelqu'un, et n'a pas fait solidement son travail et 
si cette même année ce bateau allant en voyage, un défaut s'y déclare, le batelier devra réparer 
le bateau et à ses frais l'affermir et le rendre en bon état au propriétaire. 

§ 236 

Si quelqu'un a donné son bateau à bail à un batelier, et si celui-ci conduit mal et coule le 
bateau et le perd, il devra compenser le bateau au propriétaire. 



,58 CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 

§ 237 
Si quelqu'un prend à bail bateau et batelier et ayant chargé du blé, de la laine, de l'huile, 
des dattes ou tout autre choses de fret, si le batelier conduit mal et coule le bateau, le batelier 
devra compenser le bateau sombré et toute sa cargaison perdue. 

§ 238 

Si un batelier a coulé le bateau de quelqu'un et s'il l'a renfloué, il paj'era en argent la moitié 
de son prix. 

§ 239 

Si quelqu'un prend un batelier à bail, il lui donnera 6 gur de blé par an. 

§ 240 

Si un bateau en marche heurte un bac et le coule, le propriétaire du bateau coulé 
réclamera devant la justice tout ce qui a péri sur ce bateau et le propriétaire du bateau en marche 
qui a coulé le bac, compensera et le bateau et ce qui y a péri. 

§ 241 

Si quelqu'un contraint au travail forcé le bœuf (d'un autre), il pa\^era un tiers de mine 
d'argent. 

§ 242 

Si quelqu'un loue pour un an un bœuf de labour (?) il payera 4 gur de blé. 

§ 243 
Si c'est un bœuf de somme(?) il payera 3 gur de blé au propriétaire. 

§ 244 

Si quelqu'un a loué un bœuf ou âne et si dans les champs le lion les tue, la perte est pour 
le propriétaire. 

§ 245 

Si quelqu'un a loué un bœuf et si par de mauvais soins ou des coups il l'a fait mourir, bœuf 
pour bœuf il rendra au propriétaire. 

§ 246 

Si quelqu'un a loué un bœuf et lui a cassé le pied ou rompu la nuque, ba>uf pour bœuf il 
rendra au propriétaire. 



CODE DES LOIS DE HAM.MURABl : RÉCAPITULATION ,59 



8 247 
Si quelqu'un a loué un bœuf et lui a crevé l'œil, il payera la moitié de son prix au propriétaire. 

§ 248 

Si quelqu'un a loué un bœuf et lui a cassé les cornes, tranché la queue ou enlevé le dessus 
du museau, il payera le quart de son prix. 

§ 249 

Si quelqu'un 'a loué un bœuf, et si un accident atteint l'animal et le tue, celui qui l'a 
loué en jurera par le nom de Dieu et il sera quitte. 

§ 250 

Si un bœuf furieux a foncé dans sa marche sur un homme et l'a tué, cette cause ne 
comporte pas de réclamation. 

§251 

Si le bœuf de quelqu'un, coup de corne pour coup de corne, a montré son vice et si 
le propriétaire ne lui ayant pas rogné les cornes ni mis des entraves, ce bœuf fonce sur un 
homme et le tue, le propriétaire payera une demi-mine d'argent. 

§ 252 
S'il s'agit d'un esclave, le propriétaire du bœuf payera un tiers de mine d'argent. 

§ 253 

Si quelqu'un a loué un homme pour demeurer sur son champ^ lui a remis..., lui a 
confié ses bœufs et l'a chargé de labourer le champ, — si cet homme a volé de la semence ou 
des plants et qu'on les trouve entre ses mains, on lui coupera les mains. 

§ 254 

S'il prend un. . . ou fatigue les bœufs, il compensera selon la quantité de blé qu'il a 
ensemencé. 

§ 255 

S'il a loué les bœufs d'un autre (à un autre), s'il a volé la semence et n'a pas fait produire 
le champ, on le fera comparaître en justice et il payera par 100 gan 60 de gur de blé. 



,5o CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 



§ 256 
Si son préfet ne veut fournir ce dédommagement, on le laissera sur champ avec les 
bœufs. 

§ 257 
Si quelqu'un a loué un AK-SU, il lui donnera 8 gur de blé par an. 

§ 258 
Si quelqu'un a loué un SA-GUD, il lui donnera 6 gur de blé par an. 

§ 259 
Si quelqu'un dans le champ a volé une roue à arroser, il payera 5 sicles d'argent au 
propriétaire . 

§ 260 
Si quelqu'un a volé une chadouf ou une charrue (?), il payera 3 sicles d'argent. 

§ -61 
Si quelqu'un loue un berger pour paitre les bœufs et les moutons, il lui donnera par an 
8 gur de blé. 

§ 262 

Si quelqu'un (a confié) bœuf ou mouton à (un berger).. . 

§ 263 

S'il cause la perte des bœufs ou des moutons, bœuf pour bœuf, mouton pour mouton, 
il restituera à leur propriétaire. 

§ 264 

Si le berger à qui on a confié bœufs et moutons à paître^ a reçu son salaire complet (?) 
et s'il est satisfait, si le nombre des bœufs et des moutons diminue et si la reproduction 
décroît, selon les conventions il devra fournir au propriétaire revenu et petits. 

§ 265 

Si le berger à qui on a confié des bœufs et des moutons à paitre, prévarique et change 
les prix, ou vend (à son compte), on le fera comparaître, et il rendra 10 fois au propriétaire 
ce qu'il a volé en bœufs et moutons. 



CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION i6i 



§ 266 

Lorsque dans l'écurie un dégât accidentel se produit ou si le lion y fait des ravages, le 
berger se disculpera devant Dieu et le propriétaire prendra à son compte le dégât. 

§ 267 

Si un berger a percé et pratiqué une brèche dans l'étable, il devra remettre en bon état 
et rendre au propriétaire l'écurie qu'il a percée, et les bœufs et les moutons. 

§ 268 
Si quelqu'un a loué un bœuf de somme, le prix de location est 20 qa. 

§ 269 
Si c'est un âne qu'il a loué comme bête de somme, le prix de location est de 10 qa. 

§ 270 
Si c'est un ânon ou un bouvillon.le prix de location est de i qa. 

§ 271 

Si quelqu'un a loué des bœufs à chariot avec le conducteur, par jour il payera 180 qa 
de blé. 

§ 272 

Si quelqu'un a loué un chariot pour le chariot seulement, il payera par jour 40 qa 
de blé. 

§ 273 

Si quelqu'un loue un journalier, depuis le commencement de Tannée jusqu'au 5"= mois, il 
lui donnera par jour 6 se d'argent; dès le sixième mois jusqu'à la fin de l'année, il lui donnera 
par jour 5 se d'argent. 

§ 274 

Si quelqu'un loue un artisan : 

Le salaire du d'argent. 

Le salaire du briquetier, 5 se d'argent. 

Le salaire du tailleur d'habits, 5 se d'argent. 

Le salaire de . . . se d'argent . 

Le salaire du . . . d'argent. 

Le salaire du 



,62 CODE DES LOIS DE HAMMURABI : RÉCAPITULATION 

Le salaire du charpentier, 4 èe d'argent. 
Le salaire du ... 4 se d'argent. 
Le salaire du ... j se d'argent. 
Le salaire du maçon, . . . d'argent. 
Par jour, il payera. 

§ 275 
Si quelqu'un a loué un bac(?), . . . par jour il lui donnera 3 .^e d'argent comme loyer. 

§ 276 
Si c'est une barque de course, il lui donnera 2 se et 1/2 d'argent. 

§ 277 

Si quelqu'un loue un bateau de 60 gur de contenance, il payera par jour 1/6 de sicle 
d'argent pour la location. 

§ 278 

Si quelqu'un achète un esclave mâle ou femelle et si celui-ci avant de finir un mois 
est aftligci d'une infirmité, l'acheteur le rendra au vendeur et il reprendra l'argent qu'il a payé. 

§ 279 

Si quelqu'un achète un esclave mâle ou femelle et s'il y a des réclamations, c'est au vendeur 

à y faire droit. 

§ 280 

Si quelqu'un achète en pays étranger un esclave mâle ou femelle et si une fois cet esclave 
rentré en pays propre, le propriétaire de l'esclave mâle ou femelle reconnaît son esclave, si cet 
esclave mâle ou femelle est indigène, sans argent (de compensation) on le remettra en liberté. 

§ 281 

Si l'esclave est étranger, l'acheteur jurera devant Dieu qu'il l'a payé et le propriétaire de 
l'esclave mâle ou femelle rendra au négociant l'argent qu'il a payé, et il recouvrera son esclave 
mâle ou femelle. 

§ 282 

Si un esclave dit à son maître ; « tu n'es pas mon maître », on le fera comparaître comme 
esclave, et son maître lui coupera l'oreille. 



TEXTES- REPÈRES DE MELISIHU ET SUTRUK-NAHHUNTE 



(Pl. i6 et 17) 



Cette stèle commémorait un événement du règne du roi kassite Melisihu (i 144-1 130) 
accompli dans le pays de Qarin... Le roi élamite Sutruk-Nahhunte la trouve, et emporte à 
buse ce trophée qu'il dédie en ex-voto à In Susinak. 

Le texte a, comme document, une portée considérable. C'est le premier qui nous permette 
de hxer dans la chronologie une place certaine au groupe de rois Hallutus In Susinak 
Sutruk Nahhunte, Kutir Nahhunte et Silhak In Susinak, Huteludus In Susinak Silhana 
bamru Lagamar. Tout le groupe a régné après les Kassites de Babylonie. Cette vérité 
demeurerait constante, lors même que le nom entier de Melisihu eût disparu. Le caractère 
seul de l'inscription sémitique nous forcerait à l'assigner à cette époque, c'est-à-dire antérieu- 
rement au roi élamite qui y a apposé sa légende comme il fit sur les stèles de Narâm Sin 
Man isduzzu, Untas-GAL. 

C'est par ce critérium que j'avais classé, à ce rang, le roi Sutruk-Nahhunte et ses succes- 
seurs, dans l'introduction au vol. des Textes élam.-sémit., I, p. xiv, en disant : « Certainement 
peu après les règnes de Melisihu et Marduk bal iddin (1144-1117) l'Élam avait recouvré son 
autonomie. C est ici, croyons-nous, qu'il faut placer ce deuxième groupe de rois, etc. » 



Col. I 

1 . [(ilu) ... bel samê] u ir-si-ti 

[aganutilla ] li-sa-as-si-su 

[(ilu) ] sa si-mà-ti 

la] ta-a-ri 

5 • gan-ni-ti 

[naq mê Ii]-kim-su 

[(ilu) ... bel u] ku-dur-ri 



(Quiconque cette stèle démolirait, etc. 
que le dieu . . . , seigneur de ciel) et terre 

(une hydropisie ) lui impose ! 

(que le dieu , seigneur) des destins, 

(sans) retour, 

(l'eau ) lui enlève! 

(que le dieu . . . , seigneur des . . . et) des bornes 
le 



,64 TEXTES-REPÈRES DE MÉLISIHU ET SUTRUK-NAHHUNTE 



Col. II. [iltu Gula etillit kala belêti] Que Gula, la principale de toutes les déesses 

I . za-ar-ri-sa si-im-ma ses enfants, une maladie 

la as-sa li-se-la-sum-ma incurable le fasse gagner ! 

da-a u sar-ka kîma me li-ir-muk sang et lymphe comme l'eau qu'il répande ! 

ilâni ma-la i-na (TAK) na-ru-a tous les dieux dont sur cette stèle- 

5. an-ni-i sumâti-su-nu zak-ru ci, les noms sont mentionnés, 

su-ba-tu-su-nu na-da-a les trônes placés, 

u usurâti-su-nu us-su-ra et les figures dessinées, 

sum-su zîr-su u pir'-su son nom, sa semence et sa postérité 

li-is-su-hu qu'ils extirpent ! 

Les restitutions sont tirées du Kudurru de Melisihu {Textes élam .-sémit . , p. 109, 1. 40 
etsuiv. pourcol. I, et Ibid., p. uo, 1. 16 et suiv. pour col. II). 

Col. II. 3. Z)a-a pour ofâma prouve qu'on prononçait dâwu. 

6. Nctdà remplace iiddâ d'autres textes, sans rien changer au sens général. 

8. L'avant-dernier signe de cette ligne est certainement pour ^^f"^4à. GIG, abusivement 
employé dans cet unique exemple pour ^{^ avec le sens de pir'u, lipu, « descendance, posté- 
rité ». Cette redondance de sumsu ziKsu u pir 5m n'est pas étrange et se retrouve : iumhu zerèu 
pirùu dans Rawl. IV. 12 Rev. 32,33. 

B 

I. U Su-ut-ru-uk (nap) Nah-[hu-un-te sa-ak] Hal-Iu-du-us (nap) In-Su-si-na-ak gi-ik li-pa- 
ak (nap) [In Su-si-na-ak gi-ik] 

su-un-ki-ik An-za-an [Su-su-un ka li-ku-me ri-sa-aq-] 

qa qa-at-ra Ha-pir-ti-[ik] 
5 . (nap) In Su-si-nak [na- pir-u-ri ur-tah-ha-an-] 

ra hal Qa-ri-in [ . . . hal-pu-' zu-'-] 

mu-tu Me-li- [si-hu hu-ma-' a-ak haï] 

Qa-ri- [in 

I . Moi Sutruk Nahhunte fils de Hallutus In Susinak, 

rejeton de In Susinak, 

roi d'Anzan et Suse, illustre prince 

chef des Hapirti, 
5. l'élu de In Susinak — 

le pays de Qarin. . . je pris, et la 

stèle de Melisihu je trouvai, et au pays 

de Qarin... 

Les restitutions sont tirées des textes similaires XXIV, XXV (Textes élam.-anz., \" sér.). 



TEXTES -REPÈRES DE MELISIHU ET SUTRUK-NAHHUNTE ,65 



3. Qatra est à remarquer et à substituer à qabra de la stèle de Narâm-Sin, dans le texte 
de Sutruk Nahhunte, ligne 4, où le mauvais état de la pierre ne laissait lire que ab. 

6. Le pays de Qarin... nous est inconnu. 

7. .. . muta est certainement à compléter en su mulu ou zumutu, sumutu. zumutu. Il s'agit 
de la stèle elle-même. 

Le nom de Melisihu n'est pas douteux. 

Le texte sémitique est manifestement du style des autres Kudurru kassites, et aucun 
roi kassite, hors Melisihu, ne porte de nom commençant par Me. 

Il y a plus. La partie supérieure du signe //subsiste. 

Profitons de l'occasion pour rectifier un détail accessoire dans le texte similaire de Sutruk- 
Nahhunte gravé sur la stèle de Man isdiizzu {Textes élam.-sém., i'= sér., p. 42). Sur l'orio-inal, 
le texte est gravé comme tous les autres textes et non à rebours comme les cylindres-cachets, 
ainsi que le dessin fait sur un estampage me l'avait fait dire. De plus, à la fin du nom de 
Man'îsduzzu, le trait isolé par le dessinateur et qui semblait amorcer un nouveau nom 
propre tient en réalité au signe qui précède et qui clôt. 

Zua., comme d'habitude archaïque, trois petits clous verticaux intérieurs et un grand clou 
vertical qui ferme le signe. On ne saurait donc dire que le J^ suivant annonce un autre 
nom comme Mesalim. Il marque simplement le génitif. 



INSCRIPTION DE BURRA SUQAMUNA 

Époque Kassite 
(Pl. i8. n" 2) 



Ce texte est gravé sur une barre de grès de plus de 0,60 de long et de peu d'épaisseur. 
D'autres pièces de même genre sont anépigraphes. L'une d'elles porte un simple nom, en 
écriture très tourmentée, 5a J ->{- Bu-nê-né ib-ni « de la part de Bunênô ibni ». On estimait 
sans doute ce genre de pierres assez précieux, et on les donnait pieusement aux temples ou 
aux magasins du temple, où l'on en tirait parti pour le culte ou pour le commerce des amulettes 

On remarquera dans notre inscription l'étrange forme de certains signes, ne fût-ce que 
du premier : } pour \} etc. L'objet ne sort certainement pas de chez le bon graveur. L'usure 
d'une partie de la pierre empêche de lire quelques mots. 

A-na (ilu) Ninni A-ga-nê-ki bêl-ti rabî-ti (ilu). Ninni su-ur-bu-ti 
qa-ri-id-ti ilàni ga-si-ir-ti ahê-sa e-te-el-li-it samê irsitim 
a-si-bat Bit §1 (?)-KAK (?)- BAR bêlti-su Bur-ra (ilu) Su-qa-mu-na 
mâr Pa-ar (?)- hi-su-du a-na ba-la-at na-ap-sa-ti-su 
duppu (?) an-ni-te i-ki-is. 

A Ninni d'Aganê, la grande dame, à Ninni la sublime champion des dieux, la plus 

puissante parmi ses frères, princesse de cieux et terre, qui demeure dans le Temple à 

sa dame: Burra Suqamuna fils de Parhisudu, pour la vie de son âme, 

cette tablette a voué. 

Le nom du donateur rappelle Burra Buria^, Burna Burias, noms kassites dont nous 
connaissons le sens. Burna Suqamuna signifie en babylonien Kidin èuqamunaon « le client du 
dieu Suqamuna s>. Suqamuna est proprement un dieu kassite. 



BRIQUE DU ROI TEPTI AHAR 

VERS 1000-800 AV. J.-C. 

(Pl. 18, n" 3) 



1 . y Te-ip-ti a-ha-ar sar Su-si sa-la-am-su u a-ma-ti-su sa ri-mu-[si-na-ti u ka-ri-ba-ti] 

2 . sa ^na sa-su u a-na a-ma-ti-su sa ri-mu-si-na-ti i-ka-ar-ra-ba [E-RU-A sa e-ri-im-ti] 

3 . i-pu-us-ma a-na (ilu) Susinak be-li-su id-di-in (ilu) Susinak ka-di-ba-a[l li-ti-ib-su] 

4. mu-su i-ka-as-sa-da-am-ma IV zinnisâti sa ma-as-sa-ru-u E-RU-A zi-il-lu-up (?)-[ti la 

in-ne-en-di-da-a-ma] 

5. hurasi la i-qa-al-la-pa di-du-si-na i-na tu-ur-ri e-lu' zu-up-pu [li-ru-ba-ma su-pa-la] 

6. la-ma-az-za-a-ti u ka-ri-ba-a-ti lu-sa-al-la hu-ul-mu iz-za-a' li-[sa ap-pi-ra] 

7. li-iz-zu-ra ha-as-sa' ki-pa-ru* pa-si-su rabû ma-as-sa-ru-u E-RU-A u pa-si-su [E-RU-A] 

8. i-na pa-ni-si-na li-ik-nu-ku i-na ap-pi[li (?)] ^-ir-ma sarru la-ma-az-za-a-ti [u ka-ri-ba-a-ti] 

9. li-pa-ak-ki-du-u-ma li-sa-ma li-it-ta-al-ka 

TRADUCTION 

I . Tepti ahar, roi de Suse, sa statue, et (celle de) ses servantes qu'il aime, et (celles des) Kerubs 

2 . qui le protègent lui et les servantes qu'il aime, (et) une demeure en briques cuites 

3 . il a fait et au dieu Susinak a voué! Que Susinak . lui soit propice ! 

4. La nuit, quatre femmes des gardiens de cette demeure l'occuperont; elles ne pas 

le ; 

5 . avec de l'or, elles ne pas leur sein ; dans le cénacle (?) qu'elles pénètrent et aux pieds 

6. des Lamazzu et des Kerubs qu'elles prient ! le qu'elles 

1. Cf. Nabuch, Bab. II, 13, ina turri elî sa abulli- ., cibiiî. 

2 . Ou hulmun ali s. 

■j . Ou lizzuraha ina libbi k. 

4. Var. kipari. 

5 . Restitution possible. 



,6g BRIQUE DU ROI TEPTI AHAR 



7. qu'elles conservent ! le de l'appartement, que le grand prêtre, les gardes de la 

demeure et le prêtre de la demeure 

8. en leur présence, scellent! sur la face qu'elles se jettent (?); et aux Lamazzu et aux Kerubs,\e roi 

9. qu'elles recommandent, et (ensuite) qu'elles sortent et s'en aillent! 

Les fragments du I" vol. de Textes élam.-sémit., p. 121, 122, appartiennent à ce texte. De 
là proviennent les restitutions adaptées ci -dessus. 

De même époque et du même groupe sont les briques du roi èu'sinak sar ilâni (Ibid., 

p. 120). 

Je sais mieux que personne combien et comment ce texte reste obscur. La formule est 
intrinsèquement nouvelle, étrange, et sa teneur nous arrive tronquée sur une brique incomplète. 
En attendant mieux, il fallait livrer le nom d'un nouveau roi de Suse, Tepti ahar. 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES EN LANGUE SÉMITIQUE 

Vers iooo av. J.-C. 
Provenance : Mal amir Pl. 19, 20. 



I 



1 

^^< >=^r ..^ ^. r ^ ,^ T 5 ^ ^'''" ^^'' '^ Di-im-di sa Hal-te-ri 

<r^ £^rK< ^i. ^f ^ .<f sait-tiZi-ta-na-tu 

^.^- m t^T ^=^ ^^ -• 1 mâratKu-nê-nczi-zu 

r E^r i.v_ tHf <r =t ff 5. itti Pu-su-up-pa-a 

:3r <* ^^ ^ <^ <^ o^ ^., ^ g^ itti j^i.j,i.j.i j-u-uh-hu zi-ir-ra. 

1- rf ^ <^ -fi^ ^^ -;=t (sal) A-ni-ki-la-an-di 

^-^ <«<^ ^ ^ ^ i.na tu-ba-ti-su 

&-^f .^^f <jr4 ff :^ ^-^ ^ i-na na-ar a-ma-ti-su 

/„ r? W rf w^ i^ <{$ f^'f t-p^ 10. eqlu a-na Sa-ki-te-ri 

r? -^î ttej 5ftr i(- ^ ^it a-na At-ta pi-ir gi- 

f^HT t-f s^f <^ l<-$> im-mas id-di-in 

<R1 ^^« JT<r sc^T ^^ -êf sa PAL = (idabubu) ri-it-ta-su 

<t-3r t'f ^ ^ uër te^r ^^ ^ ^^^ u li-sa-as-su i-na-ak-ki-zu 

If '-y^ <- .^«^ s^f _^^ 15. sum Sal-la it-mu 

s^- ^ ^ 4- «m 4< ^a ."-'f ^ Pân (ilu) Samas pân (ilu) Ru-hu-ra-te-ir 

^ U ^ t=< 1^ j:-r ^.^ <i:^ ^ ^^ j^ <ju .<..-/■ ,^ pân Ku-uk am-ma te-im-di-ir sa-a-pi-tu- 

^f- i- '^ f<î ^j js?^w- g^ ^^_^ ^^ sa (?) 

4- r^4 ^'^ ^^< ^j ^Y P^" (^^') Hal-te-te mârat Ku-né-. . . 

i« i^- f^ n^^'^niif t.'-< ircy' A pân Am-ma ha-te-it 

<^ fe ^ Hf t^ (m__ 20- mârat Ku-nô ha-ap-hi 

pân I-e-e dup-sar 



170 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 1 



I . Champ de 50 QA de blé d'emblavure 
(dit) de Dimdi sa Halteri 

part appartenant à Anikilandi 

qu'avec Zitanatu 

fille de Kunênê elle partage, 
5 . voisin de Pusuppâ 

et de Kiriri ruhhu zirra — 

la femme Anikilandi 

de bon gré 

et de plein consentement, 
10. ce champ à Sakiteri 

et à Atta pir gi- 



immas vend. 

Celui qui contesterait, doigts, 

et langue on lui coupera. 
15. Le nom du dieu Salla ils ont invoqué. 

Fait pardevant les dieux Samas et 
Ruhuratir, 

pardevant Kuk amma temdir sàpitusa (?) , 

pardevant la femme Haltete fille de Kuné, 

pardevant Amma hatet, 
20. fille de Kunê haphi, 

pardevant lè, scribe. 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 



"71 



4^ 4{ ^f ^= ^E ^ t^ ^ ff ^ î*r 

-^if t^r A^ ^ /^ f^ ^^ ^^r -jn :i ^ 
s<r ;(- ^r- ^ ts<r ar itf >f^ ^r ny ^l 

ë=H6T .^ 4^1^ 7| j^ ^r« ^^ 

n ^r tëf ^ 4r^ <ai^ <^ ^ 5^ _ 3^^ ^^ ^^ 

rf "^r rfT <tt: ^ fe^ tî:^ ^ ^ 

■(.f-B <.'*^ ^r -^ •orr ^-e <ïb^ ^f ^ ff jrf ./ 

^ ' '^'^ ^ ^ iHT Tf -0 .^ ç^ u^^ ^^ 

■w $- TS ^ 4{ sei. ^ H^ 

f? ^ tfr^ -K "-f^-- -ff-î <•* i:^^; 

^'- H^ 4p 4- '-f -:Jn" ^vf febr îij t)^ 
^^ t:^ iï^f "f? ^^ ^ titt ^ »fr 
2o <f-.: ^ ^^ m i^r J^ ^ i^^ 

° o 



1 . 10 QA zêr eqli sa Su-pa-al-li-ba-ri 
sa Hu-ut-ra-ra sa Kas-su za-ku-lu 
zi-it-tu sa (sal) Ku-ri Hu-um-ba-an 
ittl (sal) Pi-hi-it itti Tas-hu-hu-ur-ra 
5 ■ (sa]) Ku-ri Hu-um-ba-an i-na tu-ba-ti-sa 
i-na na-ar a-ma-ti-sa 
eqlu itti Ê-RU-Aa-an si-mi 
a-na At-ta pi-ei ki-im-ma-as id-di-in 
a-na si-mi-su ga-am-ru-ti 
lo. 8 siqlu kaspi is-ku-ul-ma i-sa-am 
u-ul ip-ti-ru u-ul ma-an-za-za NU 
si-mu ga-am-ru eqli ip-pa-aq-qar 
kirû sa Ku-gu-gu-nu ka-ri-ib 
sa (sal) Ku-ri Hu-um-ba-an 
15. itti y\.-lu-lu itti Ku-na-na 
a-na ta-hu-mu sa-ki-in 
sa PAL(=idabubu) sum Sal-la it-mu 
pân (ilu) Samas (ilu) Ru-hu-ra-te-ir 
pân At-ta ku-te-ir-ra i-ta 
20. pân Hal-pu-ru-us e-la-pu 

pân (sal) Hal-te-in hu-ut-ta-as 
màrat U-du-du 

pân (sal) Ku-nê-u màrat Am-ma ku-te- 
ir-ra 
pân (sal) At-tar su-tu màrat Zi-u-u 
25. pân (sal) Pi-hi-it màrat Mi-ni (ilu) Adad 
pàn (sal) Ku-ri Za-mi màrat Lu-ru-uh- 

ma 
pàn Su-um-ma-ma dup-sar 
zu-pur-su-nu 



I. Champ de 10 QA d'emblavure (dit) de 
Supallibari, 
de Hutrara, de Kassu zakulu, 
part appartenant à la femme Kuri 
Humban, 



voisine de la femme Pihit et de Tashu- 
hurra : 

5 . La femme Kuri Humban de bon cœur, 
de plein gré, 
ce champ avec maison pour son prix, 



172 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 2 



à Atta pil kimmas a donné; 

pour tout le prix, 
10. 8 sicles d'argent on a pesé et payé. 

pas d'hypothèques à dégager, pas de 
hutte de jardinier ; 

le prix total du champ a été exigé. 

Le verger de Kugugunu karib 

qui est à la femme Kuri Humban, 
15. à côté de Alulu et de Kunana, 

au cadastre a été marqué. 

Celui qui contesterait (doigts et langue 
on lui coupera). Par Salla ils ont juré. 

Devant les dieux Samas et Ruhuratir, 

devant Atta kuterra ita, 



20. devant Halpurus elapu, 

devant la femme Halten huttas, 

fille de Ududu, 
devant la femme Kunèu, fille de Amma 

kuterra 
devant la femme Attar sutû, fille de 
Ziuiu, 
25. devant la femme Pihit, fille de Mini 
Adad. 
devant la femme Kuri Zami, fille de 

Luruhma, 
devant Summama scribe. 

(Leurs ongles) 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 3 173 



î 



3 

/, î? 4-^ -f^ ^^T i^e w "îé .<*T ^ feJL I • eqlu zi-it-tu sa Ku-te-ir-ra 
^ ^<7 ^ ^r 4^^ ^x --x^ ^^ it-^* Ta-ah-hu-hu 

^^ ^/ É^ .^S-r 4-^ m S?:=f *-^ >ff^' W i^ Ku-ri ra-al u Ku-nè na-gi-si-ir 

^^. -Tîrrr ST ^- i<^^_ m PP ^i-2ii i"i Pi-el ku-lu 

5: î^ îr:^ î:^ 7i< ^^ <# 5 • i"i Am-ma ha-al-ki 
i^r ^4 ^ ii-e Tf >v_ ^ Ta-ri-ba-tu a-bu-su 

^^ l-g ^^f ^ fe^ fet^ :^<^^^<^ sa Ku-te-ir-ra i-na tu-ba-ti-su 

^-^r ^^ ^^^ Tf f^ ^. ^ '-"^ "^-^'" a-ma-t.-su 

ff ^ T? -r ^ <^ f? ^^ ^ ^r ,r. .^.^ H,.^ ^^'" ^-^^ ^^-"^^ ^-"^ ^^-'^ P'-'^ ^'-"'^^ 



'" <cs^ rf fe 4^ f4r t'-fi-f i(^ S'<<r <* /'.-■^r 



10. u A-i-in lu-un-gu id-di-in 

f? ^-} ^ <t^ M ^ U <-^SL ^< ^-"^ ^^-"^^-^" ga-am-ru-ti 

^?f :3Err 4f/^ ^j T^ 4^< l-r H£ <m f-X ^^iqlu kaspi is-ku-ul-ma i-sa-am 

^^L* <M tof H^ «m. u-ulip-te-ru 

^, ,, ^ ^ ^-^ u-ul ma-an-za-za NU SAR 

1 1; . si-mu ora-am-ru-tu 

/r tjr i-^/- s«^ t^ «ni ^^ -* ,. . '^ 

eqli ip-pa-aq-qa-ar-ma 

\ r <s> >==! E-RU-A su-ub-tu sa Ku-ri 

X ^ pa-ad-da Am-ma hal-ki 

^ in(?)-ri-ir,Ha-ap-ru- 

^ Kr<f M^ % tr^ <^^^ 20. ?]-ti-ir-raa-na ta-a-hu-meSU' 

■^ /-x< o^ nu Tf ^-r ^fcf <t+ a:r -< ^ èaj PAL (= idabubu) ri-it-ta-su u li-sa- 



fc.4«< ^ tei^r *tr <-êr <w=? ^f 4<,<î >— u^ 



as-su 



^7 ^^ <g izEf ^^ ^■^ -^^ fe^r ^^ i]-na-ak-ki-zu sum Sal-Ia it-mu 

T ^ ^'f <^^ -^^ ^^ ^ ^r ^ p.^ ^jl^^ Samas pân (ilu) Ru-hu-ra-te-ir 

^ W ^5 ^ tcf t^ tfe- .fl^ ^^ ^ i^<fer pân Ku-ri Pa-ap-pa-at zi-ra-si-tu 

^r / SI Tf^ rf ^Z- <§ "^^r tïï Tf ff ^ 25 . pân Si-a-a mârat Ki-ri si-a-a-ki ' 



■^* ' ^ , nx^'^J^X màrat Ku-nè Na-ap-ra 

^' ^ -<»: ^ ^ ^ ^ - j^ U-du-uk-ki-la-la marat Hu-ut-ra-ra 



amil SU 
pân Ku-nê Si-mas 
30. mârat A-ta (ilu) HI-LI 

pân La-'-ma-at am-ma 
<^ tH mp '^21 .jri^r mârat Tar-ra-ap-pa-as 

i? 4- .Ë? ëîf ïJf ^^ ^a . 






pân Ku-ri ra-a! 

mârat Ta-ri-ba-tu 



^ (( (( o 2c. pan I-e-e dup-sar 

'^ ' "^ zu-pur-[su-nuj 



I. F-'our saAî« (?) 



174 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 3 



Champ, portion de Kuterra, 

qu'avec Tahhuhu 

Kuri rai et Kunê nagisir 

elle partage, à côté de Pil kulu 
5. et de Amma halki, — 

Taribatu le père 

de Kuterra, de bon gré, 

de plein consentement, 

ce champ pour son prix à Atta pil gimas 
10. et Ain lungu a donné. 

Pour prix total, 

9 sicles d'argent on a pesé et payé 

Pas d'hypothèque à dégager, 

pas de hutte de jardinier; 
15. le prix total 

du champ a été exigé, 

et la maison, demeure de Kuri, 

(à côté de) Amma halki 

(et de) ...irrir Hapru' 
20. (et de) ...tirra au cadastre a été marquée. 



Celui qui contesterait, doigts et langue 
on lui coupera. Par le nom de Salla, ils 

ont juré. 
Fait par devant les dieux Samas et 

Ruhuratir, 
devant Kuri Pappat zirasitu, 
25. devant Siaia fille de Kiri siaiaki, 
devant Kuner Ishara, 

fille de Kunê Napra, 
devant Udukkilala, fille de Hutrara, 

tanneur, 
devant Kunê Simas, 

fille de Ata Hl-Ll, 
Devant La' mat Amma, 

fille de Tarrappas, 
Devant Kuri rai, 

fille de Taribatu, 
devant lé, scribe. 

(Leurs ongles) 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 



'75 



'^- tS<V ^ <w ïzTT e^^ ^ 

^< W- 4^ ^ *^fe Ifc V '^X- 

ST ■ W i^f r- ^v Wi fer teij ^- fcij ^ 

rf^r ^ g,ij 4^ KvF ^< <p £^ ^ 

'. tei; S4 JU ^< ïïf Sr<fî^i|^TîH<;i(s^ 
&ÏÏ [f i< fc^ <a^ Jfl »4^ ^ 

^ «--V^ K M <^ W ,^3I 
fs-. ^ 1} ^i vx« ^i^ t^ i=^^ Jh m ^M 

». <<r- «f <^ ^r fc-a^ /4?( 4 4p 

^ Mif .^l- <-?^T i-tT 

^î- «^^^ fc^ -i,' -i^ jfc ^-r 4JX ^^ ^e* 
<r-^'- fc4;r ^^ r- ^^ c^, 

I? ^ ^r^ fer ^a ^ 



I . Kirû Ki-si-im-ma-ra-tu 
zi-it-tu sa Si-il-ha 
sa Sa-'-ru-uk-ra NU-SAR 
itti Ku-te me-te-en itti Ta-ak ra-li 
5. Si-il-ha i-na tu-ub-ba-ti-sa 
i-na na-ar a-ma-ti-su 
kirù itti E-RU-A a-na si-mi 
a-na At-ta pi-il gi-im-ma-as 
it-ti-in a-na si-mi-su 
10. ga-am-ru-ti 6 siqlu kaspi is-ku-ul-ma 
is-a-am u-ul ip-ti-ru 
u-ul ma-an-za-za NU 
si-mu ga-am-ru kirî 
ip-pa-aq-ra-ma kirê 
15. u êq]ê sa Si-il-ha sa i-su 
sa it-ti Ba-la-u-u i-zi-zu 
a-na ta-'-hu-me sa-ki-in 
sa PAL Sal-la u (ilu) Susinak 
it-mu pân (ilu) Samas 
20. pân (ilu) Ru-hu-ra-te-ir 

pân Sa-'-ru-uk-ra NU-SAR 
pàn (sal) Mi-it iz-zu-us 
mâr Na-'-hu-hu 
pân (sal) At-tar su-tu 
25. mârat Zi-u-u 

pân (sal) Mu-uk ti-ti mâr Te-im Tu-tu 
pân (sal) Ta-ak me-te-en 

mâr Ak-ka-ma-nê-ni 
pân Is-sap(?) (ilu) Samas dup-sar 
30. pân (sal) Ku-ri Za-am 
zu-pur-su-nu 



I . Un verger (dit de) Kisimmaratu, 
part (appartenant) à Silha, 
dont Sa'rukra est jardinier, 
(sis) à côté de Kute metcn, à côté de Tak- 
rali. — 



5 . Silha, dans son bon plaisir, 

dans la manifestation de sa volonté, 
ce verger avec maison en vente, 
à Atta pil gimmas 
a donné. Pour son prix 



176 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 4 



10. complet, on a pesé six sicles d'argent 

et payé. Pas (d'hypothèque) a dégager. 

Pas de hutte (à fournir) au jardinier. 

Le prix complet du verger 

a été réclamé. Les vergers 
15. et les champs de Silha, possession 

qu'elle partage avec Balauiu, 

sont fixés au cadastre. 

Celui qui contesterait, (on lui coupera 
main et langue). Par le nom de Salla 
et du dieu Susinak, 

ils ont juré, devant Samas, 



20. devant Ruhuratir, 

devant Sa'rukra le jardinier, 
devant Mitizzus, 

fille de Na'huhu, 
devant Attar sutu, 
25 . fille de Ziuiu, 

devant Muk titi, fille de Tem Tutu, 
devant Tak meten, 

fille de Akkamanêni, 
devant Issap Samas, scribe, 
30. devant Kuri Zam. 

(Marque de) leurs ongles. 



TEXTES JURIDIQUES ELAMITES. 5 



'77 



'. ?f+^ fcA r* te r- ^^ fe^ ^ jfc^ ^ 

^^' -^ lËf <i< ï*r <S ET? <M<J flMl^^^ 

fer»- .^ trr Jsr *-R 



T 




f cÊitT >-fl?, fefc: fc^FT ^-^T fcirrr 

•^T y "^ ts! ^r ta^î J}^ t^.m, t35;r 

fer te^r Jk 4"^ -^r 

<^ t^ 4.^& <fe .>i^ t^3' â^ir ^< 4^f ^r 

^-^ n W ^ ë^ 4.^ '^ 
. ^-r <'ff -t<r fc^^ i^. t^<' -^rni <fe ^ i^.f ^m 

^' ^ tff< t^^ ^fc^ ^4<f^ 

>r .<T ^ {.7 .w m ^A f-i^ <p,-. 

3" ^- -a^ JfcT .<•/- jç^ ^^^ ^_ t«^ ^^ j^^ 

^ ^ .<< Tf M isr ^^ ^-Z ^^ ^^ 

^ .<< r^ ui( ^ ^ ^ ^^^ ^^j^ ^ 




■— f «gf fczjt:^ 



fcfef fer èr^ <u^ ^ ^ 



I. 250 QA se Uk-ku-lu Me-en-ra mu- 
ur-ti 

100 QA Te-im-du-ur ha-am-ru' uh 
Hal-te-ru 

I GUR se Ku-te-te mâr Te-it-in ha- 
am-ru li-ri 

a-ha-ar ha-am-mi sa 

Me-ra mu-ur-ti 

5 [Tepti] un-wa-ha-ru ah 

Hal-te-ri 

pa-am mâr Lu-ul-lu- 

ki-ya sa li-ri-sa 

GAL mâr Si-ip-ri 

Arad ili 10 QA se 

Hu-um-ba-ba arad ili 

Ki-di-èn hu-ut-ta-as 

10 Tu-sa-pa-ar-za NU 

Si-ip-ri i-is-du-u 

an] nu KA ku-pu sa At-ta pi-el-ki-im- 

ma-as 
u-se-zu-ma Te-it ha-am-ri-it 
il (?)-u as-su eqli kîri u E-RU-A 

15 At-ta ha-te-it 

ar-ka-nu-um-ma 

Sil-uk-tu-uh ah At-ta ha-te-it 

it-me-su-um-ma 
. . . Uk-ku-lu Me-ra mur-ti 
20. . . Te-im-du-ur ha-am-ru uh Hal- 
te-ru 
21 ... as-ga il-la-tu 
. . . te-te mâr Te-ip ku-uk li-ri-sa 
40 QA se Ha-am-ru-ru ah Hai-te-ir 
30 QA se Nu-ur te-la sa Me-ra mur-ti 



I . Uh est remplacé ailleurs (1. 5) par .7/, avec le signe SIS « frère ». U/i est donc probablement pour ah « frûre». Cepen- 
dant le texte 8, 1. 33 a Tcm(dur) hamru halleru (sic!). Est-ce par erreur? D'autre part, il est inutile de songer à une lecture 
Hal-Tesup pour Halleru puisque la 1. 5 a ici Halteri. 



23 



178 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 5 



25. 3oQAse A-lu-lu sa li-ri-sa 

10 QA se Me-en-ra hal-ki sa li-ri-sa 
10 QAse Ri-is ba-ra-tu mâr Si-ip-ri 



40 QA samassammi sa dup-sar 
an-nu KA sa At-ta pi-el ki-ma-as 
jo. u-se-zu 



1 . 2 50 QA de blé, Ukkulii Menra murti 
lOoQAde blé, Temdur hamru frère de 

Halteru 
I GUR de blé, Kutete fils de Tetin 

hamru liri 

ahar hammi de Mera murti 

5. [Tepti] unvvaharu', frère de Halteri 
pam, fils de Lullu kiya sa 

lirisa 

GAL fils de Sipri 

Arad ili ; 10 QA de blé, 

Humbaba arad ili 

Kidôn buttas 

10 Tusaparza, jardinier 

Sipri 

Ce sont que Atta pel kimmas 

a pris à bail . Tet hamrit 

s'est levé au sujet des champ, verger et 



maison 

15 Atta hatct, 

ensuite 

. . . âiluktuh frère de Atta hatct 

lui a alTirmé. 
. . . Ukkulu Mera murti 
. . temdur hamru frère de Halteru 



20 



asgaillatu 



. . . tctc fils de Tep kuk lirisa 
40 QA de blé, Hamruru frère de Halteri 
30 QA de blé, Nur tela sa Mera murti 
25. 30 QA de blé, Alulu sa lirisa 

10 QA de blé, Menra halki sa lirisa 
10 QAdeblé, Ris baratu fils de Sipri 
40 QA de sésame, le scribe; 
Ce sont les. . . que Atta pel kimas a pris 
à bail . 



I. Peul ètr& piharu pour pahani « potier i). Cf. Cependant Tepli un-v)a-ar, 6, 19. 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 6 



'79 



» t=ii ^-U <W <^ t^ 

^'KT i2;T* <TuflJ ^4P aRf»^ 

>-FIi« c'S^f ^<?g *î^ ^u 

« rf ^r t^r <K: ^ ^ t< ^lE -2c< 

^'^ JI aV" f'V_ 4:p ^ /.<3 

n «--r ts£r <^ <-Hf «^ ^<f ^ éf-^ 

^r- -4 if <R- t^ "Ccr o^ £k: 6-1 frép 

<^ ^ff <<fe <E[I <E2 J^ <,'j JsJ ^^ '^ ^^ ^jj^ 

4- <* <£$: i-W -^f i5:f7 t^ «J^ é^- i? u^*- , 

^^/^ j^T^ <jn ^- ^^<- fc£r p!?- 

<F-»âf fe.Q^ Sî fer trJJ /i-i 




I . Kîru sa Ki-si-im-[ma-ra-tu] 

sa Ka-ar in-ri . . . 

sa Ku-ul-li-li NU [SAR] 

zi-it-tu sa (sal) [Su-ut-bu-ni] 
5 . Itti Ku-li me-te-en. . . 

(sal) Su-ut-bu-ni i-na tu-[ba-ti-sa] 

i-na na-ar a-ma-ti-sa. . . 

kîru itti E-RU-A a-na si-mi . . . 

a-na Hu-nê-ir id-di-in 
lo. a-na si-mi-su ga-am-ru-ti 

4 siqlu kaspi is-ku-ul-ma i-sa— am 

u-ul ip-ti-ru u-ul ma-an-za-za NU 

si-mu gam-ru kirî ip-pa-aq-qar 

(sal) Su-ut-bu-ni qa-tu 
1 5 . marè-sa u marâte-sa 

a-na ta-ah-hu-me sa-ki-in 

sa PAL sum Sal-la u (iiu) Susinakit-mu 

pân (ilu) Samas pân (ilu) Ru-hu-ra-te-ir 

pân Sa-ah-ru-ru mâr Te-ip-ti un-wa-ar 
20 . pân Ri-is ba-ra-tu sa nê-se-su 

pân Ki-di hu-ut-ta-as mâr Pu-ut ti-ti 

pân (sal) Su-uk-ku-tu-uk mârat Am- 
ma. . . 

pân (sal) Pi-ru-pi mârat At. . . 

pân Su-um-ma-ma dup-sar 
25. zu-pur— su-nu 



I . Verger dit de Kisimmaratu 

que Kar inri. . . 

où Kullili est jardinier, 

part appartenant â Sutbuni 
5 . à côté de Kuli meten. . . 

La femme Sutbuni de bon cœur, 

de plein gré, 

le verger avec la maison pour son prix 



à Hunera donné! 
10. dont le prix total, 

4 sicles d'argent, il a pesé et payé. 

à dégager pas de hutte de jardinier. 

Tout le prix du verger a été exigé. 

La femme Sutbuni, la propriété (?) 
15. de ses fils et filles 

au cadastre a été placée. 



,8o TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 6 

Celui qui contesterait. . . ; par le nom de devant la femme Sukkutuk fils de Am- 

Salla et de Susinak ils ont juré ; ma. . . , 

par devant les dieux Samas et Ruhuratir, devant la femme Pirupi fille de At. . . , 

devant Sahruru fils de Tepti unwar, devant oummama, scribe, 

20. devant Ris baratu .. . 25 (leurs ongles) 
devant Kidi buttas fils de Put titi, 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 7 



181 



îf «^ t=[î <ï=^ -pp i^r ,\ 
fe" Tp fcs fcrrr <<iii 

^ î©r <lf^ t:^ M ^. 
*. <r-if «r^< Bi^ Hk< -&m 

•^•^ <tf^ tm '^ jfj^ ^' 
^'"-t^ fs^ ê^ «ILT 

^^ *-k<< <^ï( ^r ^f 

«F- t4 ^ 4- ^^ 4:1; <j) 

i 
•t» <P- ^'- t^ "ff ^■— «^ 



E= 



:^. 



^^f? ï<^ ^ 



^ 



4- S^ ferf el ^&4^ 



o o 



I . 



{{{{ ^] ^y'^ '-it 



2 QA zêr e[qli. . . 

(sal) Ku-ri pa-aj^t. . . 

u (sal) Ku-né. . . 
5. Am-ma ku-te-ir. . . 

i-na na-ar a-fma-ti-sa. . . 

a-na si-mi a-na. . . 

mâr Ku-uk u-ru-u[n. . . 

4 siqlu kaspi is-ku-u[l ma isâm] 
10. u-ul ip-ti-ru 

u-ul ma-an-za-za NQ-S[AR] 

si-mu ga-am-ru-t[e ippaqqar] 

sa PAL ri-it-ta[-su] 

u li-sa-as-su i-na-[ak-ki-zu] 
15. sum Sal-la it-m[u] 

pân (ilu) Samas pân (ilu) Ru-hu-[ra-te- 

pàn At-tar ki-it-ta-[ah] 

mâr At-ta hal-ki 
pân Ku-nê-nê assat-At(?)-. . . 
20. pân (sal) Su-ut-bu-ni 

mârat Lu-un-gu-gu 
pân Ku-ri ra-a mârat Ku . . . 
pân Ya-e-e dup-sar 
zu-pur-su-nu 



2 QA d'emblavure. . . 
la femme Kuri pat. . . 
et la femme Kunê. . . 
5. Amma Kuter. . . de plein gré, 
de plein consentement, 
pour son prix à. . . , 

fils de Kuk urun. . . (a donné) 



4 sicles d'argent il a pa^'é, (et il a acheté). 
10. Pas d'hypothèque à libérer, 
pas de hutte de jardinier ; 
le prix total (a été exigé). 
Celui qui contesterait, ses doigts 
et sa langue on coupera. 
Par le nom de Salla ils ont juré. 
Pardevant les dieux Samas et Ruhuratir 



|82 



TEXTES JURIDIQUES ÈLAMITES. 7 



devant Attar kitta. . . , fils de Atta halki, 
devant Kunènê, femme de At. . . 
20. devant la femme Sutbuni, 

fille de Lungugu, 



devant Kuri râ, fille de Ku. 
devant Yaê, scribe. 

(Leurs ongles). 



TEXTES JURIDIQUES ELAMITES. 8 



i^-i 



r cg t^T fliv ^r i^? îf -^î *>!* 4r 

— 7- <-^r r=r} <^H' <&i fc£f ^tlr <4î <ï3= 

<f-^^7^ t^<t=f ^ t^ ^T ^ ^ ii- ïm 
'd^<i<-t=TT ttrf .^ i=i2f ^ fer 

4v'- ter K -^ <-f <<^/- T^ t=<t:j ^ t<IT î^< ^ 

T 7* t£r i3;^r u< 9ï 's4r ïï4m t? f/n 
^î /-rf fe^ -r^-^ P -^^ '-îsirr <a= A'-Ff 4^ 






Et A4? E' /^^ />' t^ ^ '4;i<< ïr 



ïo 



ir 



W yr 4^ 'W- if^ <'^ '■W- 
H r>s te !s4r £?^ "^ ^ 

>-^ 4'f ^J/^ gî te<r <!Tr /- 4jtj- 1'"!' fc:f77 ^ ^ 
.iH-f è^ ^ <T'-gi' -fls^ fcfcf -fet //.4îr 
£fc^r ^^ ^r fc^EJ s^^r <!* 4fl ^Jt: 

f t:£/ K^r ??C^ :^"f ^f- ^^^.J g- 

^- -^ ,-f <f_ _f. ^ ^Z^T ^ ...^ ^ 






j-^ <EI i-^ i^f ^ 



8 

I a-ra . . . 

sa At-ta ha-te-it a-na As-me-te-e 
a-na(sal) A-i-in lu-un-gu id-di-nu 
I At-ta ha-te-it a-na di-ni 
5 . a-na (sal) A-i-in lu-un-gu it-me-ma 
As-me-te-e u-ul ad-di-im-mi 
mukinnô sa A-i— in lu-un-gu 
pân (sal) Ku-li-it-ta-na pân 

(sal) Ki-ri-ir-u-me 
pân (sa!) Ku-nê-ir at-ta sa as-bu-tu 
-^ 10. pân (sa!) Su-ur-ri-ri pân (sal) Ku- 
ri ra-te 
pân (sal) Si-ya-su-um am-ma 
pân (sal) Mi-it iz-zu-us pân (sal) 

Si-ya-ya 
pân (sal) At-tar su-tu pân (sal) 

Ku-nê-ir Is-ha-ra 
Um-ma lo mukinnê an-nu-tu-ma 
15. . . At-ta ha-te-it eqlu kîru 
u E-RU-A a-na As-me-te-e 
a-na (sal) A-i-in lu-gu id-di-im-mi 
... un wa-ha-ru-na i-ma-at-zu 
(sal) A]-i-in lu-gu SE-BA im-zi-zu 

20 Te-ri-ik te-ri-ik 

[i-na]-di-is-si-im-mi 

il-la-ak-ni tu-ma-mi 

at— ku i-ta-am-mu-ma 

itme]-ma At-ta ha-te-it-ma 
25. (ilu) Susinak lu-da-ru (sal) La- 
li-is-si— ma 
ip-pa-ni' u-ul ad-di-in 
i-na-an-na at-ta-di-im-mi 
(sal) A-i-in lu-gu me-e su-la-at 
\- At-ta ha-te-it li-i 



5]]] 



1 . Pour ina pani « avant, d'abord ». 

2. Cf. pour ce signe, supr. lign. 4. 



i84 



TEXTES JURIDIQUES ÈLAMITES. 8 



30. sa PAL sum Sal-la u (ilu) Susinak 
it-mu 
pân (ilu) Samas pân (ilu) Ru-hu-ra- 
te-ir 



pân (Jk-ku-[lu Mcj-ra mu-ur-ti 
pân Te-im-[dur] ha-am-ru hal-te-ru 
[Nur] te-la mâr Si-ip-ri 
35. u Sum-ma-ma dup-sar 



I. (Au sujet de champ, verger, maison) 
que Atta hatet à Asmetê 
et à Aïn lungu a donné (vendu); 
Atta hatet en jugement 
a dit à la femme Aïn lungu : 
5 . (à) Asmctc je n'ai pas donné. 
Témoins de Aïn lungu : 
devant la femme Kulittana. devant la 

femme Kirirume, 
devant la femme Kuner atta sa asbutu, 
10. devant la femme Surriri, devant la fem- 
me Kuri rate, 
devant la femme Sivasum amma, 
devant la femme Mitizzus, devant la 

femme Si3'a}'a, 
devant la femme Attar sutu, devant la 

femme Kunêr Ishara, 
c'est-à-dire 10 témoins, ceux-ci (disent): 

15 « Atta hatet, champ, verger 

et maison à Asmetê 

età la femme Aïn lungu a donné (vendu). 



... un waharuna son . . . 

la femme Aïn lugu le blé a partagé (?). 
20. . . .Terik terik 

lui livre, 

. . .il va. . . » 

(et). . . ont certifié le contraire; 

et Atta hatet a dit 
25 . et Susinak ludaru et la femme Lalissi: 

d'abord je n'ai pas donné, 

mais maintenant je donne. 

La femme Aïn lugun a subi l'épreuve de 
l'eau. 

Atta hatet a eu gain de cause. 
30. Celui qui contesterait. . .; ils ont juré par 
le nom de âalla, 

pardevant les dieux Samas et Ruhuratir, 

devant Ukkulu xMera murti, 

devant Temdurhamru halteru, 

devant [Nur] tela fils de Sipri' 
35. et âummama scribe. 



I. A/à/- sî/u! pourrait être pour Miâr 6"j/>rj et désigner la profession de A «;• /e/a, «courrier». La restitution [Nur] 
tela est due au n» 5. 24. 



TEXTES JURIDIQUES ELAMITES. 



■85 



T 



T 4-^ ^ --^ bni jïf î 
^ ig- -iT F ^ <^ j^ 

<^1 4F- iTi^ ^ 

^«ff ter ^ -^^^^^ 
ïï S T^ rrr /-^ ^r.ë^ r| 

f- ÊTf ^ fctr ;^J^ -î' 




I . I siqlu kaspi i A§ Ku-ri (?)... 
iGU-DA(ilu)Um-ma... 

1 2 ma-na za-bar se-me . . . 
At-tar ki-it-ta . . . 

5- I [GU]-DA At-ta... 
...AS UDinza... 
I LU-ARDU (ilu) Samas (ilu). . . 
6o QA samassammi sa 3 ARAD. . . 
sa Pi-ta-hi-zu . . . 
10. 70 QA. . . is-sa. . . 

40 QA samassammi i GU-DA. . . 
[Pat]-a-ak-sir mâr' (ilu). . . 

13 ma-na za-bar se-me. . . 
At-ta me-te-en (sal). . . 

15. naphar 25 ma-na za-bar se. . . 

2 AS (mes) 3 GU-DA (mes) iioQA. 

I siqlu kaspi 3 LU-ARDU (mes). . . 

an-nu KA ku-bu sa (sal) At. . . 

me-e-su At-tu-ma. . . 
20. im-hu-uh-hi a-r[a(?)...] 



10, 



. I sicle d'argent, un as, Kuri. 

I bœuf(?), Umma. . . 

12 mines de cuivre semé. . . , 

Attar kitta. . ., 
. I bœuf(?), Atta. . . , 

(i)AS, Udinza..., 

I mouton, Samas. . . , 

60 QA de sésame, 3 . . . , 

Pitahizu. . ., 

70 QA, . . . issa. . ., 

I- Restitué d'après 16, 2j. 



40 QA de sésame, i bœuf 
[Pat] aksir fils de. . . , 
13 mines de cuivre semé. . .. 
Atta meten femme de. . . ; 
15. en tout 25 mines de cuivre àeme, 
2 AS, 3 bœufs, 1 10 QA de sésame, 
I sicle d'argent, 3 moutons. . . , 
c'est là le (?) ... que la femme At. 



20. 



24 



i86 



TEXTES JURIDIQUES ÈLAMITES. lo 



or 4,-^ ^ -f 4> -f <Hi nE^^gt 
r. -» «5r srj -f« i^ ^ 

W< -Ht œ <A= i^oi- ^^ 

m t<i* <T-fR efc fî.e 

'^fl- -i-r ïCl H^< 4-^ ^r 
1%f t' ïSî ~^ T-- n^ Ear <#r s:^T 

©= j* ^r rf«> En 
'S- -<S <r* t^.^ -^ztF tt*<'l'^~ ir 4|f 

r ft< ^ r î-j af ^*^ sj^ fegr îîpîî ?*<.,. xi<,'i ^ 
ff "-T-jf 2^ H- ff wr *4«^v. 



I. siqlu hurasi Si-im-ma-an-ni di(?)-nu 

I AS I GIS BAN Nu-nu na-hu(?) 

Si-im-ma-an-ni (ilu) Adad dup-sar... 

y *-*^^»— 3 ka-ar-pa-tu 
5. NUN na-ab-ti el-li 

Ha-al-lu-di-is-(?) 

3 ka-ar-pa-tu 

NUN na-ab-ti el-li 

Dak (?)-nu-ra-an Me-en-ra mur-ta 
10. 3 ka-ar-pa-tu 

NUN na-ab-ti el-li 

Te-im-du ha-'-pu 

mâr Ku-te-ir-ra 

5 ka-ar-pa-tu NUN na-ab-ti el-li 
15. Ki-di-cn hu-ut-ta-as hal-te-lu(?) 

100 QA se 100 GU-DA 10 QA samni 
At-ta-ha. . . tu-uk 

an-nu KA an-na 

NUN (sal) Ka-an-da-i-tu 

a-na Ma-an-ha-ta. . . 
20. NUN-A-NUN ta-ta-di-in(?) 



I . I sicle d'argent, Simmanni dinu, 

I AS I arc, Nunu nahu, 

Simmanni Adad. scribe, 

I AT + 3 vases 
5 . de bon miel(?) 

Halludis. . . 

3 vases 

de bon miel (?) 

Daknuran Menra murti, 
10. 3 vases 

de bon miel (?) 



Temdu ha'pu 

fils de Kuterra, 

5 vases de bon miel(?) 
15. Kidcn buttas haltelu (?), 

100 QA de blé, 100 bœufs, 10 QA, d'huile 
Atta-ha. . .tuk; 

c'est là le. . . 

. . . que la femme Kandaïtu 

à Manhata. . . . 
20. ... a donné. 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 



.87 



II 



tar <''r <4- ^is; ïï «46 <^ „^ 4if ^ ;g 

r- ^^ -^f <r-j tT tHf ■-{< <K« 

Tî <fe Tî w-r ^ ^^7 ^ rf Kv m t<J ir^ ^, 

^ ^.^ /éï; ta -^ ^^ X* A feïï e*. r? t^sf ^ 
T^ «< rf <<,. u^ |3s^ jp^c^ ^^ 4"^^ 

<^* ^ ^1 t^r ^ u^ f.j ^^ ^ 




I . Eqlu 30 hi-is-pa-ti a-na sal Zi-u (?)- 
il-la (?)... 
it-ti Nu-da haï hu-ut-ta-as 
itti Te-im-mu a-ti-im mâr La-ma-ma 
(sal) Ku-nê ha-ap-hi i-na tu-ub-ba-ti-sa 
5 . i-na na-ar a-ma-ti-sa 

eqlu a-na be-li-su a-na At-ta pi-as (?) 
ut-ti-ir-ma i GUR se'i hi-is-pa-a il-ki (?) 
ha-mis a-na . . . it-ta-ha-ar 
sa PAL ri-it-ta-su li-sa-su 
10. i-na-[ak-ki]-zu 10 ma-na kaspi NI- 
LAL-E 
sum Sal-la. . . 
pân . . . 



I . 



Champ de 30 hièpati à la femme Ziu illa, 

à côté de Nuda hal huttas 

et de Temmu atim, fils de Lamama, 

la femme Kunê haphi, de plein gré, 

dans l'expression de sa volonté, 

ce champ à son propriétaire à Atta-pi-as(?) 

arestitué,et i GURdebIé/iïs/)â,elleapris; 



Cinq . . . elle a reçu ; 
celui qui contesterait, doigts et langue 
10. on lui coupera; 10 mines d'argent il 
payera. 
Par le nom de Salla (ils ont juré), 
devant . . . 



TEXTES JURIDIQUES ELAMITES. 12 



/i- 



...^ ^H i3<T jï^r 
^6 i- .sfeî !5^T «-^-6 

^ ^ f3!*T ^^r 4^ .^T 

<3u. xt- ^ 4:% '^< 
'5 ^ Sf ^T '3} iîfîifc ^"ÏI- 



I . sa PAL ri-it-ta-su 

u li-sa-as-su i-na-ak-ki-zu 
X ma-na kaspi- i-sa-aq-qa-al 
sum Sal-la it-mu 
5. pân (ilu) Samas pân Ru-hu-ra-te-ir 
pân Me-én-ra hal-ki pa-ha-ru 
pân Ki-it-ta-ah-na 

mârat U-ru-un-du-uh 
pân Kù-nê-ir la-li mâr Ru-ru-pi 
10. pân Pi-ri-ri mârat Pa-ar-la-ah 
pân Wa-qa-ar-ti 

mârat Il-sa-hi-ni 
pân Hu-up-pi-it 
pân Te-im-du-du-ur ' 
15. pân Ja-e-e dup-sar 



Celui qui contesterait, doigts 

et langue on lui coupera, 

et .r mines d'argent il payera. 

Ils ont juré par le nom de §alla. 

Par-devant les dieux Samas et Ruhuratir, 

devant Menra halki, le potier, 



devant Kittahna, 

fille de Urunduh, 
devant Kuner lali, fils de Rurupi, 
10. devant Piriri, fille de Parlah, 
devant Waqarti, 

fille de Ilsahini, 
devant Temdudur 
1 5 . devant Jac, scribe. 



A remarquer le phénomène de réduplication : Temdur, Temdudur; et plus haut, § 23, hiamru et hamruru. 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 13 



189 



'3 

/ u- ^ï 4^1} i^ T# fî Ja^f 3 uii 
W CL<tT ^r rft tïCîr H^^ jg;^ 

i> <^i'~ n '^^ 1^ "-fer 

4-:{'- feÊT fefcT? ^ mil tat^ g. 
i-HL -fcT <^^ ft ^ .^ 



I . As-su Ê-RU-A (sal) Ku-li-it-[ta]-na 
u (sal) Ku-nô-ir ur-ki-it 
sa is-te-ni-is zi-zu 
pân Ha-as-tu-tu nangar 
5 . pân Nur ili-su ha-sa-ru 
pân (sal) Ku-nê-nê 
assat At-tar ki-it . . . 
pân Te-it ha-am-ri . . . 
NU-SARsa(?)Lu-tu-na 
10. pân (sal) Ku-un-na-na 

mârat In-di un-tar 
pân (sal) Su-ya-su-um am-ma 

assat Hu-ul-li-mi-su 
pân Ri-is ba-ra-tu. 



Au sujet de la maison de Kulit-(?)-na 
et de la femme Kuner urkit 
qui ensemble ont partagé; 
[devant Hastutu, charpentier, 
devant Nur ilisu (. . . de profession) 
devant la femme Kunênê, 

épouse de Attar kit . . . 



devant Têt hamri, 
jardinier de Lutuna, 
10. devant la femme Kunnana, 

fille de Indi untar, 
devant la femme Suyasum amma, 

épouse de Hullimisu, 
devant Ris baratu. 



igo 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. 14 






M 



W 



ï:< ^f^i.'»^ 



5-. <f^^ tg 'S.tj f^ ,<UÏÏ^<S tS - 

/. <i<i1 4 ^ ^ f l5 ^ ^ 
^^ uif (* '^^ l'<T 'â- ^ 

^js {^ v^ <m ■j'ËT 

/f îT i^r fctj- tîtr ^- ^^^ fef - 
■f^ t^ 'p'^ "^ triiïr ts?f «2 
-TfKrr^ 7?" ^ fc^ ^ ta ^ï^ 



I. 6GUR 90 QA se 

I GUR 200 QA as(?)-su 

200 QA GU-TUR 160 QA samassammi 

200 QA ka-mi 2 ma-ha-al-tu 
5 . sa At-ta pi-el ki-ma-as 

(?) a-na (sal) Ha-ah-bu-uh-na 

u (sal) Ur-ki-tu 

id-di-in-nu-ma 

eqlu Pi-zu-u-ma-du 
10. sa Kas-sa su-ha-lu-lu 

sa Su-pa-la-li-ba-ri 

sa (sal) Ha-ah-bu-uh-na 

u (sal) Ur-ki-tu 

eqlu a-na A-tu-ti 
I 5 . a-na At-ta pi-el ki-ma-as 

sa qa-az-zu u-ta-ru 

a-na eqli u-ra-ad-mi 



Ce sont, 6 GUR, 90 QA de blé, 

I GUR, 200 QAde a.^w 

200 QA de GU-TUR, 160 QAde sésame, 

200 QA de farine (?), 2 . . . 

que Atta pil kimas 

à la femme Hahbuhna 

et à la femme Urkitu 

a donnés. 

C'est le champ Pizùmadu 



10. 



de Kassa suhalulu 

de Supala libari, 

que la femme Hahbuhna 

et la femme Urkitu (ont donné). 

C'est le champ (donné) à Atuti, 

et à Atta pel kimas 

qui dédommageront 

et dans le champ descendront (?) 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. i = 



191 



15 



rr^-r ^ ^ï^ ^ ^ cj;^ 411 ^< 
<f_ <^ ^ ^< a^ -^ ^^ !F --^ 

-q-- T^ fcê- *^ ^ïr '~^^' M 

-:?-<# •Jîk '-«k ^-^ ^^< a^ 

.^- ^^ ^.-.JiiC i ^-rf M ^ 
4.h -^^ &^f JJJf/-^ 



\{" ^ MM «^ 



I . itti Ku-ut-pi . . . 

itti Tc-it un-pa. . . 

itti Ku-gu-li mâr Su-uk-ku. . . 

y (sal) Ba-ar ku-nê i-na tu-ub-ba-[ti-sa] 
5 . i-na na-ar a-ma-ti-sa 

eqlu itti Ê-RU-A a-na si-mi 

a-na (sa!) Ma-an-zi-it u-ta-uk-ku(?) 

a-na si-mi-su ga-am-ru-ti 

X ma-na 7 siqln kaspi is-ku-ul-ma is-am 
10. u-ul ip-ti-ru 

u-ul ma-an-za-za NU-SAR 

si-mi-su ga-am-ru eqli ip-pa-qar-ma 

(sal) Ba-ar Ku-nê 

ga-ag-ga-az-zu a-na . . . 
15. sa PAL sum Te-ip-ti a-ar' 

u (ilu) Susinak it-mu 

pân (ilu) Samas pân (ilu) Ru-hu-ra-te-ir 

pân Im-mu-mu mâr Si-'-ha-an 

pân Ku-uk be-la as-la-ku 
20 . pân (sal) Sa-li-li m.ârat Am-mata(?)-da-ar 

pân Ki-ri-ri-' zi-ik. . . 

mârat Ba-ar-si-a-u . . . 

pân Hu-un-za-za . . . 
zu-pur-su-nu 



Champ , 

à côté de Kutpi . . . 

à côté de Tet unpa . . . 

àcôtéde Kuguli, fils de Sukku. . ., 

la femme Bar Kunè de son plein gré 

et volontairement, 

champ et maison pour son prix, 



à la femme Manzit a transmis (?); 
pour son prix total 

;rmines, 7 sicles d'argent elle a pesé, et 
elle a payé. 
10. Pas d'hypothèque à libérer, 
pas de hutte de jardinier : 
le prix total du champ a été exigé, 



Signe k6, ar. 



192 



15 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. i- 



la femme Bar kunê 
sa tête au . . . a . . . 

celui qui contesterait . . . , par le nom 
de Tepti ar et de Susinak, ils ont juré. 
Par-devant les dieux Samas et Ruhuratir, 
devant Immumu, fils de Si' han 



20. 



devant Kuk bêla, aèlaku, (profession) 
devant Salili, fille de Amma tadar, 
devant Kiriri' zik . . . , 

fille de Barsiasu. . . , 
Devant Hunzaza. 

(Leurs ongles). 



THXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. i6 



193 



/i' 




'31 ml ^ (<- Jî= fesT BT -ffll <ife isf 







'^" t" *^ ^' 



^J- 



s'-- -Ji èî ,^- -^ 4311 :^ ^ ^<f £^= 

■>-ir "î^ fer»? "rf" "-^î 
i-a't?: feS" ii^r '-C?- trr .^ 

4^ ^7 <<^ :-i^T <-tacT -èî 
<j„ ^ i:in ^ fcS fc^; //Er 



,K=/t 






16 
1 . 1/2 SAR É-RU-A itti Te-ip-ti in-ri 
itti Ru-hu-bu-ni itti Lu-ru-uh-na 
y Ku-uk u-ru-un i-na tu-ba ti-su 
i-na na-ar a-ma-ti-su 
5 . ... a-na (sal) A-i-in lu-gu 

fa-na At-ta pi-el ki-im-ima-as id-di-in 
. . . gam]-ru-ti 
. . . ma i-sa-am 
. . . ul ma-za-za-nu 
. . . ip-pa-aq-qar-ma 



15 



2C> 



. . ru-un 
. . . zu 
. . . Atl-ta hal-ki 
. . . ta-ah-hu-me sa-ki-in 
. . . sum Sal-la [it]-mu 
pân (ilu) Samas pàn (ilu) Ru-hu-ra-te-ir 
pân Kal Su-su-un' 

mâr A-lu-zi-nu , 

pân Ha-as-tu-tu mâr Ku-uk Na-ru-di- 

nangar 
pân (sal) Ku-un-na-na 

assat Pa-at-ta-ak-si-ir 
pân Te-im-du-du-ur 
pân Su-um-ma-ma dup-sar 
pân Pu-su-ur-ri-ri 

mârat La-ah-ma-at am-ma 
[zu]-pur-su-nu 



I . Un 1/2 SAR de propriété à côté de Tepti 



mri^ 



à côté de Ruhubuni, à côté de Luruhna, 



Kuk urun de son plein gré 

et volontairement 

à la femme Aïn lui^u 



. . Susim est peut-être pour Susinak, dans ce passage, et exprimerait aussi le nom du grand dieu Susien. 
2. Nariidi est le nom d un dieu connu en Babylonie. 



194 



TEXTES JURIDIQUES ÉLAMITES. i6 



à Atta pel kimmas a vendu, 

Son prix total 

X . . . , il a pesé, et payé; 

pas de hutte; 

(toute la somme) a été exigée. 

i8 . Par-devant les dieux Samas et Ruhuratir , 
devant Kal Susun, 

fils de Aluzinu, 



devant Hastutu, fils de Kuk Narudi, le 

charpentier, 
devant la femme Kunnana, 

épouse de Pattaksir, 
devant Temdudur, 
25. devant Summama, scribe, 
devant Pusurriri, 

fille de Lahmat amma. 
(Leurs ongles). 



LISTE DES NOMS PROPRES SÉMITIQUES ET ANZANITES 



CONTENUS DANS LES CONTRATS PRÉCÉDENTS 



Ain lungu. 3, 10; 8, 3, 5, 7, 17. Variante, Ain 

lugu. 8, 17, 19, 28; 16, 5. 
Akkamanêni. 4, 28. 
Aluzinu. 16, 20. 
Alulu. 2, 15 p. 
Alulu sa lirisa. 5,25. 
Amma. ... 6, 23. 
Ammatadar. 15, 20. 
Amma halki. 3, 5, 18 p. 
Amma hatit, fille de Kunê haphi. i, 19. 
Amma kuter. 7, 5. 
Amma kutirra. 2, 23. 
Anikilandi. 1,2, 7. 
Aradili. 5, 8. 
Asmetê. 8, 2, 6, 16. 
Ata (ilu) HI-LI. 3, 30. 
At. . . ; 7. 19; 6, 23. 
Atta ha-as (?)-tuk. 10, 16. 
Atta halki. 7, 18; 16, 15. 
Atta hatet. 5, 15. 

Atta hatet, frère de Siluktuh. 5, 17. 8, 2, 4, 15. 
Atta kuterra ita. 2, 19. 
Atta meten. 9, 14 f. 
Atta pias. 11, 6. 
Atta pel kimmas. 2, 8; 5, 12. 

Atta pel gimas. 3, 9. 

Atta pil gimmas. 4, 8. 

Atta pel kimas. 5, 2g. 

Atta pir gimmas. i, 11, 12. 
Attar kit. . . . 13, 7. 
Attar kitta. . 7, 17. 



Attar sutu, fille de Ziuiu. 2, 24; 4, 24; 8, 13. 

Attu ma. ... 9, 19. 

Atuti. 14, 14. 

Udinza. . . 9, 6. 

Ududu, père de Halten huttas. 2, 22. 

Udukkilala, fille de Hutrara. 3, 28. 

Ukkulu menra murti. 5, i, 19, 8, 32. Var. 

mera. 
(ilu) Umma. . . 9, 2. 
Urunduh, parent de Kittahna. 12, 8. 
Urkitu. 14, 7, 13. 
Yaê, scribe. 7, 23; 12, 15. 

lê, scribe, i, 21 ; 3, 35. 
Ilsahini. père de Waqarti. 12, 11. 
Immumu. 15, 18. 

Indi untar, père de Kunnana. 13, 11. 
Inrurin. Fragm. inédit. 
Issap (ilu) Samas, scribe. 4, 29. 
Balauiu. 4, 16. 
Dimdi sa Halteri. 1,1. 
Zalili. 15, 20. 
Ziuiu. 2, 24; 4, 25. 
Ziuilla. II, I. 

Zitanatu, fille de K^unênê. 1,3. 
Hahbuhna. 14, 6, 12. 
Hal huttas. 11, 2. 
Halludis. . . 10, 6. 
Halpurus elapu. 2, 20 p. 
(sal) Halten huttas, fille de Ududu. 2, 21 ( 
Haltete, fille de Kunê. i, 18. 
Halteri. 5, 5. 



iq6 



TEXTES JURIDIQUES ELAMITES 



Halteri, frère de Hamruru, 5, 23. 

Hamruru, frùre de I.lalteri. 5, 23. 

Hastutu. 13, 4; 16, 21. 

Hullimisu, mari de Suyasum Amma. 13, 13. 

Humbaba arad ili. 3, 8. 

Hunêr, 6, 9. 

Hunzaza. 15, 24. 

Huppit. 12, 13. 

Hutrara sa Kassu zakulu. 2,2 p. (.- 

Hutrara amil SU. 3, 28. 

Kal Susun. 16, 19. 

Kandaitu. 10, 18. 

Kassa suhalula. 14, 10. 

Kar inri. 6, 2. 

KidI buttas, fils de Puttiti. 6, 21. 

Kidien buttas haltelu ?)• 10, 13. 

Kidin buttas. 5, 9. 

Kisimmaratu . 4, i. 

Kisimmaratu. 6, i. 

ICiriri' zik. 15. 21. 

Iviri siâki. 3. 25. 

Kiriri rubbu zirra. i, 6. 

Kirirume. 8, 8. 

Kittahna, fille de Urundub. u, 7. 

Ku. . . 7, 22. 

KuguU. 15, 3. 

Kugugunu Karib. 2, 13. 

Kuk amma temdir sâpitusa. 1,17. 

Kuk urun. 7,8; 16, 3. 

Kuk bêla. 15, 19. 

Kuk Xarudi. 16, 21 . 

KuUili. 6, 3. 

KuUi melen. ... 6, 5. 

Kulittana. 8, 8; 13, i . 

Kunana. 2, 15 p. 

Kunnana, fille de Indi untar. 13. 10. 16, 22. 

Kunê. . . . pcrc de llaltete. i , 18:7,3. 

Kunëu. fille de Amma Kutirra. 2, 23. 

Kunê haphi. 1, 20. 

Kunê baphi. 11,4. 

Kunê nagisir. 3, 3 p. 

Kunê Xapra. 3, 27. 

Kunê Simas, fille de Ata (ilui Hl-LI. 3, 29. 

Kunênê. 1,4. 7, 19. 13, 6. 

Kunêr atta sa asbutu. 8, 9. 



Kuner urkit. 13.2. 

Kunêr Ishara, 3, 26, fille de Kunê Napra. 

Kuner lali, fils de Rurupl. 12,9. 

Kuri. 3, 17 p. 

Kuri ... 9, I. 

Kuri Zam, 4, 30. 

Kuri Zami. fille de Luruhma. 2, 26. 

Kuri l.lumban, 2,3, 5 . 

Kuri Pappat zirasitu. 3, 24. 

Kuri pat. ... 7, 2. 

Kuri râ, fille de Ku . 7, 22. 

Kuri rai. 3, 3 p. 

Kuri rai, fille de Taribatu. 3, 33. 

Kuri rate. 8, 10. 

Kutemeten. 3, 4. 

Kutirra. 3, i, 7 p. 

Kuterra. 10, 13. 

Kutete, fils de Tetin hamru liri. 5, 3. 

Kut pi . . . 15, I . 

La'mat amma, 3. 31, fille de Tarrappas 

Lahmat amma. 16, 27. 

(sal) Lalissima (?). 8, 25. 

Lamama, père de Temmu atim. 1 1 . 3 . 

Lullukiya sa lirisa. 5, 6. 

Lungugu, mère de Sutbuni. 7, 21. 

Luruhma. 2, 26; 16, 2. 

Lutuna. 13,9- 

Manhala. . . 10. 19. 

Alanzit. 1 5, 7. 

A\era murti. 3. 4. 24; 8. 32. 

iMenra halki paharu). 12, 6. 

Menra balki sa lirisa. 5, 26. 

.Menra murti. 5,1. 

Muk titi, fille de Tem tutu. 4, 26. 

Mini (ilu) Adad. 2, 25. 

Mitizzus, fille de Na'bubu. 4, 22. 

Mitizzus. 8, 12. 

Na'bubu. 4, 23. 

Nuda bal buttas. 11,2. 

Xunu nahu (.-). 10. 2 . 

Xùr ilisu (hasaru). 13. 5. 

Nurtela sa Mera murti. 5, 24. 

[Nur] tela, fils de Sipri. 8, 34. 

Bar kunê. 13, 4, 13. 

Barsiasu ... 15, 22. 



5. 13- 



NOMS DE PERSONNES 



197 



Parlah. 12, 10. 

Pihit. 2, 4. 

Pattaksir. 9, 13; 16, 23. 

Pihit, fille de Min (ilu) Adad. 2, 25. 

Pel kulu. -j, 4 p. 

Pizumadu. 14, 9. 

Wa-(Pi)qarti, fille de Ilsahini. 12, 12. 

Piriri, fille de Parlah. 12, 10. 

Pirupi, fils de At. ... 6, 23. 

Pitahizu. 9, 9. 

Pusuppâ. I, 5. 

Pusurriri. 16, 26. 

Puttiti, père de Kidi huttas. 6. 21. 

Sià, fille de Kiri Siâki. j, 25. 

Siyaya. 8, 12. 

Siyasum amma. 8, 11. 

Si'han. 15, 18. 

Silha. 4, 2, 5, 15. 

Simmanni dinu. 10, i. 

Simmanni Adad. 10, 2. 

Sipri. 5,7, II, 27. 

Surriri. 8, 10. 

Ris baratu, fils de Sipri. 5, 27; 6, 20; m, 12. 

(ilu) Ruhuratir. i. 16 d. 

Ruhubuni. 16, 2. 

Rurupi. 12, 9. 

Sa'rukra. 4, 3, 21. 

êahruru, fils de Tepti unwar. 6, 19. 

Sakiteri. i, 10. 

Salla. I, 15 d. 

(ilu) Samas. i, 16 d. 

Siluktuh. 5, 17. 

Suyasum amma, femme de Hullimisu. 13, 12. 

Sukku .... 15, 5. 

Sukkutuk, fille de Amma. . . 6, 23. 

Summama, scribe- 2, 27:6, 24; 8, 35. 

Supallibari. 2, i. 

Supalalibari. 14, 11. 



(ilu) Suslnak. 4, 18: 6, 17. 

(ilu) Susinak ludari. 8, 25. 

Susinak sunkik «-«Jp- 'sur un fragm. inéd.) 

Sutbuni. 6, 6, 14. 

Sutbuni, fille de Lungugu. 7, 20. 

Suturtu, fragm. inédit. 

Tahhuhu. 3, 2 p. 

Tak meten, fille de Akkamanêni. 4, 27. 

Tak rali. 3,4. 

Daknuran Menra murta. 10, 9. 

Tarrappas. 3, 32. 

Taribatu. 3, 6. 

Taribatu, père de Kuri ra! 3, 34. 

Tashuhurra. 2, 4 p. 

Temmu atim, fils de Lamama. 11, 3. 

Temdudur 12, 14; 16, 24. 

Temdu ha'pu, fils de Kuterra. 10, 12. 

Temdur hamru, frère de Halteru. 5, 2, 20. 

Temtutu. 4, 26. 

Temti hamru halteru. 8, 34. 

Tep kuk lirisa. 5, 22. 
Tepti a-ar. 15, 15. 
Tepti unwar. 6, 19. 
Tepti inri. 16, i. 
Terik terik. 8, 20. 
Tet unpa. ... 15, 3. 
Tet hamri. ... 13,8. 
Tet hamrit. 5, 13. 
Tetin hamru liri. 5,3. 
Tusaparza. 5, 10. 

. un waharu, frère de Halteri. 5,5. 

. un waharuna. 8, 18. 

. G AL, fils de Sipri. 5, 7. 

. in-rir Ijapru'. 3, 19 p. 

. pam, 5, 6, fille de LuUukyia sa lirisa 

. tête, 5, 23. 

. tir-ra. 3, 20. 



198 



ERRATA 



ERRATA 



Page 12. Ligne 6, lire : Au sommet (planche 3) figure. . . 

Page 21 . Ligne 53, traduire : « qui a mis en honneur la loyautti » 

Page 41. Ligne 24, lire ecjlam erià. 

Page 42 . Note i , lire eqlam èei. 

Page 56. Note 2 ligne 3, Vire èniu. 

Page 84. Biffer § 176 biset joindre à § 176 

Page 90. § 182, lignes 82-83, traduire : une tablette ne lui a pas gravé. 

Page 117. Ligne i , lire : an du-ra-ar-su-nu . 

Page 161 . Lire : 

§ 268 

Si quelqu'un a loué un bœuf pour fouler le blé, il payera 20<^adé blé pour la location. 

§ 269 
Si quelqu'un a loué un âne pour fouler le blé, il payera 18 qa de blé pour location. 

§ 270 
Si c'est un ânon ou un bouvillon, il payera i jjj de blé pour location. 
Page 162. Lire : 

ë 275 

Si quelqu'un a loué un bac(?). . , par jour il donnera 3 ,s-e d'argent de location. 

§ 276 
Si c'est une barque de course, il donnera par jour, 2 èe et 1/2 d'argent de location. 



^1 

TABLE DES MATIÈRES 



9 



Inscription de Narâm Sin, PI . i , n° i 

Inscription archaïque, PI. i , n" 2 

, Inscription de (ilu) Mutabil (?), PL i, n" 3 

Stèle de Karibu sa Susinak, PL 2 

4 

Brique de Dungi, PL i, n° 4 g 

Brique de Gimil Sin, PL i, n" 5, pL 18, n« i g 

Brique de Kal Ruhuratir, PL i , n° 6 

Brique de . . . badidimma, PL i , n° 7 

Brique de Adda paksu, PL i, n° 8 10 

Code des Lois de Hammurabi, PL 3 à 1 5 1 1 

Peines contre les actes de sorcellerie 2 a 

» contre la corruption des témoins 23 

» contre la prévarication des juges 24 

Espèces diverses de vol 25 

Condition des officiers et serviteurs du roi 32 

Culture des terres, vergers 38 

Location des maisons 51 

Solde des créances 52 

Rapports entre négociants et commis 53 

Débits de boissons 5 ^ 

Poursuites contre les débiteurs 57 

Contrat de dépôt 6i 

Organisation de la famille, mariage, dot, successions 64 



TABLE DES MATIÈRES 



Adoption 91 

Tarif des peines et indemnités pour coups et blessures 9S 

Droits et obligations des médecins 99 

» » des architectes 'O- 

» » des bateliers ' 03 

Animaux domestiques '°" 

Louage rural '° 

Salaire des ouvriers et domestiques >09 

Discipline des esclaves "° 

Récapitulation des Lois de Hammurabi '33 

Textes-repères de Melisihu et Sutruk-Xahhunte, PI. 16. 17 '^3 

Texte de Burra Suqamuna. PI. iS, n" 2 '^^^ 

Brique de Tepti ahar. PI. iS, n" 3 '67 

Brique de 'Nabu-ku durri usur IL roi de Babylone, PI. iH, n" 4. 

Contrats élamites-sémitiques. Pi. iq. 20 '69 

Errata '9« 



CHALON-SUR-SAONE, I.MP. FRANÇAISE ET ORIENTALE E. BERTRAND 



'îi - 








?!,,] 



1_TEXTE DE NARAM-SIN, 2.J:EXTE ARCHAÏQUE 3.-TEXTE DE (Ilu)MUTABIL(?) 4,_TEXTE DEDUNGI. 
5 JEXTE DE GIMIL SIN.(VoirsmtePL.18N°l) S JEXTE DE KAL RUHURATIR. 7_TEXTEDE..BADIDIMMA. 

8 _TEXTE DE ADDAPAKSU. 



JIclioS.Diiiflrtiin 









-iJ — Sis "■! ■ , ru 










iSpLM3 







ss 






.■■..'S 



^(. 






liM 



VIS 



fr ..tï V- tm I ^^1 ' 'n i I ' -^ I. 



ù 



w^*z^mrm:tÉ^^jMm^} 









^ tCS 



ig:l!L±±:f_i. 







•" '.f J. I 'itf ' ' I ~ 



^wm-V-Wm 



aM^^r .■»-i'^..^ ^mm 



h^SÏ,. 







STELE DE KARIBU SA SUSINAK 



iSs»' 



FL 2 




BAS-RELIEF REPRESENTANT LE DIEU SAMAS DICTANT Au KuJ HAMMLlRA.bl i.h Cul'h ui-.S J.OIS 



Hrlio^.Dujar<âiu> 




PL,i*_5 



CODE D- 

Recto C 




iAMMURABI 
-1.1_S 



Heliog.Uujardm. 




PL,6_7 



CODE DE HA- 
Recto Coi 




IMMURABI 
l9_i6 



flé]io§.Dujarin, 




PL, 8_9 



CODE DE HA^' 

Vc^rsi^ Col ; 








VMMURABI 




PL J.0_11 



CODE DE h 
Verso C 



) 




îATIMURABI 




L 12_1S 



CODE DE 
Verso 




:,I URABI 
: 2] 



HeKo§J)ujardin. 



ic'T." /. KJ' 












r^*-^^ 








CODE DE HA|| 
Verso Col 




UîM' 



--u,q/[URABI 
28 



H«Jio§.) 




^?W^: 









3>-'<^■it^ 




.^'C^ 



tfciïS^ 



M-i_ 






• ) 




STELE DE MELISIHU (LEGENDE DE CE ROI ) 



PI„16 



Hê1io9;Dujarâin 



i'^'^cy Pr^>i Jl^xL, , ->} . 




STELE DE MELISIHU (LEGENDE DU ROI SUTRUK NAHHUNTE ) 



PL.17, 



Hplio^Duiartlm 







PL 



1.TEXTE DE «MIL SINCSuitedePL.lN'S) 2-TEXTE DE BURRA-SUQAMUNA 
3._TEXTE DE TEPTI-AHAR 4_TEXTED£ NABU KUDURRl USOR II 








1 Red 




2. Recto 



î-^-»r. 



'^5Sr:#^^^-//A 









éî<= 






2 Verso 






^î^^lï*^ 



;jcà<i 



m^^i^^é^è^^. 







CONTRATS ELAMITES 



PL. 19 








5, Recto 








b ivecto 



ù. Vei^so 





Recto 



S.Verso 



CONTRATS ELAMITES 



PI- 20 



lièlio Oujardui 



I 



DS 

261 



^ Mémoires 

t. 4. 



France. Mission archéolo- 
gique en Iran 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 



UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY